Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 78, janvier 2012 
Simulateur réaliste et interactif Version Imprimable  Version imprimable
au laboratoire de soins infirmiers

Lise Gignac, enseignante de soins infirmiers au Cégep de Lévis-Lauzon

 

 

Depuis l’automne 2010, les étudiants de Lise Gignac apprennent à faire l’examen clinique d’un patient avec le simulateur SimMan. Le mannequin peut présenter les symptômes de pathologies que les scénarios développés avec des acteurs ne permettaient pas de reproduire. Comment exprimer les manifestations d’une bradycardie? Comment mimer l’absence de pouls pédieux? Les scénarios mis en place avec SimMan offrent de nombreux avantages qui sont expliqués ici.

 

 

MISE EN CONTEXTE

L’introduction du mannequin-simulateur au Département de soins infirmiers à l’automne 2010 n’est pas étrangère à la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé (projet de loi 90).

Cette loi, qui reconnaît la compétence des infirmiers à effectuer et ajuster les traitements médicaux et à administrer et ajuster les médicaments, leur donne également comme responsabilité de procéder à l’examen physique du patient. Elle reconnaît aussi leur rôle dans les activités de surveillance clinique (monitorage) et de suivi des clientèles complexes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les réactions du mannequins sont d'un grand réalisme, ce qui prépare bien au milieu de travail.

Écran simulateur : L'enseignante contrôle le scénario à partir du moniteur.

 

En 2009, au cœur de la révision de notre programme, nous nous sommes questionnés sur les méthodes à adopter non seulement pour nous conformer à la loi, mais surtout pour offrir un contexte d’apprentissage formateur pour les nouvelles compétences. Il nous est apparu que la meilleure des méthodes pour enseigner aux étudiants à réagir en fonction des situations était d’opter pour un simulateur.

 

RAISONS DE NOTRE CHOIX

D’abord, le mannequin fournit des rétroactions par rapport aux soins apportés. Ce «patient» permet également à l’étudiant de vivre une pratique active et répétitive de l’examen physique et des procédures de soins dans un environnement sécuritaire. Les scénarios simulés placent l’étudiant devant un éventail de difficultés et une grande variété de conditions cliniques. 

Nous avons effectué des recherches afin de vérifier ces prémisses encore toutes théoriques. Nous voulions connaître quels établissements1 possédaient un tel mannequin, dans quels contextes ils l’utilisaient, comment ils aménageaient le laboratoire et leur niveau de satisfaction. 

Citons quelques avantages de cette approche pédagogique: elle est plus réaliste, elle permet l’intégration de la théorie à la pratique, le développement du jugement clinique, l’aptitude à communiquer, l’apprentissage du leadership par la prise en charge de la situation et la prise de décisions, une meilleure préparation aux stages, à l’examen de l’OIIQ et au marché du travail, et enfin, la familiarisation avec le travail d’équipe.

 

CONTEXTES D'UTILISATION DU SIMULATEUR

Avec SimMan, la pathologie ciblée ou les effets de la médication administrée sont suivis en temps réel, ce qui permet un apprentissage clinique beaucoup plus authentique. Le mannequin réagit aux soins pratiqués par les élèves et aux ordres du formateur. On peut procéder à une évaluation respiratoire du patient (mouvement du thorax, bruits respiratoires, toux, saturation, œdème de la langue), à une évaluation cardiaque (B1-B2, pouls, TA, tracés cardiaques), à une évaluation de la condition du système digestif (bruits intestinaux, vomissement) et à une partie de l’évaluation neurologique grâce, entre autres, à la dilatation des pupilles et à la réponse verbale. Enfin, des perfusions intraveineuses peuvent aussi être pratiquées sur SimMan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EXPÉRIENCE DE LA SIMULATION

Lors de la mise en situation, l’enseignant est à l’abri des regards et des échanges. Il observe la simulation dans la petite pièce destinée à l’ordinateur de contrôle. Cela lui permet de maîtriser des paramètres déterminant le déroulement de la situation sans influencer involontairement les gestes professionnels faits par les étudiants.

 

 

L'enseignante présente quelques scénarios d'intégration pédagogique du simulateur. L'extrait capté lors du colloque de l'AQPC (2011) figure dans le répertoire Le monde en image (CCDMD)

L'enseignante montre les choix de paramètres et de scénarios de SimMan. L'extrait est diffusé dans la série de vidéos éducatives du Monde en image.

L'enseignante observe ses étudiants en action et l'impact de leurs soins, dont les effets cliniques sont archivés.

 

Le choix de l’algorithme par l’enseignant à la console de contrôle aura un effet déterminant sur l’état du patient. La bonne ou mauvaise évolution de ce dernier dépendra aussi des gestes faits par les étudiants. Il est possible d’augmenter les difficultés quand les étudiants sont plus avancés ou expérimentés. Nous pouvons moduler les paramètres respiratoires, sonores, ajouter des radiographies au dossier, préciser les symptômes, les manifestations physiques désirées (bruits de vomissement, de respiration saccadée, etc.), et ce, toujours en harmonie avec le scénario expérimenté.

Les étudiants aiment beaucoup ces mises en situation. Au départ, ils ont accès à une fiche descriptive du patient indiquant son passé médical et le type d’intervention en cours. Dès que la simulation commence, toutes leurs actions sont enregistrées. Un avantage pédagogique important est de pouvoir ensuite visionner ensemble la séquence, de noter les bons ou mauvais coups, et d’en discuter lors du retour clinique à partir du tableau synthèse produit.

C’est toute une expérience, fort pédagogique, un véritable privilège pour eux!

 

 


1 La base des Forces canadiennes Valcartier, l’UQTR et l’UQAR notamment.

 

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015