Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 14, Février 1997 
Kepler, l'observatoire céleste Version Imprimable  Version imprimable


Guillaume CANNAT

Ce texte a d'abord été publié à la page 16 du numéro de novembre 1996 de la revue française d'astronomieCiel et espace qui en autorise la reproduction intégrale dans ce numéro de Clic.

Un bon dessin vaut mieux qu'un long discours, tel pourrait être l'exergue de Kepler, le remarquable logiciel conçu et réalisé par Jean Vallières. Professeur et astronome amateur québécois, celui-ci a su profiter des possibilités de calculs des ordinateurs individuels pour offrir à ses élèves, mais aussi à tous les curieux du ciel, un outil exceptionnel de compréhension des mouvements planétaires.

Son idée de départ était limpide : mettre à la disposition de l'utilisateur les instruments astronomiques qui lui permettront de faire des mesures et des observations sur un ciel parfait et, ce faisant, d'assimiler les notions de base de l'astronomie. Du bâton d'Ératosthène au quart de cercle, de la sphère armillaire à la lunette méridienne, du spectrographe au photomètre et au micromètre en passant par l'appareil photographique, tout est présent dans cette superbe caisse à outils céleste. Atout supplémentaire, les algorithmes de Kepler sont excellents, ce qui en fait un formidable compagnon pour prévoir et comprendre au jour le jour les phénomènes observables dans le ciel. Placez-vous par exemple à Bruxelles, le 12 juillet 1996 à 7 h 50, pointez Vénus, et vous observerez l'occultation progressive des cornes du croissant vénusien par le limbe lunaire, avec une précision de quelques secondes. Les éclipses vous intéressent ? Utilisez l'option Terre vue de l'espace pour assister à la simulation de l'éclipse de Soleil du 11 août 1999. Les épicycles du système solaire géocentrique de Ptolémée vous ont toujours semblé incompréhensibles ? Affichez côte à côte une vue du système solaire héliocentrique et du système solaire géocentrique, et regardez comment les deux modèles rendent compte des mouvements apparents des planètes.

Des dizaines d'autres options sont disponibles mais, surtout, une fois que vous maîtriserez correctement le fonctionnement des différents instruments, plus rien ne vous limitera. Vous pourrez vous lancer sans complexe dans des expériences et des mesures originales, et conserver vos résultats sous forme de tableaux exportables dans un logiciel de traitement de texte ou de calcul. Kepler est donc en tout point un logiciel indispensable!

Guillaume CANNAT
CIEL et ESPACE, novembre 1996
17, rue Émile Deutch de la Meurthe
75014 PARIS
FRANCE

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015