Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 17, Mai 1997 
Enfin, le Petit Robert Version Imprimable  Version imprimable


Marcel FORTIN

 

Les lecteurs de Clic savent depuis longtemps que les questions pédagogiques nous préoccupent au plus haut point. Et il est des plus pertinent de se demander quels sont les qualités ou les avantages qu'un outil traditionnel comme un dictionnaire peut acquérir lorsqu'on le " cédéromise " !!! C'est le cas justement du Petit Robert, bien connu dans les milieux collégiaux et universitaires de l'enseignement. On peut à présent se le procurer pour les plateformes Mac ou Windows.



Tous connaissent la richesse de cet outil, tant sur les plans de l'étymologie et de la phonétique que sur les plans de la sémantique ou de la littérature. Beaucoup le préfèrent au Petit Larousse à cause de cette richesse linguistique et ceux-là acceptent par le fait même des efforts plus grands de lecture. Consulter le Petit Robert prend du temps mais la récolte est riche habituellement. Disons-le sans détours, le Petit Robert fait autorité.

Publié sur cédérom, le Petit Robert perd-il de son autorité ? Absolument pas. Au contraire, car ce qui en rendait la consultation lourde disparaît en grande partie : sur cédérom, consulter le Petit Robert devient un jeu d'enfant, car il s'ouvre de lui-même, et dès que l'on a tapé le mot choisi il va à la bonne page... On a même pensé fournir au lecteur des outils pour aérer le texte, en le grossissant ou encore en le découpant de différentes façons : étymologie, analogie, plan de l'article, exemples... Dans le fond, ces outils de mise en page (visualisation) sont autant de stratégies pour segmenter les informations, les effacer par restriction de champ ou encore pour les mettre en évidence en les délimitant pour fixer l'attention sur les informations pertinentes... Ce déchiffrage -- qu'un lecteur averti et connaissant bien le plan de rédaction des lexicographes doit faire en identifiant chaque sorte d'information présentée dans l'article --, quelques outils simples le font automatiquement : afficher le plan général de l'article, les informations phonétiques, étymologiques, les renvois et contraires, les exemples et expressions, les citations et enfin les homonymes. Ces vues peuvent être obtenues alternativement ou cumulativement au gré de l'utilisateur. Ces découpages se font instantanément, dans un battement de paupières. L'intérêt de ces vues " spécialisées ", c'est qu'elles nous font économiser attention et temps sans risquer de perdre les informations importantes. Du jamais vu chez les passionnés des dictionnaires : consulter sans perte de temps ! Et pour les étudiants qui hésitent très souvent sur le sens des mots étymologie, prononciation, sens premier ... homonyme, analogie... vous devinez sûrement combien ces vues limitées mais bien ciblées vont leur donner une meilleure maîtrise en lecture du dictionnaire et de là une plus grande assurance.


 

Premier acquis certain et pour tout le monde, lire ou consulter le Petit Robert à l'écran, c'est facile, rapide et même plaisant, car l'oeil peut respirer dans la mise en page en fenêtres aérées.

À ces outils pour faciliter la lecture on a aussi osé ajouter des moteurs de recherche spécialisée et approfondie qui en fait nous révèlent l'étendue de la richesse du Robert...

On peut ainsi creuser le fond qui reste trop souvent insoupçonné. Vous êtes-vous déjà demandé combien de mots québécois ont été accueillis dans le Robert ou combien de mots amérindiens il contient (41 et 45) ? Les moteurs fonctionnant selon des critères étymologiques peuvent vous aider à trouver ces listes de mots, vous en indiquer le nombre aussi... en un tournemain. On peut ainsi suivre à la trace le jeu des influences et des échanges linguistiques. Aiguillonné par ces moteurs, le Robert peut vous montrer les mots américains qui ont été acceptés en français depuis 1950 (103).


 

Pour vérifier combien le phénomène des emprunts est puissant dans l'évolution lexicale d'une langue, d'un siècle à un autre, rien ne vaut ces recherches étymologiques qui se font très rapidement. Ceux qui veulent donner à leurs étudiants des notions linguistiques sur la vie et la mort des mots au sein d'une langue tiennent là un outil extraordinaire d'efficacité.

Les recherches poussées ne s'arrêtent pas aux étymologies. Elles peuvent se faire aussi sur les 40 000 citations d'auteurs, les catégories grammaticales, les formes phonétiques...

Faire de telles recherches pour un étudiant peut être stimulant au plus haut point. Les 60 000 entrées du dictionnaire, les 150 000 renvois analogiques, les 180 000 exemples et expressions, les conjugaisons, les 9 000 mots prononcés le tiendront occupé longtemps ! Il tient enfin dans ses mains un outil souple et rapide qui interagit à ses interrogations variées. Et le résultat, la plupart du temps, c'est la satisfaction d'avoir trouvé une information valable, pertinente, qui guide dans la compréhension et l'utilisation de la langue.

Le Petit Robert a bien mérité de la Francophonie, et depuis longtemps, dans l'illustration et la défense de la langue française, mais en passant à l'édition électronique il se fait convivial pour un plus grand nombre. C'est un atout pédagogique extraordinaire qu'il faut impérativement saisir pour les cours de français.

Un dernier mot. Vous voulez un cours magistralement réussi d'initiation au dictionnaire Robert ? Alors dépêchez-vous de lancer la Visite du Robert fournie sur le cédérom. Une présentation vivante, claire, avec musique et voix... qui initie à la magie du Robert numérique. C'est une leçon éclatante, exemplaire !

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015