Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 37, Décembre 2000 
Rencontre avec... Version Imprimable  Version imprimable
Claude Thomassin, professeur en administration et techniques administratives au cégep de Sainte-Foy

Nicole PERREAULT  (APOP)

Si ses yeux sont le miroir de son âme, Claude Thomassin ira sûrement au ciel en F-18. Pour mieux saisir l’azuré de ses mirettes, imaginez la couleur de l’eau des plages de Martha’s Vineyard puis saupoudrez de soupçons de lumière; ça vous donnera une idée de ce que je veux dire!

Mais Claude Thomassin n’a pas que les yeux qui brillent : ce sportif au quotidien (il effectue le parcours domicile – collège à bicyclette tous les jours et c’est un maniaque de ski alpin) est d’une curiosité vorace et a le ciboulot en constante ébullition. Parlez de nouvelles technologies et de pédagogie avec lui, vous verrez… d’autant plus qu’il est sociable comme son père l’était, dit-il avec admiration et nostalgie, un représentant des ventes dans le domaine pharma-ceutique, un travailleur acharné.

Un parcours en droite ligne… ou presque
Tout comme la première invitée de cette chronique (voir Clic no 36, Rencontre avec… Mona Plamondon), Claude est tombé dans la marmite de la pédagogie alors qu’il savait à peine lacer ses souliers; à la petite école, il avait du plaisir à fournir des explications à ses copains en panne de compréhension.

Au secondaire, les mathématiques et l’histoire font triper l’élève Thomassin. Mais comme les débouchés professionnels dans ces domaines ne foisonnent pas, il opte pour les sciences de l’administration au cégep, option finances (la plus mathématique des options) même si sa sociabilité aurait dû le conduire vers le marketing, dit-il en souriant.

Claude Thomassin ne garde pas d’excellents souvenirs de ses premiers pas avec l’informatique. Il déteste pour mourir le seul cours d’informatique qu’il prendra à l’université : perforer des cartes et faire le pied de grue une journée avant d’obtenir du feedback sur la programmation, c’est beaucoup trop long pour cet homme actif qui n’aime pas attendre.

Claude termine un baccalauréat en sciences de l’administration en 1979 à l’Université Laval. Puis, par hasard, il tombe sur une annonce dans un quotidien de Québec : un poste de professeur en administration est ouvert au cégep de Sainte-Foy. Pourquoi ne pas essayer? se dit-il.

Le professeur Thomassin craque pour l’enseignement dès la première session. Il dispose d’une certaine autonomie, il peut gérer son temps, assouvir sa curiosité intellectuelle, être en contact avec plein de gens (collègues, étudiants) et, par-dessus tout, transmettre, partager des connaissances. À l’époque, le Département d’administration du Cégep ne compte que douze professeurs. Or la demande en sciences administratives dans le réseau collégial grimpe sans cesse.
Ce qui fait que, quelques années plus tard, le Département est composé de vingt professeurs et offre trois profils de sortie. Ces changements structurels sont une belle occasion pour Claude de travailler en collégialité avec ses collègues : le plan de cours devient un instrument d’équipe et les collègues élaborent des outils d’évaluation communs.

En 1982, le Cégep crée un laboratoire de micro-informatique équipé d’ordinateurs Pet Commodore. L’appareil est muni de petits programmes dont un – oh miracle! – peut exécuter la commande «print Hello»…

Ah, les coups de foudre…
Le premier coup de foudre de Claude Thomassin (professeur s’entend) se produit lorsque le Macintosh fait son entrée au Cégep en 1984. Imaginez (encore!) une disquette de 400 K qui permet de faire rouler un programme de traitement de texte, ma foi, très simple à utiliser (MacWrite) ou un programme de dessin qui vous donne l’impression de marcher sur les traces de Picasso (MacPaint).

La mise à jour des notes de cours, très fréquente en fiscalité, s’effectue beaucoup plus rapidement grâce à deux fonctions tout à fait charmantes : «rechercher – remplacer» et «copier – coller». Claude sourit en repensant à ses premières productions avec le traitement de texte : un même document pouvait contenir pas moins de cinq polices de caractères agrémentées d’attributs tels l’ombré, le contour, le relief, le gras et le souligné : c’est perpétuellement Noël sur l’ordinateur de Claude à cette époque.

Claude Thomassin est comblé lorsque Multiplan (l’ancêtre d’Excel sur le Mac) fait son entrée par la grande porte. C’est à ce moment qu’il commence vraiment à intégrer l’ordinateur aux activités pédagogiques de ses étudiants. Il crée des simulations, dont une première déclaration complète d’impôts en 1985.

À la fin des années 80, Claude vit son second coup de foudre pédagogique quand apparaît HyperCard1.C’est là qu’il commence à se lancer dans la production de logiciels. Le premier, L’Interrogateur, est une sorte de NetQuiz à l’intérieur duquel les étudiants répondent aux questions et obtiennent une rétroaction. Le logiciel compile les résultats et fait l’analyse statistique des résultats pour chaque question; cette fonctionnalité facilite beaucoup la reconnaissance de la matière qui cause problème et les étudiants apprécient beaucoup. Peu de temps après l’implantation de L’Interrogateur, Claude observe que la motivation et les résultats de ses étudiants augmentent de façon notable.

