Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 33, Décembre-Janvier 2000 
Le nouveau programme Arts et Lettres et l'intégration des TIC Version Imprimable  Version imprimable


Hélène Martineau  (Cégep François-Xavier-Garneau)

Depuis le début des années 1990, quelques téméraires s’étaient déjà aventurés dans l’utilisation de logiciels ou d’applications spécifiques à certaines disciplines. Dans le programme Arts et Lettres, ALImage(1) avait fait des adeptes, notamment dans la discipline Esthétique et histoire de l’art et, plus récemment, les nombreuses applications en format cédérom offertes sur le marché faisaient miroiter des perspectives d’activités d’apprentissage fort stimulantes. Mais de là à penser que les TIC pourraient occuper une place importante dans les stratégies d’apprentissage en Arts et Lettres! Sauf que…une révision de programme et de nombreux perfectionnements plus tard, « ça change peut-être pas le monde », mais sûrement les prévisions et les perceptions.

Plusieurs personnes ont d’abord fait face à une vision modifiée de leurs activités pédagogiques. Puis, elles se sont rendu compte que pour mener à terme un projet d’intégration des TIC dans leur enseignement, elles devaient pouvoir compter sur de l’équipement opérationnel et accessible. Le Comité de programme, en collaboration avec le Collège, s’est d’abord qualifié pour obtenir le soutien financier du MEQ (2) en vue d’implanter le Centre d’expérimentation des NTIC en Arts et Lettres et de soutenir non seulement l’intégration des TIC dans les activités d’apprentissage, mais également un projet d’encadrement et d’intégration pédagogique adapté à la formation pré-universitaire : la réalisation individuelle d’un « cartable électronique ».



Parallèlement, dans le cadre de son projet institutionnel Une formation pour la vie et de l’implantation du nouveau programme Arts et Lettres, le Collège s’est formellement engagé dans le processus d’intégration des TIC. Les activités de développement des outils de production du cartable ainsi que la formation du personnel enseignant de ce programme ont été soutenus par la direction des études, et de leur côté, la Fondation du collège et l’Association des parents ont contribué à la mise en place des moyens techniques nécessaires à la réalisation du projet.

Encouragés et stimulés par des circonstances aussi opportunes, les membres de chacune des disciplines participantes se sont alors investis dans un processus d’appropriation et d’intégration des TIC ainsi que de conception d’activités d’apprentissage adaptées.

Deux sessions plus tard, et à la toute veille de l’implantation du nouveau programme (automne 2000), les enseignants et les enseignantes utilisent divers moyens pour mener l’intégration des TIC à bon port. Ils assistent à des ateliers de perfectionnement offerts par le Collège et liés aux applications d’usage courant (3) alors que le Comité des TIC d’Arts et Lettres, regroupant des représentants et des représentantes de chaque discipline du programme, s’occupe de la conception et de la réalisation d’un programme de formation et de perfectionnement du personnel enseignant, programme lié à l’utilisation des applications particulières aux profils du programme et au cartable électronique, tels Photoshop, Paint, Page maker, Discovery, InDesign, Flash.

L’expérimentation donne également lieu à la mise en commun des résultats obtenus par les élèves dans les activités d’apprentissage avec les TIC. Ainsi, au cours d’un atelier de ressourcement pédagogique, une enseignante fait le bilan de son expérience d’application d’un logiciel de dessin dans la réalisation d’un projet en arts plastiques : si, au départ, le tâtonnement et l’incertitude dominent, l’enthousiasme, la ténacité des élèves et la réussite, à la fois surprenante et exemplaire, de leurs projets font rapidement contrepoids. Une autre collègue illustre comment l’utilisation d’un cédérom documentaire et thématique, Magritte, permet aux élèves d’actualiser et d’appliquer des connaissances théoriques : la construction ludique et interactive du scénario, associée à des représentations imagées pertinentes et séduisantes, rivalise avantageusement avec une simple (et répétitive!) recherche documentaire relativement limitée et linéaire. Un dernier fait valoir les résultats de son enseignement par projet dans un processus d’encadrement individualisé : à l’aide d’un site Web, conçu et adapté pour répondre aux besoins immédiats des élèves, les TIC permettent d’appliquer, d’interpréter et de transférer des concepts dans le contexte d’une situation réelle, dans un climat d’intervention dynamique et d’apprentissage global.

