Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 77, octobre 2011 
Profweb Version Imprimable  Version imprimable
La vidéo accessible à tous au collège

Philippe Aubé, coordonnateur  (Profweb)

Philippe

 

Au cours des dernières années, plusieurs technologies sont apparues ou se sont développées et ont permis aux enseignants d’expérimenter de nouvelles activités pédagogiques. C’est notamment le cas de la vidéo, qui, autrefois réservée aux spécialistes, est désormais plus accessible et plus facile à utiliser en contexte pédagogique. 

 

 

 

EXEMPLES D'UTILISATION

Voici quelques exemples d’utilisation de la vidéo dans le réseau d’enseignement collégial. Ils proviennent de récits d’enseignants parus dans Profweb.

1. Pourquoi répéter quand on peut filmer?!, un récit de l’enseignant de physique Jean Bourbeau du Cégep de Lévis-Lauzon, qui crée des capsules vidéo1 pour aider ses étudiants à se préparer aux périodes de laboratoire. Il propose des manipulations commentées – par exemple, l’utilisation d’un appareil servant à effectuer des relevés et des captures d’écran présentant des simulations logicielles animées.

2. Un balado rappant les règles de base des participes passés est le témoignage de
Marie-Josée Drolet, enseignante de français au Cégep de Jonquière, qui a créé un vidéoclip où les règles d’accord du participe passé sont chantées (rap). Le vidéoclip est aussi utilisé par d’autres enseignants, dont Pooyan Haghighat, un enseignant de mathématiques au Collège Centennial, qui rappelle en « rappant » des règles de calcul  : Rappin’ Calc on YouTube.

3. Beaucoup d’animations sous forme de capsules vidéo font partie du site La relativité animée de Stéphane Durand. Cet enseignant de physique du Collège Édouard-Montpetit utilise la vidéo pour vulgariser et faire comprendre la théorie de la relativité d’Einstein.

4. Dans L’utilisation des TIC en éducation physique, Sylvain Lehoux, du Collège de Bois-de-Boulogne, explique de façon pragmatique comment il utilise la vidéo pour illustrer des mouvements et des techniques en éducation physique. Par exemple, on trouve dans sa collection des présentations sur le service au badminton.

5. C’est dans un récit rédigé en anglais, Video Supported Mathematics for Commerce, que l’enseignant de mathématiques Matthew Marchant du Collège Dawson explique comment il utilise une tablette numérique pour créer des vidéos dont le montage se fait à l’aide des outils Windows Moviemaker et Camstudio.

 

AVANTAGES 

Si de plus en plus d’enseignants utilisent la vidéo comme outil pédagogique, c’est qu’il doit bien y avoir des avantages! En lisant les témoignages d’enseignants, nous arrivons à dresser la liste suivante :

  • AMÉLIORATION DE LA MOTIVATION ET DE LA RÉUSSITE. Plusieurs enseignants mentionnent que l’intérêt des jeunes pour la vidéo est bien présent. Certains ont même observé de meilleurs taux de réussite. A-t-on effectué des recherches à ce sujet? Il faudrait vérifier parmi celles publiées au Centre de documentation collégiale.
  • MEILLEURE PRÉPARATION DES ÉTUDIANTS. Que ce soit pour un examen, un travail pratique ou un laboratoire, la vidéo permet aux étudiants de visionner autant de fois qu’ils le désirent une capsule présentant théorie, technique ou manœuvre. Certains enseignants vérifient la préparation de leurs étudiants en les soumettant à un questionnaire avant de les rencontrer en classe.
  • AUGMENTATION DU TEMPS DISPONIBLE POUR LA PRATIQUE. En demandant aux étudiants de visionner la vidéo avant le cours, l’enseignant peut consacrer plus de temps à la pratique et moins au transfert de connaissances. Évidemment, la vidéo ne remplace pas l’enseignant, pas plus que le livre ne le fait d’ailleurs, et il est nécessaire que l’enseignant vérifie l’acquisition de connaissances auprès de ses étudiants.
  • ASSURANCE D'UNE EXPLICATION CLAIRE. Un enseignant qui doit répéter une même explication à plusieurs reprises, lorsqu’il a plus d’un groupe, n’offre pas nécessairement le même niveau de clarté dans chacune de ses prestations. Une vidéo bien montée fournit aux étudiants une explication claire.
  • MÉMORISATION FACILITÉE. Pour certains, les visuels entre autres, il est plus facile de mémoriser en faisant des associations entre le visuel et l’audio. La vidéo permet facilement de voir, d’entendre et de faire répéter le contenu.
  • DIFFUSION GRATUITE À GRANDE-ÉCHELLE. Les étudiants peuvent avoir accès aux vidéos à partir d’un ordinateur, d’un téléphone cellulaire intelligent, d’un lecteur multimédia de type iPod ou d’une tablette numérique. L’enseignant peut partager ses vidéos uniquement avec ses étudiants dans des espaces sécurisés ou à grande échelle sur des sites tel YouTube.
  • CONSTITUTION D'ARCHIVES DE COURS PERSONNELLES OU DÉPARTEMENTALES. Les jeunes enseignants peuvent profiter de l’expertise d’un aîné et s’en inspirer. Les archives constituées documentent les pratiques tant du point de vue des contenus que de la pédagogie adoptée. Elles peuvent même être utiles à leur auteur après une interruption plus ou moins longue et fournir certains détails quant à la durée ou à la prestation.

