Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 4, Décembre 1995 
Les internautes Version Imprimable  Version imprimable
La française communication (suite et fin)

Pierre Séguin  (APOP)

 

 

Une première solution : l'option MIME

Il est possible, en utilisant MIME, de communiquer en français dans un environnement bien circonscrit. Ainsi, dans un réseau local, entre Macintosh et PC, l'affichage des caractères accentués ne pose aucun problème. Les premiers essais réalisés avec des ordinateurs reliés par modem à un tel serveur démontrent que l'on peut correctement afficher le français, même si on utilise des logiciels de courrier différents. Le français se porte bien quand je communique avec la DGEC ou le ministère de l'Éducation. Mais quand je m'adresse à quelqu'un relié à un serveur de l'Université de Montréal, je dois effacer les accents pour ne pas truffer mes textes de codes ésotériques. Pourtant, avec le personnel de l'UQAM, dont nous avons adopté les modes d'installation, la communication est intégralement française. Les abonnés de la liste L-APOP reçoivent différemment les messages selon leur fournisseur d'Internet. À un point tel que j'ai pris l'habitude d'émettre des messages sans accents. Chacun devrait vérifier les capacités francophones de son lien Internet. D'où une conclusion pratique : dans un réseau hétérogène - constitué de plusieurs réseaux locaux -, il est très difficile d'implanter correctement l'option MIME. Il faudrait faire un concile avec tous les maîtres de poste des collèges pour standardiser l'implantation de MIME. Encore là, il faudrait limiter nos échanges aux établissements qui adoptent ce standard. Au-delà de ce cercle, la française communication devrait éviter les caractères diacritiques.

 

La solution définitive : l'Unicode

Les auteurs du Guide de Québec Science, les francophones et tous les non-anglophones de la planète attendent l'adoption d'un nouveau standard de communication. Au lieu de n'utiliser que 7 ou 8 bits pour la transmission de l'information, l'Internet utiliserait 16 bits. On passerait ainsi d'une possibilité de 128 (27) ou 256 (28) caractères à 65 536 (216) caractères différents. Non seulement tous les francophones pourraient utiliser intégralement leur langue écrite, mais aussi les Arabes, les Chinois, tous les correspondants de la Terre pourraient utiliser un jeu de caractères assez vaste pour afficher tous les alphabets connus. Ce code unique ou Unicode qui succéderait au code ASCII, le standard américain, permettrait également la communication française dans les groupes de News ou en mode simultané (IRC ou MUD). Cette conversion de l'Internet à un standard international exigera de refaire des secteurs complets de câblage qui ne fonctionnaient qu'à 7 bits. Reste à savoir si la communauté internationale de l'Internet sera assez puissante pour provoquer ces changements. La présence du français sur le réseau des réseaux est intimement liée à l'internationalisation de l'Internet.

Alis au pays des accents

En attendant l'internationalisation de l'Internet, Alis Technologies, une entreprise québécoise, propose une solution à la francisation, voire à l'internationalisation des communications par courrier électronique. Ils ont implanté Communiqué dans le logiciel de courrier électronique de Lotus, cc:Mail.

Communiqué est un greffon sur cc:Mail. C'est un logiciel qui travaille en arrière-plan, sans manifester sa présence, et qui ne requiert aucun apprentissage. Branché directement sur cc:Mail, Communiqué détecte les caractéristiques propres au message de manière à l'afficher de façon optimale en fonction de l'environnement du correspondant. Cette opération s'effectue sans entraver de façon perceptible la performance de la messagerie.

Communiqué arrive à reconnaître les caractéristiques des messages reçus soit en analysant les champs d'en-tête, soit en scrutant le contenu du message lui-même. Pourvu de ces renseignements, Communiqué vous permet d'échanger des messages ainsi que des pièces jointes en français sans problème.

À la réception, Communiqué utilise la meilleure stratégie de décodage et de rendu possible, soit :

  1. l'affichage direct si le correspondant possède Communiqué ou MIME ;
  2. la conversion du message original au jeu de caractères du destinataire ;
  3. le remplacement des caractères accentués par leur équivalent sans accents lorsque l'environnement du destinataire n'en permet pas l'affichage.
Lorsque vous envoyez un message, Communiqué l'encode de façon à assurer le meilleur rendu possible à la réception.

Vous pouvez laisser Communiqué encoder, décoder et afficher automatiquement vos messages. Vous pouvez également décider de contrôler ces aspects en mode expert.

Ainsi la publicité du site Web d'Alis Technologies décrit-elle le fonctionnement de Communiqué. Si le greffon réalise toutes ces opérations de codage et de décodage automatiquement en permettant à l'étudiant de rédiger ses messages intégralement en français et à son correspondant de les lire dans les meilleures conditions possible, il devient une solution intéressante. Il permet d'utiliser le courrier électronique en situation d'apprentissage sans compromettre la qualité du français. L'étudiant pourrait encore recevoir des messages dont l'affichage français est incomplet, selon leur provenance, mais il pourra toujours s'exprimer correctement en français. En attendant l'Unicode ou l'internationalisation de l'Internet, ce serait la meilleure solution.

Communiqué fonctionne présentement avec la version Windows de cc:Mail. J'ai fait parvenir une série de questions à l'adresse de courrier inscrite au site Web d'Alis Technologies. J'ai demandé si Alis avait des projets pour porter Communiqué sur d'autres logiciels de courrier électronique, s'il y aurait dans un avenir prévisible une version Macintosh, s'il y avait une tarification particulière pour les établissements d'enseignement, si la solution d'Alis pourrait être appliquée à d'autres applications de l'Internet comme IRC et MUD. Mais je n'ai pas encore eu réponse à mes questions. Vous pouvez d'ailleurs adresser ces mêmes questions et les vôtres à l'entreprise de Ville Saint-Laurent. Vous aurez peut-être plus de chance que moi.

Encore une fois, malheureusement, il en coûtera plus cher pour s'exprimer en français sur l'Internet, mais la solution d'Alis Technologies ajoute des fonctionnalités que votre logiciel de courrier électronique n'avait pas.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015