Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 76, Avril 2011 
Le Cégep@distance Version Imprimable  Version imprimable
20 ans d'évolution technopédagogique

Amandine Gravier, technicienne en arts graphiques et Jean-François Lapierre, conseiller en communications  (Cégep@distance)

Début 2011, à l’aube de son 20e anniversaire, le Cégep@distance emménage dans un nouveau bâtiment construit spécifiquement à son intention sur le terrain du Collège de Rosemont, dont il fait partie depuis sa naissance. Ce déménagement marque un tournant dans son histoire et multiplie ses moyens de poursuivre son engagement dans le domaine de la formation à distance, soit d’exploiter toujours plus les possibilités immenses qu’offrent les nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) afin de rendre l’enseignement collégial accessible sur tout le territoire québécois. 

viet_pham  

Viet Pham, directeur du Cégep@distance, parle avec fierté de cette nouvelle étape dans l’histoire de l’établissement. «Au fil des ans, le Cégep@distance a connu une croissance remarquable. Alors qu’on comptait autour d’une vingtaine d’employés en 1991, près d’une centaine de personnes y travaillent aujourd’hui, sans compter des centaines de collaborateurs.»

Le Cégep@distance a parcouru beaucoup de chemin sur plusieurs plans, tels que l’élaboration de matériel de cours, l’encadrement des étudiants, le développement informatique et les partenariats. Au fil des ans, les choses ont bien changé en formation à distance, passant des cours par correspondance au Web 2.0. Voici un bref voyage dans le temps qui vous fera revivre les principales étapes des 20 ans d’évolution technopédagogique du Cégep@distance. 

Viet Pham, directeur du Cégep@distance    


Les origines de la formation collégiale à distance

C’est en 1946 que le ministère du Bien-être social et de la Jeunesse pose la première pierre de la formation à distance avec la création de l’Office des cours par correspondance. Cette initiative répond au besoin pressant de former les Québécois à des postes d’ouvriers spécialisés dans un contexte industriel d’après-guerre. La formation à distance tend au début à offrir de la formation en région éloignée et se consacre alors à la formation professionnelle. Fort de son succès et en raison d’une demande accrue au fil des ans, l’Office s’ouvre à la formation générale en 1972, puis à l'éducation populaire à partir de 1983. En 1988, le Conseil supérieur de l’éducation se félicite du succès croissant de la formation à distance et propose d’en déléguer la responsabilité aux réseaux d’enseignement par l’implantation de centres de services au secondaire et au collégial. 


Du CCFD au Cégep@distance

En 1991, le ministère de l’Éducation confie au Collège de Rosemont la gestion et le développement du Cégep@distance, originellement dénommé Centre collégial de formation à distance (CCFD). Le CCFD changera de nom en 2002. 

  cad
Logo du CCFD   Logo du Cégep@distance

C’est le Collège de Rosemont qui a été mandaté pour gérer le Cégep@distance, car il était déjà un modèle dans le domaine. En effet, il offrait des cours par correspondance depuis 1974 et proposait déjà, en 1991, un choix de plus de 17 cours qui attiraient près de 2 000 inscriptions-cours par année. À titre de comparaison, en 2001-2002, le Cégep@distance traitait autour de 25 000 inscriptions-cours et, pour 2010-2011, on prévoit un nombre record de plus de 30 000 inscriptions-cours. Aujourd’hui, il offre environ 300 cours (en incluant les cours de micro-informatique et les cours offerts en anglais), ainsi que deux programmes menant à un DEC et trois programmes menant à une AEC.


Le modèle pédagogique unique du Cégep@distance

Le modèle pédagogique propre au Cégep@distance se caractérise principalement par l'individualisation complète du processus de formation, de l'inscription à un ou à des cours jusqu'à la sanction des études. La formation est offerte en mode asynchrone et permet l'inscription d’une personne en «entrée continue et sortie variable» : les étudiants peuvent s’inscrire en tout temps et ont jusqu’à neuf mois pour compléter un cours et passer l’examen.


L’encadrement

Comme le mode d’apprentissage est autonome, le Cégep@distance a rapidement mis en place un service d’encadrement personnalisé afin d’aider les étudiants à emprunter le chemin de la réussite. Techniciens à l’information et aides pédagogiques sont disponibles au téléphone cinq jours par semaine pour répondre à leurs questions, avant l’inscription et jusqu’à la passation de l’examen. L’étudiant est jumelé à un tuteur, spécialiste de la matière, qui doit répondre aux questions d’ordre pédagogique par téléphone ou par courriel dans un délai de 48 heures. Le tuteur corrige également ses devoirs et l’examen, qu’il l’aide à préparer.


