Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 79, Avril 2012 
Une manière originale de s'instruire en enseignant Version Imprimable  Version imprimable


Lisa Deguire, enseignante d'anglais langue seconde au Cégep de Jonquière  (Profweb - Futurs Profs)

 

Lisa Deguire anime le service d’aide H.E.L.P. ON-LINE (Help in English; Learning and Practice Online) du Cégep de Jonquière. Le répertoire1, régulièrement consulté par les  étudiants inscrits à un cours d’anglais, contient une grande gamme d’exercices conçus par les enseignants du département, allant de questionnaires ou mots croisés interactifs à des documents audios.


Depuis deux ans, des étudiants des cours d’anglais de niveau avancé (IV) composent leur propre  catalogue!  
Le projet Students Helping Students, hébergé dans l’espace personnel de Profweb, tire profit des connaissances qu’ils ont acquises en leur lançant le défi de construire à partir d’elles des objets d’apprentissage de leur cru, faits par eux et pour eux!



FAIRE D'UN DÉFI UNE OPPORTUNITÉ
Concevoir des cours d’anglais langue seconde de niveau avancé pose de constants défis à l’enseignante ou l’enseignant, qui doit développer des activités de formation greffées à la vie professionnelle et sociale future d’étudiants partageant souvent la conviction d’avoir trop peu à apprendre de leur cours d’anglais. Mais ce défi, propre aux cours adaptés aux programmes d’études et particulièrement difficile à relever dans des classes composites, peut devenir une opportunité!

Le projet de rédaction multimédia est né de la volonté de tirer profit de cette polyvalence de savoirs. Basée sur le précepte de Sénèque : « Qui discit Docet » (« Qui enseigne s’instruit »), l’activité profite des connaissances et compétences développées par les élèves dans le cadre de leur programme d’études. En bonne constructiviste, je les encourage à exploiter toutes les ressources dont ils disposent. Ainsi, tout en concevant un objet d’apprentissage, ils apprennent!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’enseignante2 explique quelles sont les retombées du projet de rédaction multimédia dans l’apprentissage.

 

 

QUI ENSEIGNE S'INSTRUIT
Le projet de rédaction multimédia, alimenté durant les 15 semaines de classe, débouche ainsi sur une activité d’enseignement. L’activité d’apprentissage présentée peut aborder une difficulté propre à la langue anglaise ou à son usage (emprunt d’un lexique spécialisé), ou encore, une réalité reliée à leur champ d’études. Un impératif : l’outil créé audio, vidéo, Web ou textuel se destine à des étudiants ayant une moins grande compétence linguistique que la leur.


PLANIFICATION DE L'ACTIVITÉ ET DÉROULEMENT
Le travail comprend différentes phases allant de l’analyse des besoins à l’identification des objectifs d’apprentissage, de la conception d’un outil multimédia à son élaboration, et enfin, de l’examen par les pairs à son lancement officiel lors de l’exposé au terme du projet.

Dès la première rencontre de la session, à la distribution du plan de cours, le défi est lancé aux étudiants. Je dois contenir leur enthousiasme! Afin de bien les orienter et de les diriger vers les bonnes ressources, je vérifie périodiquement leurs choix.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaque semaine, une période de classe est allouée à ce travail. Il faut :

  1. former les équipes
  2. déterminer le niveau de compétence linguistique visé (tous les niveaux sont couverts)
  3. choisir l’aptitude ciblée (lire, écrire, s’exprimer ou comprendre) et les éléments de compétence développés
  4. effectuer une analyse des besoins
  5. identifier les stratégies d’apprentissage adoptées
  6. choisir les outils technologiques et ressources utiles
  7. fournir un croquis, un scénarimage ou un prototype
  8. rédiger les rapports d’étape
  9. tenir compte de l’examen fait par les pairs
  10. produire une œuvre originale tenant compte de la notion de propriété intellectuelle et de droit d’auteur
  11. préparer la présentation du produit final
  12. signer, s’il y a lieu, les formulaires de cession de droits pour l’insertion au catalogue  Students Helping Students.



RÉACTIONS DES ÉLÈVES

Les étudiants adorent l’expérience. Ils rapportent que ce travail d’équipe permet de développer les compétences langagières dans un cadre relationnel motivant et créatif. Le processus décisionnel, varié et bien échelonné dans le temps, leur offre des défis de communication semblables à ceux de la vie professionnelle et sociale. Ils apprécient apprendre dans un contexte aussi diversifié d’activités, enrichissant d’autant leurs connaissances et compétences acquises en anglais. Il est valorisant pour eux de partager les connaissances acquises durant leur formation avec leurs coéquipiers et tout aussi intéressant de prendre connaissance de celles de leurs pairs.

Et bien sûr, les étudiants sont très fiers de leurs produits finaux!











Depuis 2010, 16 projets3 d’équipe ont été intégrés au catalogue Students Helping Students. Plusieurs autres répondront bientôt aux normes de mise en ligne et s’ajouteront aux précédents.







 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« How to Record a Song » de S. Schroeder et J. Bouchard est un exemple de projet vidéo inséré au catalogue4 Students Helping Students.

 

 

MES RECOMMANDATIONS

  • Rassurer les étudiants qui ne sont pas à l’aise avec le projet ou la technologie au début du semestre et leur rappeler que le projet se fait en collaboration étroite avec la personne qui est leur consultant en langue et en pédagogie.
  • Encourager les membres de l’équipe à énoncer clairement, et ce, dès le début, leurs compétences et le temps qu’ils peuvent consacrer à ce projet.
  • N’accepter que des travaux originaux pour éviter les problèmes de droits d’auteurs.
  • Exiger que l’on soumette les contenus du projet afin de s’assurer de la qualité de la langue et du matériel avant qu’il ne soit complété.
  • Utiliser des outils standards5 tels que Word, Explorer, Firefox et Google pour créer des pages Web, afin de faciliter la correction et de prolonger la durée de vie du produit.
  • Orienter les étudiants vers des outils et ressources libres de droits tels que World of images, Teacher Tube, Hot potatoes, Netquiz Pro, Crisscross Words.
  • Encourager l’utilisation de la licence Creative Commons en précisant les formules proposées.

Pour une personne qui veut intégrer la technologie dans son enseignement, ce projet figure parmi ceux où 20 % de l’effort déployé par l’enseignant reçoit 80 % de contribution étudiante.

 

 

 


 

1 Le répertoire hébergé sur DECclic migre actuellement vers la plateforme Moodle de DECclic.

2 La communication, qui a eu lieu le 13 octobre 2010 au Cégep de Sainte-Foy, à l’initiative du CCDMD et du projet Futurs profs, reflète bien le travail de l’enseignante, qui a également publié le mois suivant :« To Learn Through Teaching ». Le présent récit tient compte des quelques changements intervenus dans sa pédagogie depuis ces événements.

3 Certains projets ont été écartés lors des premières années du projet en raison de leur non-conformité aux règles d’attribution des droits d’auteurs.

4 Le média a été intégré au répertoire du Monde en images à titre d’exemple de la démarche de l’enseignante.

5 L’intégration des technologies n’exige pas plus de travail que les stratégies pédagogiques rhétoriques que l’on adopte pour l’enseignement théorique, selon Lisa Deguire.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015