En 1991, Claude opte pour SuperCard (un HyperCard plus sophistiqué) : il peut maintenant créer des applications autonomes (runtime) qui peuvent être utilisées dans les collèges sans que le logiciel soit installé dans l’ordinateur. En collaboration avec Margot Kaszap, professeure au Département des sciences de l’éducation à l’Université Laval, il pond Magistère, une application qui contient tous les éléments essentiels à la rédaction de plans de cours, des éléments d’identification du cours aux objectifs, en passant par les contenus et les formules pédagogiques2.

Puis en 1995, Claude crée le logiciel Ratios à partir d’une feuille Excel. Ratios est une simulation informatisée pour l’analyse financière : il calcule les ratios d’une entreprise, le seuil de rentabilité, les leviers (d’exploitation, financier, combiné). L’étudiant entre les chiffres des états financiers et Ratios effectue les calculs. Grâce à Ratios, l’étudiant peut passer plus de temps à l’analyse financière et à l’interprétation des résultats plutôt qu’au simple calcul3.

Claude fait appel à PowerPoint pour ses présentations en classe et la diffusion de ses notes de cours en y intégrant des images qui traduisent la réalité de sa discipline. Un des atouts de PowerPoint réside dans la possibilité d’imprimer des diapositives à côté desquelles se retrouvent des lignes (figure 1). L’étudiant peut ainsi suivre plus facilement la présentation et prendre des notes à côté des diapositives.


Figure 1
Exemple de diapositives créées avec PowerPoint
pour la diffusion de notes de cours.


Mais Claude Thomassin ne fait pas que programmer des logiciels; il écrit aussi! Pour preuve, le manuel Finance corporative rédigé en collaboration avec son collègue Robin Gagnon en 1995. Finance corporative répond aux exigences du cours de Finance I (410-540-90) du programme de Techniques administratives. Il expose les différentes techniques utilisées par les gens de l’industrie4.

… avec Internet
Comme tous les professeurs qui utilisent l’ordinateur à des fins pédagogiques et sont en même temps désireux d’échanger des idées avec les autres, l’arrivée d’Internet représente pour Claude une explosion de potentiels pédagogiques incroyable.

En 1996, il crée un premier site Internet de diffusion pédagogique «à la main» à l’intention de ses étudiants, c’est-à-dire que la réalisation des pages exige la maîtrise du langage html. Les étudiants peuvent accéder à des plans de cours sur le Web, télécharger des notes de cours créées avec PowerPoint ou des documents convertis en format .pdf. Un an plus tard, le site Internet du Département d’administration et des techniques administratives prend pignon sur le Web (http://www.cegep-ste-foy.qc.ca/ data/). Il offre de l’information sur le programme, ses professeurs, les activités du département, des liens vers des sites pertinents à la profession et j’en passe. Les étudiants peuvent accéder à des notes de cours, des forums de discussion, des consignes de travaux et bientôt ils pourront évaluer leurs habiletés avec des examens créés avec NetQuiz.

Claude utilise maintenant FrontPage (PC) pour créer ses pages Web. «FrontPage fonctionne pratiquement comme un traitement de texte; il est donc très facile de créer des formulaires, des forums de discussion sans connaître la programmation html», souligne-t-il. En passant, Claude offre des ateliers portant sur la création d’un site Web pédagogique avec FrontPage par la voie des activités de perfectionnement de l’APOPMobile5.

Pour Claude Thomassin, l’intégration des nouvelles technologies dans l’enseignement et l’apprentissage comporte des avantages indéniables. «Les étudiants sont fascinés par les nouvelles technologies, explique-t-il, elles captent leur attention. Normal, ils sont habitués aux médias visuels. Avant, ils écoutaient; maintenant ils regardent. Il n’y a pas si longtemps, les calculs et les graphiques se faisaient à la main. Maintenant, les étudiants ont l’occasion de passer davantage de temps à la résolution de problèmes qu’au simple calcul.»

Claude Thomassin précise «qu’utiliser les nouvelles technologies exige beaucoup de préparation mais la prestation s’effectue de façon plus dynamique. En plus, j’ai l’occasion d’aller plus loin qu’avec une craie et un tableau».

Avec tout ce qu’a accompli Claude Thomassin jusqu’à maintenant, on serait porté à croire qu’il enseigne une année sur deux, maximum. Que non! Il a produit toutes ses réalisations parallèlement à son enseignement à temps plein. Bien sûr, un soutien institutionnel serait beaucoup apprécié, mais la satisfaction personnelle qu’il retire de ses travaux compense la pénurie des ressources.

 


1. Ce logiciel très convivial fonctionne comme un ensemble de fiches regroupées dans une même boîte (une pile). Sur chaque fiche, on peut insérer des images, des dessins, on peut installer des boutons d’action, donner de la rétroaction, etc.

2. Pour télécharger gratuitement Magistère (version Mac), on peut se rendre au site Internet suivant : http://pages.infinit.net/thoc/fichiershtml/magist.html.

3. Il est possible de télédécharger gratuitement Ratios (versions Mac et PC) à partir du site Internet suivant : http://pages.infinit.net/thoc/fichiershtml/ratio.html.

4 Pour plus d’information sur Finance corporative, rendez-vous au site Internet suivant :
http://pages.infinit.net/thoc/fichiershtml/fincorp.html.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015