Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 13, Janvier 1997 
La planète cyber -- Internet et cyberespace, de Jean-Claude Guédon Version Imprimable  Version imprimable
Un merveilleux petit livre à lire et à faire lire par les collègues pas encore convaincus de la pertinence de l'utilisation du cyberespace dans l'apprentissage

Régis Fournier  (APOP)

On pourrait dire du livre de Guédon ce que dit le narrateur d'Instruments des ténèbres au sujet de Barbe, cette orpheline qui écoute parler la maîtresse femme qu'est Hélène, l'aubergiste sa patronne : " Les frontières de son univers reculent chaque jour un peu plus ", Instruments des ténèbres, Nancy Houston, Leméac/Actes Sud, page 82.

 

Guédon nous convainc qu'on a intérêt à faire reculer les frontières de notre univers et de celui de nos élèves. Pour lui, comme il l'écrit en conclusion, la planète devient le champ d'action de l'être humain :

Le champ d'action du chemin de fer coïncide avec le territoire national. Son horizon se nomme continent, ce qu'a bien vu Jules Verne. L'avion prend le relai (sic) à l'échelle continentale, et trouve son horizon dans la planète elle-même. L'Internet parachève en quelque sorte ce mouvement et prend délibérément la planète comme champ d'action. Il devient ainsi le pendant du satellite, qu'il mobilise d'ailleurs à l'occasion, et intériorise par l'acte de communication ce choc psychologique, au demeurant salutaire, qu'a engendré la première photo de la terre prise à partir de l'espace. Il ouvre ainsi la perspective d'une appartenance réelle à la planète bleue, comme le chemin de fer a renforcé la possibilité d'une appartenance nationale. Appartenance ni défensive, ni offensive, mais plutôt garante de la constitution de cette machine perpétuelle qui pourrait enfin porter le beau nom d'humanité. Au total, aucune fatalité autre que celle du changement n'attend le citoyen du cyberespace. Et les directions adoptées dépendent seulement de chacun d'entre eux, car ce citoyen ne peut être passif. Naïveté ? Idéalisme ? Universalisme déplacé ? Cosmopolitisme dangereux ? Bien sûr ! Tout cela et pire encore ! Il faudra penser la différence différemment, certes. Et réitérer sans cesse la prééminence nécessaire de la communication par rapport à l'information. Ainsi pourra-t-on souligner à quel point la devise de la Internet Society est juste : 'Internet is its own revolution', proclame-t-elle, ce que l'on pourrait traduire par 'Internet, c'est la révolution dans la révolution'" (p. 94).

Dans son petit livre de 128 pages, Guédon distingue la communication de l'information. Il nous initie au système binaire et nous laisse entrevoir les possibilités illimitées de la numérisation. Il brosse aussi, rapidement, une histoire du réseau des réseaux, Internet. Il débouche ensuite sur les perspectives pour la communication, la collaboration, l'enseignement à la demande et à distance. Il termine sur les enjeux du cyberespace : l'impression d'anarchie qui se dégage parfois d'Internet, le multilinguisme et le droit à la diversité culturelle, le problème de la censure, la propriété intellectuelle et le droit d'auteur, la souveraineté des États, etc.

Un petit livre abondamment illustré, bien documenté, très compréhensible, accompagné d'un glossaire qui en facilite la lecture. À lire absolument par qui veut comprendre le phénomène Internet et le faire comprendre à d'autres.

La planète cyber -- Internet et cyberespace, de Jean-Claude Guédon
Découvertes Gallimard, Gallimard, 1996, 128 p.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015