Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 78, janvier 2012 
Une simulation de gestion Version Imprimable  Version imprimable
pour jeunes entrepreneurs en formation

Pierre Bilodeau, enseignant de techniques de comptabilité et de gestion au Cégep régional de Lanaudière à L'Assomption

 

Dans les cours portant sur les fonctions de travail, les enseignants de comptabilité et de gestion proposent dorénavant tout un défi: la gouvernance d’une entreprise. En effet, ils offrent à leurs étudiants un univers virtuel qui permet d’expérimenter quelques semestres de la vie d’une entreprise. Il s’agit de faire progresser celle-ci dans un environnement mondialisé. Pierre Bilodeau est un des premiers à avoir utilisé cette approche dans ses classes.

 

 

 

UN CADRE EXPÉRIMENTAL ILLUSTRANT LES FONCTIONS DE L'ENTREPRISE

J’utilise le site de simulation pour des cours offerts en Techniques de comptabilité et de gestion et en Sciences humaines, profil administration. Les quatre différentes fonctions de l’entreprise sont enseignées:

        1.  le marketing 

        2.  la finance et la comptabilité

        3.  la gestion de ressources humaines

        4.  la production

 

L’objectif du cours est de comprendre comment chacune de ces fonctions interagit avec les autres et comment on arrive à bien les coordonner.

Pierre Bilodeau présente les principaux avantages de l’utilisation de Praxem en classe dans une vidéo de la collection Le monde en images (CCDMD).

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Image de SimAction

 

L’ENTREPRISE EN ACTION1

Le manuel L’entreprise en action de Gilbert Rock et François Cournoyer, qui expose cette théorie, permet de la mettre en pratique au moyen d’exercices offerts en accompagnement Web. Depuis quelques sessions, on peut aussi le faire au moyen d’une simulation de gestion (SimAction) conçue par Luc Desaulniers, professeur à l’Université du Québec à Rimouski.

 

UN ÉLÉMENT CLÉ : LE RAPPORT DE GESTION

Toute entreprise fait face au défi de bien exploiter le cycle administratif ou PODC (Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler). L’exercice de simulation permet d’expérimenter ces différentes facettes de la gestion dans un contexte de concurrence active pour un produit par ailleurs fort attirant pour les jeunes: le kayak de mer! Chaque entreprise doit fabriquer des kayaks, déterminer les prix, engager du personnel, gérer la main-d’œuvre et vendre ses kayaks partout dans le monde. Les étudiants se partagent les responsabilités de gestion au sein de cette entreprise virtuelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Organigramme

 

Les aspects abordés vont de la qualité de la matière première aux salaires, des stratégies de marketing adaptées aux différents marchés2 à la maintenance de la machinerie, du prix de vente aux données d’inventaire ou aux heures supplémentaires, des décisions émanant du secteur de la production, du marketing, des ressources humaines et des finances.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plan semestriel

 

On peut consulter Le monde en images pour assister à la démonstration que fait l’enseignant de l’utilisation des différents outils de Praxem.

Chaque semestre, un incident vient affecter l’industrie et brouiller les cartes: un incendie fait rage, une grève éclate, etc. L’incident perturbe la vie des entreprises et introduit des éléments d’incertitude que les vrais gestionnaires ne connaissent que trop bien.

Les étudiants ne peuvent donc pas prendre leurs décisions de façon mécanique, car l’environnement évolue constamment.

 

L’ÉVALUATION OU FAIRE FACE AUX ACTIONNAIRES

Que devrait-on évaluer lors de ces simulations? La question s’est posée pour nous. Évidemment, il ne s’agit pas d’évaluer nos étudiants sur la base de la cote de leur entreprise à la bourse

C’est le processus décisionnel ou PODC que nous évaluons, lequel doit être décrit et analysé par les étudiants à la lumière des résultats obtenus par leur entreprise aux différents trimestres.

Vers la dixième ou onzième semaine de la session, les étudiants me remettent un rapport écrit dans lequel ils présentent les décisions qu’ils ont prises, les résultats qu’ils escomptaient et ceux qu’ils ont obtenus. Je les mets alors au défi, tout comme un actionnaire, de corriger leurs faiblesses et d’améliorer leur performance. À la fin de la session, ils se présentent à nouveau devant moi. Cette fois, l’analyse se fait dans le cadre d’une présentation orale.

 

PLANIFICATION DE L'ACTIVITÉ

La première séance avec SimAction simule l’activité d’un semestre de l’industrie. Les étudiants déterminent les variables de fonctionnement. Ils en mesurent les impacts sur la performance et observent que des facteurs externes interviennent (coût d’assurance, taux de change, compétitivité, etc.). Je suis alors constamment à leurs côtés. La simulation est lancée et ils peuvent commencer à effectuer des observations… et aussi des erreurs! Ils doivent comprendre l’interdépendance des décisions qu’ils prennent et l’influence du marché.

À la deuxième séance, on planifie la première année d’activité de leur PME. Ils doivent fixer le seuil de rentabilité, déterminer trois objectifs à atteindre et dresser l’état prévisionnel des résultats. Ils effectuent ce travail en équipe en tenant compte des données historiques fournies dans la simulation. Les séances de travail se déroulent par la suite à l’extérieur du cours, une fois leur autonomie assurée.

À chacun des semestres simulés (on peut en prévoir de quatre à huit durant une session), les résultats financiers sont dévoilés. L’effervescence est grande: qui montera sur le podium?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Podium

 

Dans la captation vidéo «Les retombées d’un apprentissage actif dans un cours de gestion», l’enseignant explique comment les évaluations deviennent, dans le cadre d’une simulation, une expérience de face à face avec les résultats et les actionnaires.

 

LES EFFETS DE L'ÉMULATION ET LES DÉFIS DE L'ANALYSE DU MARCHÉ

Il y a un podium pour chacun des volets de l’entreprise: ventes, marge de profit, cumul des heures supplémentaires, compétence des employés, qualité du produit, etc. Lorsque je lance la simulation, l’excitation est grande dans la classe. Tous ont hâte d’observer le positionnement de leur entreprise par rapport aux autres et leurs résultats financiers (au tableau de bord).

Je les questionne alors sur leurs forces et leurs faiblesses. Certains ont décroché le podium des ventes et pas celui des profits… Je leur demande de m’expliquer pourquoi en considérant les objectifs fixés. L’onglet «conseil» présente une série de commentaires d’experts, représentant une part du marché mondial, adaptés à la situation de l’équipe. Les élèves doivent les considérer pour améliorer leur performance. Ils doivent aussi prendre connaissance des actualités électroniques publiées sur le site.On y indique ce qui s’est passé dans les marchés concernés et les tendances probables du prochain semestre dont ils doivent tenir compte.

 

BILAN

Le cours d’introduction à la gestion s’est considérablement modifié grâce à cette simulation. Le type d’encadrement aussi. J’agis sur les attitudes! Certaines de mes équipes sont trop sûres d’elles-mêmes… ou l’inverse! Le PODC n’est plus qu’un schéma: les étudiants comprennent vraiment la dynamique d’une entreprise faisant face à la réalité du marché. 

Le plaisir des étudiants à l’expérimenter est palpable. Un succès!

 

 

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015