Du téléphone au courriel

En 1991 et durant les premières années du Cégep@distance, toutes les communications entre l’étudiant et le tuteur transitent par une téléphoniste rattachée au Service à la clientèle. Au milieu des années 90, le courriel devient un outil d’encadrement individuel incontournable, un nouveau mode de communication personnalisé rapide et confidentiel entre l’étudiant, son tuteur et les personnes-ressources du Cégep@distance. L’étudiant peut désormais transmettre ses questions ou ses commentaires au moment qui lui convient.


Internet

Le premier site Web du Cégep@distance voit le jour en 1995, constituant sa toute première vitrine accessible à distance. Il sert de plateforme de présentation et de diffusion du rôle de l’organisme ainsi que des cours, des programmes et des services offerts.

Internet et les technologies émergentes deviennent rapidement des composantes essentielles de la formation à distance. Pour ne citer qu’un exemple, les forums figurent parmi les nouvelles applications utilisées. Popularisé au début du 21e siècle, ce mode de communication de groupe permet d’échanger en temps différé, et donc de communiquer en tout temps. Le Cégep@distance constate que ce média favorise l'encadrement des étudiants sur les plans pédagogique et technique ainsi que sur celui de la socialisation en brisant l’isolement. Le forum, en plus de permettre à tous les étudiants de s’exprimer sur une base égalitaire, stimule les apprentissages en collaboration. Le Cégep@distance crée ainsi ses premiers forums, dont les échanges peuvent se rattacher à un cours ou à un programme, ou encore, viser l’ensemble des étudiants.


Systèmes de gestion : de SIFOD à Merlin, avec SOCI

Benoit Morin, registraire au Cégep@distance depuis la fin des années 90, se remémore ses débuts : «Je travaillais sur un terminal avec des caractères verts sur fond noir. J’imprimais les requêtes et les rapports sur une imprimante avec du papier à bandes Caroll1. Vous souvenez-vous de ces appareils? Pourtant, seulement un peu plus de 10 années ont passé depuis!» M. Morin se rappelle également qu’il disposait d’un ordinateur, mais que celui-ci ne servait que très rarement!

À la fin des années 90, le Cégep@distance émet le souhait d’automatiser la gestion de ses services administratifs et implante le SIFOD (Système informatisé de la formation à distance). Celui-ci gère le suivi du cheminement des étudiants, depuis leur inscription jusqu’aux résultats et à l’émission du diplôme. En 2001, ce système est remplacé par Merlin.

Merlin, tout comme le SIFOD le faisait auparavant, travaille main dans la main avec SOCI, un système informatique d’offre de cours par Internet développé en 1998 par le Cégep@distance. Scindée en deux, la plateforme SOCI offre une partie publique sur la description des cours et des programmes (affichée sur le site Web du Cégep@distance), et une partie privée réservée aux tuteurs et aux étudiants désireux de consulter leur dossier scolaire et les services administratifs.

«Depuis 2007, SOCI permet la saisie de notes en ligne. On parle ici d’environ 100 000 saisies de notes par les tuteurs, explique M. Morin. Ces notes devaient auparavant voyager par la poste. Les frais et les délais sont réduits. L’étudiant a accès à ses résultats dans SOCI au moment ou le tuteur les rend disponibles. En plus, il reçoit son invitation à passer l’examen plus rapidement.» Aujourd’hui, on peut également s’inscrire en ligne à l’examen, ce qui réduit encore les frais et les délais. Ce processus permet à l’étudiant de recevoir sur le champ la confirmation de son inscription. Il assure également que le délai de neuf jours entre l’inscription et la séance d’examen est respecté. L’étudiant bénéficie au bout du compte d’un meilleur service qui lui permet de cheminer plus rapidement. Enfin, les étudiants auront sous peu l’obligation de confirmer en ligne leur inscription à un cours ou leur présence à un examen, ce qui leur évitera des délais… et des frustrations!


Matériel de cours livré en cinq jours ouvrables!

En 2010, le Cégep@distance réussit un tour de force : les étudiants disposant d’une commandite virtuelle émise par un cégep peuvent s’inscrire en ligne avec paiement par carte de crédit. Le matériel de cours est alors posté dans un délai de trois jours ouvrables, et l’étudiant le reçoit en cinq jours ouvrables. En comparaison, le mode traditionnel d’inscription nécessite généralement de deux à trois semaines. «Nous sommes très fiers de cette innovation qui améliore le service aux étudiants tout comme notre collaboration avec les cégeps», note Benoit Morin. Il est à signaler que toute personne qui désire étudier au Cégep@distance peut également remplir le formulaire d’inscription en ligne, mais doit transmettre des documents par la poste pour compléter le processus. Le service de livraison en cinq jours ouvrables pourra éventuellement s’appliquer pour l’inscription à un nouveau cours par un étudiant qui a déjà suivi un cours au Cégep@distance et transmis tous les documents requis. D’autres améliorations pour l’enregistrement des données extraites des inscriptions en ligne sont également prévues afin d’accélérer le processus d’inscription.


