Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 85, Avril 2014 
Pédagogie du vendredi Version Imprimable  Version imprimable


Julie Gagné, enseignante et coordonnatrice au Département de littérature, Cégep régional de Lanaudière  (Ce texte est paru initialement le 13 janvier 2014 dans Profweb.)

 

www.profweb.qc.ca/fr/publications/recits/pedagogie-du-vendredi/index.html




J’enseigne la littérature. Les exemples d’usage des TIC apparaissant dans le présent récit sont liés à cette discipline. Mon objectif est de vous les présenter simplement, en vous expliquant comment je les ai exploités afin de dynamiser mes classes du vendredi. À vous de voir comment vous pourriez vous les approprier!


Un cours le vendredi après-midi : quelle horreur ! Pour nous et pour les étudiants… Peut-on se permettre d’enseigner autrement parce que c’est vendredi ? Absolument ! En intégrant de nouvelles stratégies, en exploitant les TIC, en modifiant notre approche, il y a moyen d’encourager nos étudiants à être présents et productifs même ce jour-là ! Voici quelques idées d’une enseignante de littérature.



UN JOUR COMME LES AUTRES ?
Sans doute, on peut voir le vendredi comme tous les autres jours de la semaine. On peut aussi, comme les étudiants, se sentir plus fatigué ou démotivé ce matin-là. Pourquoi ne pas regarder la situation positivement : quelle chance nous avons de terminer la semaine en beauté, ensemble jusqu’à la fin! Au premier cours, par exemple, je demande aux étudiants qui est au collège depuis le matin, s’ils ont eu une grosse matinée, un cours avant, etc. L’objectif est d’humaniser le défi, de le dédramatiser.



GESTION DE CLASSE
Dès les premiers cours, on peut donner le ton, parler de nos attentes, conclure avec les étudiants un contrat du genre : je serai cool, mais soyez présents et restez concentrés... Un de mes trucs : je leur dis que le vendredi, s’ils sont présents, je leur envoie mes notes et commentaires inscrits dans les diaporamas (PowerPoint) que j’utilise souvent en classe. Ou encore, j’utilise PDF-XChange Viewer pour annoter les textes que nous analysons en groupe. Si tout le monde participe, je dépose ensuite le travail sur LÉA : les étudiants se détendent et l’atmosphère est plus propice à plaisanter ou à décrocher. J’essaie d’alléger ainsi le travail ou la prise de notes. Mais le mot d’ordre demeure : soyez présents et productifs!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Exemple d’usage de PDF-XChange Viewer

 

 

GESTION DU CONTENU
Faut-il modifier le contenu du cours ou l’approche, ou les deux ? Choisir la théorie ou les exercices ? Voilà les vraies problématiques. Mon défi : garder mes étudiants motivés et actifs le vendredi. Quelques outils TIC m’ont aidée à y parvenir.


D’abord, intégrer des vidéos dans un diaporama aide à mieux faire passer la matière théorique. Ces vidéos peuvent prendre des allures ludiques – projeter une animation pour enfant d’une fable de La Fontaine plutôt que d’en faire la lecture – ou plus sérieuses – un extrait du téléjournal diffusé le jour de la première de la pièce Les Belles-Sœurs. Des sites comme YouTube ou les archives de Radio-Canada offrent des ressources variées.


Pour la partie atelier ou exercice du cours, j’essaie de garder le groupe actif en optant pour des stratégies qui impliquent toute la classe. Ce n’est pas le temps de poser des questions oralement, par exemple, car un seul élève me répondra : non seulement les autres seront passifs et attendront la réponse, mais aussi,  je ne saurai pas trop ce qu’il y a dans la tête de chacun… Pour déjouer cela, j’aime beaucoup utiliser les télévoteurs. Je crée d’abord un diaporama dans lequel j’inscris des questions. Puis, je distribue les télévoteurs. Déjà, les étudiants sont excités d’avoir quelque chose avec des boutons entre les mains ! Comme des enfants, ils ont subitement l’envie folle de participer ! Le logiciel lié aux télévoteurs fait ressortir les résultats de votes. Ainsi, on sait, par exemple, que 89 % de la classe a répondu correctement à une question; on peut évaluer instantanément les connaissances de nos élèves et orienter notre contenu en fonction des difficultés repérées. On a également la possibilité de connaître le temps de réponse aux questions; on peut alors ajouter un volet compétitif, ce qui motive beaucoup les étudiants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Exemple d’usage de télévoteurs

 

 

Pour le travail en équipe, Google Drive est l’outil par excellence. Il permet l’écriture « collaborative ». Je crée un document, je partage le lien avec les étudiants. La plu-part apportent leur portable en classe et on travaille en sous-groupes à l’écriture d’un plan d’analyse ou d’un paragraphe, par exemple. J’utilise un compte à rebours pour afficher le temps restant. Les minutes s’écoulent et la pression monte ! Pas le temps de jaser… On peut ensuite projeter à l’écran de la classe le travail de chaque équipe et le commenter. Le fait de savoir que le résultat sera vu par tous motive les élèves à faire de leur mieux. En prime, cela évite à l’enseignant  de rapporter de la correction 
à la maison…


Je vous ai décrit plus haut quelques outils facilement accessibles et relativement simples à exploiter. À vous d’en suggérer d’autres !



P.S. LA QUESTION !
Une question épineuse refait surface immanquablement le vendredi après-midi. D’ailleurs, si vous ne vous la posez pas vous-même, un étudiant la posera : « Madame, est-ce qu’on peut finir plus tôt… ? » Dans notre cégep, il y a toujours une pause de 10 minutes entre deux périodes de cours. Or, je sais très bien que si je fais une pause le vendredi, plusieurs étudiants partiront. Alors, je leur propose de ne pas prendre de pause (même s’ils sont fatigués…) et de finir 15 minutes plus tôt. Nous avons de la matière à couvrir et je sais que notre temps de classe est précieux. Mais si finir plus tôt fait en sorte que les étudiants sont plus motivés et plus heureux, pourquoi pas? On cède quelques minutes, mais on gagne en capital de sympathie !


 

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015