Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 14, Février 1997 
Vendu à Vendeur Version Imprimable  Version imprimable
Une expérience

Patrick BEAUCHESNE, Professeur  (Collège de Rosemont)

Nous sommes à la mi-avril 1996 et je viens de découvrir qu'il y aura un colloque des techniques administratives à Québec en juin. Mieux encore, un atelier est prévu sur un logiciel prénommé Vendeur. Cela fait longtemps que je cherche quelque chose de nouveau pour mon cours de vente. Je commence à être las de toujours utiliser les mêmes outils, non pas en raison de leur désuétude, au contraire, mais vous savez...la routine. Bref, cela tombe bien. Je me présente donc à l'atelier. De toute façon, je suis déjà "vendu" à l'idée si je peux dire. C'est mon style de travailler sans filet. Quand on a utilisé Marketing in Action par modem (vous vous souvenez du téléphone qu'on insérait), expérimenté Ceres en 1984 et dernièrement Lamtel, des expériences très enrichissantes dans chacun des cas, Vendeur ne venait qu'assurer la continuité. Premier contact avec le logiciel trop court à mon goût mais je discute avec un des auteurs, Gilbert Rock, et voilà, c'est parti.

Fin août, première version. On l'installe au collège. Tout semble bien aller au niveau de l'installation sauf que je n'ai pas le temps de faire des tests. De toute façon, une deuxième version est prévue bientôt. J'utiliserai cette version. Pendant ce temps je prépare la documentation à imprimer. Je suggère un guide de l'étudiant à Gilbert qui m'en envoie un aussitôt. Cela devrait aller. J'ai maintenant une version à la maison. Je trouve Vendeur de plus en plus "tripatif", comme dirait mon bon ami Jacques Languirand. Mais n'est-ce pas même l'essence de la pédagogie que de faire "triper". Et ce petit côté auditif, avec ces bruits de porte, ces applaudissements, ces ronflements même, ajoute au produit un certain réalisme. C'est en jouant sans carte de son , au collège, que j'ai saisi tout l'apport de cette option.

La présentation, même en version bêta à laquelle il manquait certaines touches de finition, est très poussée, peut-être même un peu trop selon les informaticiens de service, pénalisant ainsi la vitesse d'utilisation du logiciel. Personnellement, je ne m'en plains pas, du moins sur ma version personnelle. Le fichier "Gérant des ventes" joue aussi un excellent rôle de mise en situation. Il permet de bien définir l'ensemble des éléments reliés au travail d'un vendeur tels que les conditions de travail, les objectifs de vente, la gestion du temps, l'horaire ; il semble qu'on ait pensé à tout. La plupart de ces éléments sont modifiables; par exemple, on peut dicter ses propres objectifs de vente, demander de couvrir tout le territoire ou une certaine partie, imposer un certain nombre de visites, etc. À mon avis, on a aussi bien géré les problèmes de conception reliés aux produits. En plus d'offrir une gamme réelle de produits -- ceux de la société A. Richard Limitée, une société de grandeur moyenne --, celle-ci passe par un réseau de grossistes et détaillants avec leurs particuliarités propres. Une difficulté supplémentaire bien réelle.

Il y a neuf scénarios potentiels dans Vendeur. Chacun d'eux comporte des degrés différents de difficulté. Très utile dans le sens que l'on peut se servir d'une version au niveau formatif et d'une autre à l'examen. L'utilisation sur poste autonome sans crainte de plagiat peut aussi être envisagée par le biais d'un système de distribution aléatoire de clientèle pour un même scénario. L'option "Bloc-notes" joue le rôle de système de gestion d'information de la clientèle et peut être utilisée à tout moment. Les ventes peuvent être téléphoniques, de renouvellement, ou nécessiter une démonstration bien réelle avec un choix d'arguments. Même la concurrence est bien présente. Les notions de présentoir, de prise d'inventaire, de bon de commande (trop long à rédiger à mon avis) sont toutes traitées, ainsi que la prise de contact, la gestion du temps, etc. Bref, j'avais hâte de passer aux actes avec les étudiants.

La journée fatidique arrive enfin. Les étudiants sont tous fébriles face à cette nouvelle expérience. Pas toujours évident de gérer un groupe assis dans une salle d'ordinateurs. Coordonner les gestes de chacun des membres du groupe où l'on trouve aujourd'hui de plus en plus de cracks de l'informatique demande un contrôle bien différent, mais l'expérience aidant, tout va bien. Un léger problème au niveau de l'espace sur le serveur et c'est parti. Le feed-back est positif. Les étudiants aiment et se prennent facilement au jeu. On rit de ses erreurs et on pavoise sur ses performances. Le plaisir du jeu fait son oeuvre pédagogique. On "tripe" !

Un léger bémol dans tout cela. Il est essentiel de travailler avec du matériel informatique performant pour utiliser toute la quintessence du produit si je puis dire. Le logiciel est lourd, en particulier au niveau du fichier d'éxécution, et nécessite obligatoirement du matériel performant. La réussite de l'expérience en dépend.

Tout ce qu'il me reste à souhaiter, c'est un site où l'on pourrait échanger nos expériences sur l'utilisation de Vendeur et créer des utilitaires au niveau de l'évaluation, par exemple.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015