Le matériel pédagogique

Le matériel de cours est dit «autoportant», en ce sens qu'il est spécialement conçu pour que l’étudiant soit entièrement autonome dans sa démarche d'apprentissage. Le Cégep@distance accorde depuis ses débuts une attention particulière à la qualité du matériel pédagogique produit. Louise Ianniroberto, une employée de longue date du Cégep@distance rattachée au Service de la conception et de la production, se souvient d’ailleurs des premiers défis associés au développement du matériel pédagogique : «Nous savions que nos cours et le matériel offerts aux étudiants ainsi qu’au corps enseignant feraient l’objet de bien des observations. Diffusés à l’ensemble du réseau collégial, ils se devaient d’être irréprochables. Le Cégep@distance a donc établi dès le départ des normes élevées de qualité pour le matériel pédagogique.»

De même, depuis la première heure, de nombreuses mesures sont prises pour assurer une évaluation rigoureuse des apprentissages et la crédibilité de la formation, et ce, à chaque étape du développement d'un cours. Un processus qui non seulement garantit la qualité et la validité des cours et des programmes, mais qui tend également à uniformiser la présentation des cours développés par le Cégep@distance.


De l’imprimé au Web

La formation à distance a traversé les décennies en intégrant continuellement les innovations technologiques de l’époque comme l’audiocassette, la télévision conventionnelle ou l’informatique.

Dans les années 90, le Cégep@distance se lance dans le développement et la production de cédéroms, un produit récemment implanté. «C’est alors loin d’être évident!, explique Mme Ianniroberto. Il s'agit d’entreprendre une véritable réingénierie du cours traditionnel pour en faire un produit autoportant de formation à distance, avec lequel l'élève réalise des apprentissages selon des modèles variés qui n'étaient pas exploitables avec l'imprimé seul.»

En 1998, l’organisme propose près de 10 cours Internet. Ceux-ci sont accessibles directement dans l’environnement d’apprentissage SOCI, dont il a été question précédemment. Il s’agit à ce moment essentiellement de versions PDF des cours que les étudiants peuvent télécharger.

Aujourd’hui, les cours développés au Cégep@distance sont qualifiés de plurimédia, c’est-à-dire qu’ils combinent un ensemble de médias. Le matériel comprend souvent une partie imprimée, un DVD ou DVD-Rom, un site Web spécifique accessible par SOCI et tout autre média approprié. «D’un modèle principalement imprimé, le Cégep@distance est passé à un modèle d’abord multimédia avec l’arrivée des CD-Rom, ensuite accessible en ligne par le Web, puis interactif par l’intermédiaire des forums et du clavardage, pour finalement devenir plurimédia, conjuguant ainsi l’ensemble des innovations numériques et technologiques», résume Mme Ianniroberto. La formation à distance au collégial affiche désormais une allure dynamique et vivante, les médias utilisés étant choisis pour leurs qualités intrinsèques et de façon à maximiser l’atteinte des objectifs des stratégies pédagogiques mises en place.


Expérimentations

Le Cégep@distance a compris dès ses débuts qu’il constituait de par sa nature un important terrain d’essai pour les nouvelles technologies. Celles-ci constituent, en effet, ses plus précieuses alliées pour compenser l'absence physique d'une personne enseignante et pallier l'isolement des apprenants. La recherche et l'expérimentation n’y cessent jamais dans le domaine de l’application des nouvelles technologies aux activités pédagogiques.


Vidéoconférence

La vidéoconférence suit le même cheminement et s’implante tranquillement dans le système d’éducation. Dès le départ, beaucoup y voient un vecteur fondamental de la formation à distance. Grâce à elle, une personne peut dispenser son enseignement dans divers points géographiques. Les apprenants, regroupés un peu partout devant un grand écran, écoutent le cours de l’enseignant à distance et interagissent à leur guise. C'est là, pour les années 90, une forme d'enseignement à distance révolutionnaire et audacieuse permettant à des gens en régions éloignées d'avoir accès à une formation sans déplacements excessifs. Le Cégep@distance a ainsi pu répondre à des demandes spécifiques de cégeps en région qui souhaitaient offrir à leur clientèle des cours pour lesquels le nombre d’étudiants était insuffisant, ou encore, l’enseignant non disponible. Cependant, ce moyen de communication exige des dispositifs coûteux et des aménagements spéciaux. Aujourd’hui, des systèmes de visioconférence sont disponibles sur des postes de travail informatique individuels à des coûts plus raisonnables. Le Cégep@distance élabore actuellement en complémentarité avec divers cégeps en région un projet d’acquisition d’équipements qui permettra de diversifier les modes de diffusion des cours à des coûts acceptables.

