Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 9, Mai 1996 
SECRA II version revue et améliorée d'un logiciel très populaire Version Imprimable  Version imprimable


Cyr-Marc Debien  (CCDMD)

Étant donné sa grande popularité auprès des enseignants du réseau collégial, le CCDMD a décidé de produire une version mise à jour du logiciel SECRA (Simulation d'un exercice de communication en relation d'aide). Maintenant intitulée SECRA II, cette nouvelle version, bientôt disponible, comporte une interface couleur multimédia et contient quatre dialogues différents.



Exemple de page-écran de SECRA II (71 ko)


Comme la version initiale, le logiciel SECRA II est un exercice de communication. Il permet d'étudier l'impact de diverses attitudes que l'on peut adopter dans une relation d'aide. Ce didacticiel permet donc à l'élève de converser avec un individu qui confie un problème personnel. Bien entendu, il s'agit d'une conversation simulée où l'ordinateur joue le rôle de l'aidé et l'élève, celui de l'aidant.

Voici comment se déroule une conversation simulée. Une fois que l'élève a choisi un dialogue, l'ordinateur-aidé émet une première "confidence" (par écrit sur l'écran cathodique et vocalement si le son est activé). Une image du personnage-aidé, qui change au fur et à mesure de la conversation, permet d'observer ses expressions faciales et posturales. L'élève-aidant donne la réplique en optant pour l'un des six choix qui lui sont offerts. Chacune de ces répliques correspond à une catégorie d'attitudes, c'est-à-dire à une manière d'interagir avec une personne qui se confie. L'élève sélectionne donc la répartie qui se rapproche le plus (ou s'éloigne le moins) de ce qu'il aurait dit dans la circonstance. L'ordinateur-aidé réagit en tenant compte du choix de l'élève et un nouvel éventail de six répliques est disponible à l'aidant. Ce dernier sélectionne à nouveau une réplique parmi les six, ce qui provoque encore une réaction conséquente de l'ordinateur, puis l'offre d'un autre choix. Le dialogue se poursuit de cette façon jusqu'à la conclusion de l'échange. À la fin de la conversation, l'élève peut revoir par écrit à l'écran et faire imprimer la conversation qu'il vient d'entreprendre et obtenir un bilan des attitudes qu'il a manifestées au cours de cette relation d'aide. L'élève peut à loisir reprendre la conversation avec le même personnage ou choisir un autre dialogue et tenter d'aider quelqu'un d'autre.

Les modèles théoriques de Roger Mucchielli (1975), Thomas Gordon (1979) et Klein, Mathiew et Kiesler (1969) ont servi de base à la conception du logiciel. Durant la conversation simulée, l'élève-aidant se voit offrir un choix de répliques appartenant aux catégories inspirées de celles de Mucchielli et de Gordon (attitudes compréhensive, évaluative, investigatrice, d'interprétation, de soutien ou de solution immédiate). Quant à l'aidé, il prend progressivement conscience de son problème personnel en sept étapes comme le suggèrent Klein, Mathiew et Kiesler, et trouve lui-même les solutions qui lui conviennent lorsque son interlocuteur adopte une attitude dite compréhensive.

 

Intérêt pédagogique

Le dialogue simulé peut s'avérer un excellent moyen d'illustrer, dans un cours de communication, le cheminement d'une conversation qui découle de l'adoption de différents types d'interventions de la part d'un aidant. Cet exercice multimédia peut être exploité en classe de multiples façons pour répondre à de nombreux objectifs d'apprentissage :

  • identifier ses attitudes spontanées dans une relation d'aide;
  • découvrir de manière inductive les conséquences sur l'aidé de son attitude spontanée;
  • apprendre à modifier au besoin ses attitudes spontanées de façon active, dynamique et individualisée;
  • analyser l'impact de l'expression faciale, posturale et vocale dans une conversation;
  • obtenir un feed-back immédiat et compétent facilitant la compréhension des liens entre la théorie et la pratique;
  • réexpérimenter à volonté une même situation en essayant toutes les attitudes pour comparer leur impact respectif, sans provoquer la susceptibilité du partenaire;
  • s'exercer dans diverses situations avec des personnages variés qui éprouvent des problèmes différents.

Ce logiciel peut être qualifié de plusieurs façons :

  • exerciseur, puisqu'il permet de mettre en application des notions et de développer des attitudes plus efficaces;
  • tutoriel, puisque l'élève est guidé personnellement par l'ordinateur et obtient une rétroaction individualisée;
  • simulateur, puisqu'il permet de simuler des conversations délicates qui peuvent être reprises et réexpérimentées à volonté, sans crainte de frustrer son interlocuteur.

 

Principales nouveautés

Comme on peut le constater, SECRA II comporte des améliorations fort intéressantes. Les composantes multimédias, comme l'image du personnage-aidé et le son de sa voix, fournissent des indices non verbaux importants et ajoutent au réalisme de la conversation simulée. En outre, il existe maintenant quatre "personnages" très différents avec qui l'élève peut engager une conversation : un jeune enfant, une adolescente, une cliente en milieu hospitalier, un jeune policier, chacun étant aux prises avec un problème personnel particulier.

 


Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015