Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 36, Octobre 2000 
Entre l'abaque et l'ordinateur, une passion: enseigner Version Imprimable  Version imprimable


Nicole Perreault  (APOP)

Nous avons à cœur d’évoluer ensemble. Le slogan du collège où elle enseigne les mathématiques depuis près de vingt ans reflète bien la philosophie qui anime Mona Plamondon.

C’est que Mona a la pédagogie et les mathématiques dans le sang ! Toute jeune, elle s’amusait à faire des maths pendant les cours qui l’intéressaient un peu moins ou à donner un coup de main à ses copines de classe pour les aider à résoudre des problèmes. La ligne téléphonique était probablement bien occupée en période d’examens chez les Plamondon…

Depuis toujours, Mona Plamondon est à la recherche de moyens, de stratégies qui puissent faciliter la compréhension des concepts mathématiques. « Tous les élèves doivent et peuvent comprendre, sinon c’est moi qui ai mal enseigné », dit-elle avec conviction. Combien de fois a-t-elle persuadé un élève qu’il pouvait effectivement « piger » les maths ? Or pour elle, l’informatique et ses nombreuses applications pédagogiques contribuent en première ligne à faciliter la compréhension des mathématiques.

Des images pour comprendre
« L’enseignement des maths est un défi tout particulier, qui nécessite chez l’élève une capacité d’abstraction relativement développée. Et l’ordinateur offre la possibilité de mettre en images des concepts théoriques parfois difficiles à saisir autrement. » Lorsque Mona parle de ses étudiants, de leurs réussites, d’Excel et de l’informatique, ses mains et ses yeux s’animent : les exemples sont nombreux…

Mona Plamondon s’intéresse à l’informatique depuis de nombreuses années. Déjà, pendant son baccalauréat en mathématiques, elle travaille durant l'été comme programmeuse au Centre de calcul de l'Université Laval. Une fois professeure, elle saisit assez rapidement le potentiel pédagogique des TIC et, petit à petit, elle intègre l’informatique aux cours Maths 103 et Maths 105, en organisant d’abord des laboratoires où l’ordinateur sert à illustrer des graphiques de fonction ou à résoudre des systèmes d'équations. Mais c’est surtout l’enthousiasme de son fils François-Raymond pour l’ordinateur, alors qu’il a à peine 6 ans, qui la sensibilise vraiment aux possibilités pédagogiques de l’outil. Commence alors une collaboration des plus « tripatives » entre la mère et le fils, collaboration qui aboutit entre autres à la création du logiciel d’aide à l’apprentissage Test et simulation du khi-deux : au moyen d’une simulation visuelle conviviale (lancer d’un dé et lancer d’un sou), la pile HyperCard met en évidence la problématique des tests liés aux grands nombres et aux probabilités.

Une évolution qui va de soi...
En 1992, Mona Plamondon se voit confier le cours Méthodes quantitatives en sciences humaines. Elle en profite pour mettre sur pied des laboratoires où StatView devient l’outil privilégié pour l’apprentissage des stats. Mona observe que les étudiants sont motivés par la rapidité qu’offre l’ordinateur pour illustrer les graphiques ou les équations et par l’aspect visuel de leurs productions.

Internet s'installe très tôt chez les Plamondon. En fait, le jeune François-Raymond a sensibilisé sa mère à la possibilité de communiquer avec les autres par ordinateur bien avant que le mot « Internet » ne soit créé. L’emballement de Mona pour ce mode de communication et son désir de partager ses découvertes avec les autres l’incitent tout naturellement à accepter le dossier de la discipline Mathématiques lorsque l’APOP, en 1996, crée la Salle des profs, ce lieu virtuel où les professeurs peuvent échanger de documents pédagogiques (salledesprofs.com). Le dossier Mathématiques comprend des ateliers Excel pour l’apprentissage des statistiques et des mathématiques appliquées, des mini-didacticiels et des documents. Les enseignants sont invités à visiter le site et à enrichir le dossier. Mona crée également à cette occasion un forum de discussion où les professeurs de toutes les disciplines peuvent décrire leurs expériences avec Excel.

... et qui ne s’arrête pas
L’utilisation des laboratoires Excel et d’Internet dans les cours de mathématiques fait maintenant partie du quotidien des étudiants de Mona Plamondon. Sur le site Internet qu’elle a implanté (www.collegeem.qc.ca/mplamondon/), les étudiants ont accès, en tout temps et en tout lieu, à des documents théoriques, à des liens vers des sites pertinents aux cours et à des exerciseurs avec rétroaction qui leur permettent de
« pratiquer » leurs notions mathématiques. À la session d’hiver 2001, les professeurs de mathématiques de son collège bénéficieront d’une classe équipée d’un ordinateur, d’un lien Internet et d’un projecteur multimédia.

« N’allez surtout pas croire que l’intégration pédagogique des nouvelles technologies exige des connaissances informatiques réservées aux initiés », souligne Mona : elle utilise Excel pour la création des laboratoires mathématiques, et Word pour intégrer dans les documents théoriques les images et les graphiques faits avec Excel; l’utilisation de la fonction « optimise » dans lui permet de convertir un graphique de 800 K réalisé avec Excel en un graphique de 8 K. Jusqu’à tout récemment, Mona utilisait Netscape Composer pour créer ses pages Web. Actuellement, elle s’initie à DreamWeaver (Macromedia), qui offre des fonctionnalités que Netscape Composer n’a pas. Pour ceux et celles que cela intéresserait, il est possible de télécharger une version française complète de DreamWeaver, version qui expire toutefois au bout d’un mois (www.macromedia.com/fr/software/dreamweaver/). Le site Internet de Macromedia offre également de l’aide en ligne.

Les projets et les activités de Mona Plamondon ne s’arrêtent pas là. Depuis 1999, elle encourage ses étudiants à participer au concours Eduweb (www.concours-eduweb.cesam.qc.ca/). Ce concours est ouvert à tous les étudiants de cégep. Il consiste à produire une application pédagogique à diffuser sur le Web et dont le contenu porte sur l’atteinte d’un objectif pédagogique d’un cours du collégial. En parrainant une équipe, Mona agit comme experte du contenu tout au long du processus de création; elle aide les élèves à maîtriser les notions à illustrer et à évaluer l’ampleur de la tâche. Les deux projets que Mona a supervisés jusqu’à maintenant sont accessibles aux adresses suivantes :

Cet été, Mona s’est découvert une nouvelle passion : le VBA (Visual Basic for Application). Il s’agit d’un langage qui permet de créer de mini-programmes à l’intérieur d’Excel. Par exemple, Mona en a produit un qui permet de dessiner un rectangle de couleur selon l’intensité des composantes rouges, vertes et bleues que l’étudiant a définies. Un autre mini-programme sert à valider une réponse fournie
par l’étudiant à une question.

Tout en évoquant la possibilité que l’ordinateur puisse suppléer le professeur, Mona Plamondon rappelle que quelques puces et des programmes informatiques ne pourront jamais remplacer, de près ou de loin, la relation affective qui s’établit entre un professeur et ses étudiants, relation sur laquelle repose un apprentissage efficace et enrichissant, tant pour le prof que pour l’étudiant. Cependant, l’ordinateur se révèle un compagnon de vie pédagogique des plus appréciés : une union libre que Mona est bien prête à partager avec d’autres !

nicole_perreault@videotron.ca

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015