osmose

Osmose

Depuis 2008, le Cégep@distance expérimente la plateforme sociale d’apprentissage Osmose, qui vise à favoriser davantage la participation et l’échange en vue de briser l’isolement. Ce projet, mis sur pied à l’automne 2008 avec la participation de l’Université de Montréal et de l’Université d’Athabaska (Alberta), est financé par les programmes Inukshuk et PAREA. Il vise à stimuler une démarche d’apprentissage collaboratif. Un tel environnement conserve la flexibilité de la formation à distance autonome et autorythmée du modèle du Cégep@distance, tout en ajoutant les avantages de la collaboration et du soutien entre apprenants. Ainsi, ce nouvel environnement offre aux étudiants diverses fonctionnalités telles que profils, communautés, blogues, partage de fichiers, agenda d’évènements, forums de discussion et salons de clavardage. Il permet également à tout utilisateur de produire des capsules vidéo, d’enregistrer des messages audio et de téléverser des images (voir les numéros 72 et 73 du Clic pour plus de détails sur le projet Osmose).


Partenariats

Au fil des ans, le Cégep@distance a développé de nombreux partenariats. Entre autres, il est membre affilié de l’Alliance sport-études depuis la création de cette dernière et permet ainsi aux sportifs de haut niveau de concilier compétitions et études collégiales. Dans le même ordre d’idées, il a tissé des liens solides avec la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) et ses joueurs. En outre, il travaille présentement avec le Cégep de Saint-Jérôme au développement d’un nouveau DEC en Techniques d’éducation à l’enfance. Enfin, il a des ententes avec une quarantaine de cégeps qui agissent à titre de sites de passation d’examen pour ses étudiants.

Par ailleurs, depuis 2008, le Cégep@distance a développé une relation étroite avec le ministère de l'Immigration et des Communautés culturelles (MICC). Il conçoit présentement pour le MICC un cours de français en ligne de niveau avancé, avec l’appui de Technomédia pour la médiatisation et celui du CCDMD pour le développement d’un test de positionnement. Il élabore également un cours de français de niveau avancé pour le secteur de la santé. De plus, le Cégep@distance offre depuis 2008 le service de tutorat aux immigrants qui suivent le cours de français en ligne de niveau intermédiaire offert par le MICC.

Ces projets du MICC ont pour but de donner l’occasion aux futurs immigrants de s’intégrer au Québec en ayant une meilleure connaissance à la fois du français, de la société québécoise et des technologies utilisées chez nous. Les immigrants détenteurs d’un certificat de sélection du Québec peuvent suivre des cours de français en ligne, avec le soutien personnalisé et professionnel du Cégep@distance, depuis leur pays d’origine ou au Québec. Depuis 2009-2010, déjà plus de 4 500 candidats à l’immigration issus de 56 pays ont bénéficié de l’encadrement de l’organisme pour le cours de niveau intermédiaire.


Le Cégep@distance : bien ancré dans l’avenir!

Confortablement installé dans son nouveau bâtiment, le Cégep@distance est aujourd’hui reconnu pour sa solide expertise dans le réseau collégial. Il a fait évoluer le modèle traditionnel de l'enseignement grâce à un mode d’apprentissage adaptable, motivant, efficace et plus attrayant que jamais. Alors que l’établissement célèbre ses 20 ans, les avantages et la pertinence de ce modèle de formation ne sont plus à démontrer. «Le Cégep@distance se voit désormais confier des mandats de plus en plus larges tels que le développement et la diffusion de cours à la clientèle anglophone, l’expérimentation de nouvelles technologies à des fins pédagogiques et la francisation en ligne, note M. Pham. Il a construit sa renommée en 20 ans, celle d’un organisme novateur, indispensable à l’évolution de l’éducation de la société québécoise. Il représente maintenant une voie de formation et une composante essentielles de tous les ordres d’enseignement.»

nouveau_batiment
Le nouveau bâtiment du Cégep@distance


Que réserve l’avenir? «Le Cégep@distance occupe une place fort importante dans le réseau collégial québécois. Il entend élargir son modèle pédagogique – y compris les stratégies d’encadrement – et accroître son offre de formation créditée afin de répondre adéquatement aux besoins de la population étudiante d’aujourd’hui et de demain. Il a été, est et sera toujours une référence en matière de formation à distance pour le réseau», affirme Viet Pham.

20_cad
Pour conclure ce voyage dans le temps, nous laissons la parole à M. Pham : «Je remercie chaleureusement tous nos partenaires ainsi que l’ensemble du personnel qui ont fait du Cégep@distance une si belle réussite au cours des 20 dernières années. Bon anniversaire à tous et à toutes!»

Nous remercions le personnel du secteur du développement des partenariats et des clientèles pour leur soutien dans la rédaction de cet article. 


1 Bande de papier bordée de chaque côté de marges perforées à intervalles serrés.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015