Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 81, Janvier 2013 
Quelques scénarios d'écriture réussis avec Google Docs Version Imprimable  Version imprimable


Jules Massé, enseignant et répondant technopédagogique à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec  (Profweb)

 

 

Jules Massé tire parti des avantages du travail scolaire en mode numérique. Il a illustré sa démarche lors du webinaire La classe numérique… vers une classe « sans papier ». Son intégration de Google Documents est exemplaire. Il nous montre comment procéder pour instaurer des pratiques d’écriture collaborative progressives avec les étudiants.



UNE PREMIÈRE FORME D'INTÉGRATION : TRAVAILLER À UN DOCUMENT UNIQUE

Travailler à un document numérique unique partagé, lors de comptes rendus de lecture, est une bonne façon d’intégrer dans les pratiques de travail des étudiants une activité d’écriture collaborative. D’abord, l’expérience se déroule en classe, de manière dirigée. Ensuite, elle repose sur la formation de sous-groupes possédant souvent des leadeurs du numérique. C’est une bonne façon d’animer des lectures portant sur une thématique commune. J’en ai fait l’expérience dans mes cours de philosophie1. Le choix des textes est déterminant : il faut s’assurer de leur intérêt et du niveau de difficulté (adapté en longueur et contenu).

Les étudiants préparent l’activité par une lecture hors classe. Ils annotent le texte qui leur est assigné, à l’aide des consignes de travail sur le blogue. Le texte est disponible en format numérique. La classe sans papier est déjà à l’œuvre. Le texte, brièvement présenté, est assorti d’un premier découpage sommaire (paragraphe par paragraphe) du contenu à relever.

Certains préfèrent imprimer le texte. D’autres apportent leur ordinateur ou tablette en classe pour le lire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Démarche de gestion du document de travail de classe2

 

 

GAIN ? UN REMUE-MÉNINGES EN MODE PARTAGÉ

Au moment de l’activité, les étudiants sont regroupés en équipe, sur la base du texte lu, pour en faire le compte rendu. Afin d’y parvenir, chaque équipe discute du sens du texte, relève les idées importantes et les collige dans le document de travail commun sur Google, auquel toutes les équipes ont accès3.

L’étape de remue-méninges est constructive ! Les curseurs se positionnent à des
endroits divers du tableau pour y intervenir simultanément, et les cellules se remplissent. L’enseignant jette un coup d’œil sur l’argumentation qui s’élabore. Il peut intervenir durant le travail.

Au retour de la pause, tout le monde se réunit au tableau blanc interactif et chaque équipe présente son texte en quelques minutes. L’enseignant anime la discussion et apporte des précisions sur les comptes rendus, qu’il peut annoter. Ce retour immédiat sur le travail d’analyse, opéré par la discussion courte, un peu informelle, mais dense, est un moment fort. Il instaure un climat de collaboration utile pour la préparation des présentations en équipe. À la fin de la séance, je modifie le statut du texte ; il reste public, mais devient non modifiable afin de le conserver tel que conçu par la classe.


UNE SECONDE FORME D'INTÉGRATION : TRAVAILLER À UN DOCUMENT D'ÉQUIPE

À la sixième semaine, chaque équipe dispose d’une période de 20 minutes pour faire l’examen public d’une question de nature philosophique. Le traitement du sujet doit être alimenté par un entretien réalisé avec un intervenant4 du milieu ou par l’animation d’un site de discussion.


La démarche étape par étape est fournie à chaque équipe. Les étudiants complètent les cases du document Google collectif. Son con-tenu fera partie de l’évaluation sommative. Il est complété avec soin par les étudiants, qui doivent se soucier également de la qualité de leur français écrit5.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Démarche de gestion d’un document d’équipe6

 

 

GAIN ? L’ENCADREMENT EN CONTINU

Le projet requiert trois semaines. Les étudiants collaborent entre eux et avec l’enseignant, en classe et entre les rencontres, durant toute la durée du travail. Ils n’ont pas accès aux documents des autres équipes. S’ils ont des questions, ils inscrivent simplement un commentaire en marge du document. L’enseignant est avisé instantanément par courriel. Il intervient directement et rapidement dans le document pour valider la démarche, demander des précisions ou apporter des corrections au besoin.Cette formule, reprise une seconde fois durant la session, est productive. Pourquoi ?

  1. Les rétroactions rapides aux questions des étudiants soutiennent la motivation.
  2. On ne s’égare jamais quand on dispose de consignes précises, conservées en ligne.
  3. La tâche rejoint les étudiants dans leur réalité (intervenants du milieu).
  4. On comprend de ses erreurs.



UNE DERNIÈRE FORME D'INTÉGRATION : TRAVAILLER À UN DOCUMENT PERSONNEL

La préparation de la dissertation finale se fait de manière continue à partir de la huitième semaine de cours. L’enseignant fournit un document d’encadrement numérique. Chaque étudiant en tire une copie personnelle en le renommant. Il partage7 ensuite cette copie avec l’enseignant, qui en devient le « propriétaire ». Au moment convenu, ce dernier retire la permission de modifier le document à l’étudiant et le travail est considéré comme « remis ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Démarche de gestion d’un travail individuel8

 



GAINS ? INÉGAUX, EN FONCTION DE L'INVESTISSEMENT ET DE L'ADAPTABILITÉ TECHNIQUE

Les étudiants très motivés ainsi que ceux qui ont davantage de difficultés ont particulièrement apprécié mon accompagnement. Certains ont toutefois attendu à la dernière minute pour s’investir dans le travail.

Comme c’était la première fois que chacun était individuellement dans l’obligation de travailler dans Google Documents, certains ont eu du mal à retrouver leur document personnel dans Google Drive. Des explications plus techniques9 ont donc été nécessaires dans certains cas.

 

 


 

1 Cours concerné : 340-102-MQ - L’être humain.

2 http://www.monde.ccdmd.qc.ca/ressource/?id=82445

3 Au minimum, un ordinateur par équipe est requis pour cette mise en commun.

4 Prêtre, moine, adepte de croissance personnelle, personne ayant réalisé ou vécu de grandes choses, enseignant, intellectuel…

5 La classe profite des prismes de réécriture du logiciel Antidote.

6 http://www.monde.ccdmd.qc.ca/ressource/?id=82491

7 Jules Massé ne craint guère le plagiat, qu’il arrive à détecter dans les historiques de Google ou avec l’aide de Compilatio.net.

8 http://www.monde.ccdmd.qc.ca/ressource/?id=82493

9 Notamment, comment créer un compte Google.

 

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 19/04/2014