Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 2, Octobre 1995 
Arrestation sans mandat, détention et remise en liberté Version Imprimable  Version imprimable


Cyr-Marc Debien  (CCDMD)

ADR (Arrestation sans mandat, détention et remise en liberté "administrative") est un logiciel multimédia, sur CD-ROM, traitant des pouvoirs d'arrestation sans mandat et de la remise en liberté "administrative" d'un suspect.

Actuellement en phase de réalisation, le logiciel ADR est l'oeuvre de Pierre Jacques, professeur au département de Techniques auxiliaires de la justice du Collège de Maisonneuve. Ce logiciel sera coproduit par le CCDMD et le Groupe Micro-Intel, et sera disponible à l'automne 1996 pour les collèges et les organismes qui en feront la demande.

La clientèle visée par ce logiciel éducatif est celle de toutes les institutions, collèges et autres organismes qui offrent de la formation dans le cadre du programme de Techniques auxiliaires de la justice ou qui décernent des attestations d'études en Techniques policières. Évidemment, le logiciel peut aussi servir d'outil de perfectionnement pour les policiers et le policières actuellement en fonction au Québec. Le contenu du logiciel couvre principalement les cours de Droit pénal III (310-520), Droit pénal IV (310-620) et Intervention en situation de crise (310-608). Ces cours sont donnés dans huit collèges francophones et un collège anglophone.

 

La problématique

La réalisation de ce logiciel découle de la problématique suivante:

  • Dans les cours de Droit pénal III, les élèves se familiarisent avec les aspects théoriques des règles de droit pertinentes et solutionnent des cas pratiques par écrit. Ceci ne donne pas la possibilité aux élèves de développer adéquatement le savoir-faire et le savoir-être de l'ensemble des futurs policiers et policières.
  • Dans les cours de Droit pénal IV, les élèves effectuent une première simulation réaliste alors qu'ils n'ont même pas, pour la plupart, acquis le savoir-faire juridique et opérationnel minimal. Sauf dans de très rares cas d'exception, la majorité des élèves ne réussisent pas à "jongler" efficacement avec les variables de droit pertinentes.
  • Dans les cours d'Intervention en situation de crise, la situation est semblable. Les élèves sont mis en situation avec des cascadeurs et des jeux de rôles, tandis qu'ils ne maîtrisent pas encore le savoir-faire requis pour procéder à une intervention.

Il est donc essentiel, dans le cadre de ces cours, que les élèves mettent en application les notions étudiées et qu'ils puissent fréquemment se confronter à des exercices interactifs. Ces exercices permettront de recréer des situations qui, selon certaines variables fondamentales, leur permettent de valider leurs acquis et leurs connaissances. Ce faisant, ils pourront se consacrer à d'autres variables, telles que les attitudes et le comportement (savoir-être) face au citoyen, ainsi que leur sécurité personnelle et celle de leur partenaire.

Le logiciel favoriserait ainsi une intégration individuelle des règles de droit applicables selon le Code criminel et le Code de procédure pénale, et permettrait à l'élève d'acquérir une grille d'analyse des variables dont il doit tenir compte dans de telles situations afin d'agir légalement.

 

Les objectifs d'apprentissage

Le logiciel se divise principalement en trois grandes parties, qui remplissent des objectifs d'apprentissage précis:

  • La première partie permet à l'élève d'identifier et de mémoriser les différentes catégories d'infractions. Au total de cinq, ces différentes catégories permettent de classer la très grande majorité des infractions, plus de 280, qui sont décrites au Code criminel et à ses lois connexes. En plus de cette banque, seront insérées près de 50 infractions au Code de procédure pénale, qui agiront à titre d'éléments perturbateurs.
  • La deuxième partie permet à l'élève d'identifier, de comprendre, de mémoriser, de décrire et de formuler le contenu des règles applicables selon les catégories d'infractions. Après avoir identifié la catégorie applicable à une infraction, l'élève doit formuler le contenu de la règle applicable. Ces règles se répartissent comme suit: il y six règles d'arrestation sans mandat qui s'appliquent aux différentes catégories d'infractions et neufs règles de remise en liberté "administrative" qui s'appliquent, elles aussi, aux différentes catégories d'infractions.
  • La troisième partie permet à l'élève d'intégrer et d'appliquer les différentes notions décrites aux deux points précédents et de les mettre en pratique par le biais de simulations. Ces simulations représenteront une infraction: elles prendront la forme de textes, d'animations, d'illustrations, de narrations numérisées ou de vidéos numérisées. L'élève devra identifier le type d'infraction selon qu'elle relève du Code criminel ou du Code de procédure pénale, identifier la catégorie d'infractions à laquelle appartient cette infraction, formuler la règle d'arrestation sans mandat applicable et formuler la règle de remise en liberté "administrative" applicable, s'il y a lieu.

Les différents niveaux de difficulté (débutant, intermédiaire, expert) et la notion de temps (le plus court possible) permettront à l'élève de se retrouver dans un contexte réaliste pour appliquer des solutions types. De plus, le logiciel fournit à l'élève une rétroaction immédiate et individualisée en fonction du geste posé. Finalement, la répétition aléatoire des divers scénarios permet à l'élève d'acquérir une grille d'analyse constante et de développer des "automatismes réfléchis".

Le logiciel présente un environnement ludique qui, tout en restant sobre, rencontre efficacement les objectifs d'apprentissage visés par une ergonomie fonctionnelle favorisant la compréhension et l'assimilation du contenu didactique.

 

Le simulateur

Sur fond de couleur ou texturé, quatre grandes sections se dessinent à l'écran:

  • En haut à gauche, le champ de l'infraction qui affiche, au besoin, la simulation d'une infraction. Cette simulation est soit un texte, une animation, une illustration, une narration ou une vidéo. Ces infractions sont aléatoirement sélectionnées dans une banque de près de 100 scénarios types, qui correspondent aux situations les plus fréquemment rencontrées par les policiers.
  • Un compteur indique le temps écoulé ou restant. Compte tenu des trois niveaux (débutant, intermédiaire, expert) que chacune des parties comporte, la notion de temps devient une variable importante afin de mettre l'élève dans un contexte de prise de décision rapide.
  • Des symboles correspondent à des descripteurs des catégories d'infractions. Chaque symbole est un bouton sur lequel l'élève clique lorsqu'il pense avoir trouvé la bonne solution, selon l'infraction affichée dans le champ de l'infraction. À partir du moment où la catégorie d'infractions est identifiée, le compteur s'arrête afin de permettre à l'élève de formuler correctement la règle applicable en matière d'arrestation sans mandat et de remise en liberté.
  • Sous les trois champs précédents, un quatrième occupe près des deux tiers de l'écran. Cette section permet essentiellement à l'élève d'assembler des bouts de phrase et de construire la règle d'arrestation sans mandat qui, selon lui, décrit le mieux la catégorie d'infractions qu'il a identifiée. Dans une banque d'expressions et d'opérateurs, l'élève doit sélectionner et placer dans l'ordre tous les énoncés et opérateurs requis pour la formulation de la règle. L'élève demande alors de valider les règles qu'il a construites. À la suite de cette validation et de cette correction, l'élève évalue sa performance selon un ensemble de critères et, au besoin, reprend les exercices pour améliorer sa performance.

 

Le logiciel ADR, premier document multimédia coproduit par le CCDMD et ce, sur les plateformes Windows et Macintosh, sera un outil pédagogique des plus performants et nous comptons déployer toutes les énergies possibles afin qu'il devienne le fer de lance de notre savoir-faire dans le domaine du multimédia.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015