Par ailleurs, la session Hiver 2000 sera consacrée à la définition et à la configuration du format le plus adapté et le plus pertinent (plateforme infographique, multimédia et Internet) à la réalisation par chaque élève pour son cartable électronique. Celui-ci devra lui permettre de mettre en valeur les dimensions les plus significatives de ses apprentissages et de ses réalisations dans le contexte d’une approche programme. À la manière d’un portfolio, le cartable deviendra la manifestation tangible de la progression et de l’évolution du cheminement scolaire de l’élève (textes, recherches ou présentations illustrées présentés sous diverses formes : textuelle, image fixe ou vidéo, animation 2D-3D et accompagnée d’un environnement sonore, etc.) ; l’élève y exprimera ses champs d’intérêt personnels (portrait personnalisé, interactif ou scénarisé) à travers diverses explorations et interventions qui, au terme de son cheminement, témoigneront de son engagement dans son profil d’études. Le cartable électronique pourra également prendre la forme d’une page Web sur le site pédagogique du collège et contribuer à la construction d’un lieu de référence à enrichir et à documenter tout au long du parcours post-collégial de l’élève. Il s’agit donc, pour l’heure, de sélectionner les applications multimédias les plus adéquates pour donner à l’élève la maîtrise d’œuvre de son cartable électronique et un moyen de communication en adéquation avec ses champs d’intérêt.



Si les enseignants et les enseignantes comptent désormais sur les TIC à la fois comme un lieu virtuel de mise en situation particulière et comme une ressource multidimensionnelle d’information facilitant de nombreux apprentissages, davantage encore, il s’avère que le potentiel d’application de transfert et d’intégration des TIC en font une composante essentielle et de plus en plus incontournable dans le programme Arts et Lettres. Cette intégration des TIC dans l’enseignement permet d’enrichir et d’actualiser plusieurs des stratégies pédagogiques devenues malheureusement limitées et statiques dans le contexte antérieur. Les TIC rendent possibles des réalisations dont le format (visuel, convivial et interactif) répond aux attentes des élèves: elles les stimulent, alimentent leur curiosité et les incitent à s’engager davantage dans le projet de formation, celui-ci se rapprochant des valeurs émergentes dans le domaine des Arts et des Lettres.

Bien sûr, tout comme pour nos élèves, l’intégration de ces nouveaux outils nous mènera vers une transformation plus ou moins importante de plusieurs de nos parcours d’enseignement. Par ailleurs de nombreuses dimensions demeurent à délimiter et structurer : qu’il s’agisse d’arrêter nos choix d’orientation (approche programme, contenus, mode d’évaluation, ressources didactiques…), de raffiner les modalités d’organisation des ressources techniques (attribution des responsabilités, gestion des groupes de travail, soutien et encadrement des élèves…), de préciser les modalités de gestion du projet (ressources financières, administratives, humaines…), de prolonger et d’ouvrir le projet en lien avec le milieu (éducationnel, socioculturel, parents…).

Il s’agit donc d’une expérimentation à suivre et à poursuivre, d’un projet infopédagogique qui, vous l’aurez compris, contribue considérablement à l’élargissement de nos horizons pédagogiques.

1 ALImage, progiciel d’analyse des images, production du CCDMD et conception d’Hélène Martineau (cégep F.X.Garneau), Pierre Filteau et Jean-Claude St-Hilaire (cégep de Ste-Foy).

2 Programme d’aide pour les application pédagogiques des Ntic, MEQ,hiver 1999.

3 Traitement de texte, messagerie électronique, exploitation dans Internet, présentation électronique, etc.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015