Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 17, Mai 1997 
Info/TIC : c'est la mode aux médias Version Imprimable  Version imprimable


Sylvie Malaison  (CCFD)

 

Depuis quelques mois, tous les médias conventionnels ou presque ont flairé le bon filon des TIC. Pas un grand réseau de télévision digne de ce nom qui n'ait pas encore mis en ondes un magazine sur la "chose", pas un quotidien d'envergure qui n'ait propulsé sur la piste technologique un Tintin des temps modernes ! Les hebdos régionaux, les télévisions communautaires et autres sbires de la communication en font probablement autant. Même notre bon vieux Le Bigot consacra en son temps un monsieur "http". Et que dire de Échos-Vedettes qui doit sûrement mettre en évidence les facéties de la gent artistique québécoise sur Internet.

Quand le sujet est à ce point "chaud" qu'on le sorte de la presse spécialisée pour le porter sur le grand autel de la presse populaire, on approche dangereusement de l'heure de gloire ou, qui sait peut-être, d'une banale entrée dans les moeurs.

Ces articles, ces émissions -- dont la qualité varie -- ont par ailleurs le mérite de mettre en contact un public, pas nécessairement branché mais intéressé, avec une réalité commerciale qui les assaille, de l'afficheur au DVD en passant par le modem-câble. Par un louable effort de synthèse, ils arrivent même à séduire des branchés encore assez rétro pour consulter une feuille imprimée à l'encre !

Les plus âgés se souviendront cependant que les mêmes débordements médiatiques avaient marqué le premier virage informatique au début des années 80. Même le défunt Montréal-Matin, tendance populo, s'y était mis ! Mais la mode vira un jour au jardinage, au jeu en bourse, aux concours d'orthographe et à Jojo Savard. L'informatique passa à la trappe.

Surveillez bien votre bonne vieille presse. Quand les chroniques Net céderont la place aux billets sur les phénomènes paranormaux, les soins à domicile ou les loisirs des préretraités-forcés-de-l'État, c'est que les TIC seront devenues un sujet ringard. Certaines d'entre elles seront bien intégrées dans la vie du plus grand nombre, d'autres resteront l'apanage restreint de groupes bien ciblés. Il en restera toujours quelque chose.

Quoi qu'il en soit, elles auront bien fait jaser, fait vendre de la copie, fait mousser la carrière de quelques gourous éphémères et alimenté de nombreuses discussions d'officines.

Comme disait l'autre : Sic transit gloria mundi !

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015