Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 19, Novembre 1997 
Épilogue Version Imprimable  Version imprimable


Bruno POELLHUBER  (APOP)

Laissez-moi vous conter une petite anecdote. Lors d'une journée pédagogique au collège, il y a de cela environ deux ans, n'écoutant que mon enthousiasme et ma témérité, j'avais dressé un portrait de ce qu'était pour moi l'avenir des nouvelles technologies et du rôle qu'elles peuvent jouer dans l'enseignement au collégial.

Or, après ma présentation, quelques professeurs inquiets m'avaient pris en aparté en me chuchotant : « Hé Bruno, c'est stressant ce que tu dis là... Je pense que l'analphabète là, c'est moi !... Qu'est-ce que je vais faire ? Est-ce que je vais pouvoir continuer à enseigner ?... Est-ce que je vais être obligé d'utiliser un ordinateur ?... Ça me fait assez peur ces machines-là ! Il me semble qu'en x..., ça donne rien... Le cédérom, je pensais que ça se buvait ; je prendrais ben un petit verre de cédérom ! »

Là-dessus, je leur réponds de ne pas s'inquiéter, que la pertinence des nouvelles technologies n'est pas la même pour tous les cours, qu'il faut les voir comme une ressource disponible parmi d'autres, rien de plus rien de moins, et que même s'ils ne sont pas à l'aise avec ce médium, ils sont sûrement d'excellents professeurs.

Or, il y a quelques semaines, au retour des vacances, par un bel après-midi ensoleillé, je croise l'une de ces personnes dans le stationnement du collège. Après les salutations habituelles, elle me dit :

- Bruno, tu croiras jamais ce qui m'arrive. Je suis rendue une maniaque d'Internet

Je la regarde, interloqué :

- Toi, x... ? ! !

- Ben oui ! Je me pensais bien la dernière personne à s'intéresser à ça. Je trouve ça assez drôle, je ne me reconnais plus. Imagine-toi ! Mon chum s'est acheté un nouvel ordinateur : un Pentium NNX (sic) quelque chose, avec le multimédia et tout le kit. C'est rendu que je passe mon temps à naviguer sur Internet. Je le fais à mon rythme, sans personne qui me regarde... je peux me tromper et c'est pas grave... mais c'est pas croyable tout ce que je trouve là-desssus.

- Dans ton domaine (celui où ça ne servait à rien) ?

- Ben oui, je pensais pas qu'il y avait tant d'affaires. Tu t'imagines pas tout ce qu'il y a.

- Eh bien, c'est extraordinaire !

Mes occupations m'appelant, je commence à m'éloigner, mon coeur de conseiller pédagogique léger et content d'une conversion si imprévisible.

- Hé Bruno !

Je m'arrête.

- Je ne bois plus de cédérom, mais maintenant, Internet, j'en mange ! 

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015