 

LIMITES

Étant donné que la vidéo n’est pas un outil utilisé par la majorité des enseignants, il doit bien y avoir… des inconvénients! L’expérience des enseignants qui utilisent la vidéo illustre les principales limites ou faiblesses de cet outil :

  • TEMPS DE PRÉPARATION. Il peut être long, surtout pour le non-initié, de réaliser des vidéos. Pour plusieurs, il est probablement plus rapide de préparer des notes manuscrites ou un diaporama PowerPoint. En plus du temps de formation, il faut prévoir du temps pour filmer, effectuer des captures d’écran et s’affairer au montage.
  • BESOINS TECHNOLOGIQUES. La réalisation de vidéos peut impliquer d’importants besoins technologiques. Ainsi, il vous faudra peut-être une caméra (à moins que vous n’optiez pour une capture d’écran). Vous devrez aussi vous assurer de la qualité du son en utilisant l’équipement approprié. Finalement, l’étape du montage nécessite également la maîtrise d’un logiciel spécialisé. Aux besoins technologiques de l’enseignant, il faut ajouter les besoins, ou limites, de l’étudiant, comme l’accès aux sites, la limite de bande passante et les installations de logiciels pour la lecture.
  • DURABILITÉ DANS LE TEMPS. Le temps investi en vaut-il la peine? C’est la question que plusieurs se posent, surtout lorsqu’ils enseignent dans des disciplines qui évoluent rapidement. Lois, théories, techniques, manœuvres et mouvements doivent être suffisamment stables d’année en année pour que la production d’une capsule soit « rentable » compte tenu de l’investissement de temps.

 

CONSTATS ET CONSEILS

De la lecture de témoignages d’enseignants concernant la réalisation de vidéos, voici ce que nous pouvons dégager comme facteurs de succès :

  • MISER SUR LE RAPPORT COÛTS-BÉNÉFICES. Combien d’étudiants ou de groupes pourront utiliser ma vidéo? Combien de temps dois-je prévoir pour produire une vidéo? Quelle sera l’économie de temps pour moi-même et mes étudiants? Est-ce que la matière est stable dans le temps ou évolue-t-elle chaque session?
  • CONSULTER SON CONSEILLER PÉDAGOGIQUE EN TIC. Pratiquement chaque collège a un représentant local (ou REPTIC) pour l’intégration pédagogique des TIC qui saura guider l’enseignant vers les bons choix : méthodes pédagogiques, outils, équipements, logiciels, etc.
  • CHOISIR LE LIEU DE DIFFUSION QUI CORRESPOND À SES BESOINS. Il existe plusieurs lieux pour diffuser vos capsules vidéo, selon que vous choisissez de les partager avec le monde entier ou d’en restreindre l’utilisation à vos étudiants. Si vous souhaitez partager à grande échelle, il y a naturellement YouTube. Mais pourquoi ne pas diffuser vos vidéos dans Le monde en images, un environnement spécialement conçu par le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) pour l’enseignement collégial? Si vous préférez restreindre la diffusion à vos étudiants, vous pourriez choisir d’associer la ressource vidéo à une activité dans Moodle ou la déposer dans votre Espace personnel Profweb.
  • SE PERFECTIONNER. Pour produire des vidéos de qualité qui sauront susciter l’intérêt de vos étudiants, vous aurez peut-être besoin d’une formation. Une  activité de perfectionnement sur des logiciels comme Jing ou Moviemaker pourrait être disponible sur le site de l’APOP.

 

APPUI INDISPENSABLE DES ÉTABLISSEMENTS

Comme nous le voyons, la vidéo est de plus en plus utilisée comme outil pédagogique. Bien que la production de vidéos puisse être longue et nécessiter diverses ressources, elle comporte plusieurs avantages intéressants. Nous avons cerné quelques facteurs de succès pour qu’une vidéo soit utile et appréciée, mais une condition supplémentaire doit être présente : le soutien des établissements. 

Il est en effet nécessaire de rappeler aux intervenants des directions des études et des services informatiques l’importance de l’accessibilité : l’accessibilité pour l’enseignant aux ressources technologiques et aux ressources humaines soutenant l’intégration des TIC, mais également l’accessibilité pour les étudiants à des outils permettant le visionnement des vidéos, et finalement l’accessibilité à des sites Internet de partage comme YouTube.

 


1 On propose aussi dans ce numéro du Clic un récit de Jean Bourbeau. 

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015