Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 9, Mai 1996 
L'INFORMATIQUE DANS L'ENSEIGNEMENT ET L'APPRENTISSAGE : DES EXPÉRIENCES AU QUOTIDIEN Version Imprimable  Version imprimable
La philosophie et l'ordinateur

Jacques Métivier, Professeur de philosophie  (Cégep Beauce-Appalaches)

J'ai commencé à utiliser Hypercard l'an dernier, et cette année je l'utilise deux périodes sur trois depuis le 15 février, et ce, jusqu'en mai. Les opérations de codage et d'encodage (matériel du cours et sa prestation magistrale) de l'information sont maintenues par ce médium informatique. C'est très intéressant comme expérience; je donne d'abord la matière en classe, les étudiants complètent leur travail par la suite en laboratoire informatique. Ainsi, ils se font une banque d'idées calquées sur leur propre interprétation des auteurs à l'étude, et cette banque leur servira éventuellement pour façonner l'épreuve synthèse de fin d'année.

En laboratoire, c'est une approche tutorielle; c'est ma façon de faire une approche individuelle. Je rencontre les étudiants un à un et je discute de leur cheminement philosophique en rapport avec les auteurs à l'étude et aussi concernant leur propre cheminement. L'ordinateur ne coupe pas l'interaction entre le professeur et les étudiants, il sert en quelque sorte de médium. L'étudiant ne parle pas facilement d'une façon directe en classe, toutefois, ce qu'il n'arrive pas à exprimer de façon ouverte (il ne faut pas oublier qu'on est en philosophie), il est facile de le récupérer grâce à ce médium. Par analogie, pensez à un jeune enfant; il ne vous dira pas ce qui se passe de façon directe, mais si vous agitez une marionnette ou sa poupée favorite, il dévoilera ses petits secrets, il vous dira tout, de façon indirecte. Évidemment, l'étudiant au collégial n'est pas un enfant, et il ne serait pas acceptable de vouloir le manipuler; toutefois, il est intéressant de fonder une confiance réciproque avec le professeur. Avec cette méthode, les problèmes de discipline s'estompent et je constate une amélioration de l'image de la philosophie et de l'intérêt qu'elle suscite.

Au départ, je dois dire que je leur ai fourni du matériel concernant mes propres interprétations au sujet de Laborit pour le matérialisme, de Scheler pour le spiritualisme et de Sartre pour l'existentialisme. Il existe aussi un autre champ pour leur propre conception : ils doivent produire un texte de 750 mots en fin de session comprenant une problématique de deux auteurs ainsi que leur propre conception. Ce matin, on m'a demandé un cours magistral sur Laborit : cette méthode a donc parfois sa place. L'approche pédagogique par ordinateur provoque des bouleversements en classe. Il faut être suffisamment préparé et être en mesure de réparer certains "problèmes" sur-le-champ; c'est une situation inévitable dans ce domaine. Avis aux apprentis sorciers : il est parfois préférable d'avoir une présentation simple mais au contenu efficace qu'une remplie d'étincelles mais pauvre en contenu ou difficilement malléable si un problème surgit. D'ici quelques mois, je vais transférer le contenu de mon logiciel éducatif d'Hypercard à PageMill, ainsi il pourra être disponible sur réseau selon certaines modalités à déterminer.

Autre aspect : j'ai commencé à corriger en classe en direct avec l'étudiant; le fait d'avoir à lire des champs déroulants m'a donné un sérieux mal de tête, aussi ai-je pris l'initiative de prendre une copie de leur disquette. Le temps de corriger sans se fatiguer les yeux n'est pas pour demain à moins de trouver un système de lecteur optique ultra-perfectionné qui pourrait décoder les concepts philosophiques appropriés qui confirmerait alors un comportement cognitif valable!

Ainsi, dorénavant, tout ce que j'évalue sur ordinateur, en classe, n'a d'autre but qu'une évaluation formative et un encadrement affectif. Les étudiants ont beaucoup besoin d'une approche humaine. Ceci peut paraître paradoxal, mais c'est une machinerie cognitive qui m'aide à avoir un comportement plus humain en classe et bien au-delà de mes expériences initiales!

S'il existe des professeurs ou autres intervenants du milieu de l'éducation intéressés à en parler, il est toujours possible de me joindre au Collège Beauce-Appalaches ou à mon adresse électronique.

Jacques Métivier
Professeur de philosophie
Collège Beauce-Appalaches
Tél. : (418) 228-8896, poste 292
CE : jacques@mail.quebectel.com

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015