Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 11, Octobre 1996 
Internet, les yeux fermés Version Imprimable  Version imprimable


Pierre-Julien GUAY  (Vitrine APO)

 

Il n'y a plus un seul collège où on ne se pose pas la question de l'Internet. Le battage médiatique, la pression de professeurs mordus ou de groupes d'élèves "branchés" est suffisante pour qu'on réunisse, souvent au niveau de la direction générale, un comité de réflexion.

Ce comité de sages commence habituellement par se poser la question des coûts. Installer Internet, ça veut dire stabiliser une fois pour toutes les réseaux locaux qu'on a souvent montés à la bonne franquette. Ça veut dire aussi de nombreuses activités de perfectionnement qu'il faudrait offrir à tout le monde. Il n'en faut pas plus pour qu'un ancien évoque aussitôt le spectre de l'audiovisuel. A-t-on les moyens, en ces temps de restrictions budgétaires, d'investir dans ce qui ne pourrait être qu'un mirage?

Bon prince, le collège regroupera dans un local fermé à clef deux ou trois appareils branchés à l'Internet et on fera le décompte des gens qui y passent pour déterminer l'importance du besoin. Trois mois plus tard, personne n'ayant été informé de l'existence du local, on conclut qu'il n'y a pas de véritables besoins.

Et pourtant, en 1993, le chiffre des ventes au détail des programmes de téléapprentissage a grimpé de 47%, pour atteindre 147 millions de dollars. On estime que ce chiffre pourrait atteindre le milliard vers l'an 2000 1 . Le nombre d'établissements de téléapprentissage ne cesse de croître au Canada. On peut citer l'Open Learning Agency 2 (OLA) en Colombie-Britannique 3 , TéléÉducation Nouveau-Brunswick 4 et le Global Knowledge Network 5 .

Note : Pour en savoir plus, consultez le site Strategis 6 d'Industrie Canada. Pour un aperçu général du sujet, choisissez la section "Technologies de l'information et des télécommunications" puis la rubrique " Comité consultatif sur l'autoroute de l'information".

En inscrivant les descripteurs "autoroute information formation" dans l'engin de recherche, vous trouverez le document, fort bien illustré, "Technologies de l'information et des télécommunications : L'autoroute de l'information - Les moyens de favoriser, au Canada, l'expansion de l'économie, de l'emploi et de la productivité dans un nouveau marché." Comme ce document fait 416,6 ko, il y a fort à parier que votre fureteur vous signale des problèmes de mémoire. Dans ce cas, je vous suggère, une fois le téléchargement commencé, de choisir Enregistrer le document dans le menu Fichier puis de fermer aussitôt la fenêtre du fureteur. Vous perdrez les illustrations mais au moins vous pourrez consulter le texte.

 


Notes

  1. Burke Campbel, L'autoroute de l'information - Les moyens de favoriser, au Canada, l'expansion de l'économie, de l'emploi et de la productivité dans un nouveau marché mondial. Source: Strategis, Industrie Canada, http://strategis.ic.gc.ca Retour au texte

  2. http://www.ola.bc.ca/. Retour au texte

  3. Voir aussi le site du British Columbia Open University à l'adresse http://www.bcit.bc.ca/. Retour au texte

  4. http://tenb.mta.ca/francais.html Retour au texte

  5. http://www.gknet.ca/ Retour au texte

  6. http://strategis.ic.gc.ca/frndoc/main.html Retour au texte

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015