Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 74, Octobre 2010 
Une méthode d'évaluation précise et chaleureuse Version Imprimable  Version imprimable


Sylvie Lavoie, enseignante  (Cégep de Lévis-Lauzon)

sylvie_lavoieL’approche communicative liée à l’usage d’un commentaire audiovidéo numérique sied bien à une situation de formation faisant appel de façon répétée à l’évaluation formative. L’expérience relatée ici par Sylvie Lavoie, enseignante du programme de techniques de travail social au Cégep de Lévis-Lauzon, en fait foi.


À quel moment avez-vous ressenti la nécessité de modifier vos pratiques de correction?

Il y a environ 10 ans. Nous venions d’implanter le nouveau programme. Une de ses recommandations touchait l’évaluation formative, dont on encourageait la pratique soutenue. L’impact sur nos pratiques fut majeur. Je me suis mise à corriger une première, puis une deuxième version des travaux de mes étudiants, afin d’améliorer leur réussite.

Tout cela devenait tellement lourd que je suis allée en discuter avec notre conseillère pédagogique, Andréane Beaulieu. Nous avons d’abord tenté d’alléger les corrections par la confection de bonnes grilles d’évaluation qui nous éviteraient de réécrire inutilement des commentaires. Ces grilles ont amélioré les choses, mais cela restait trop ardu.

Puis, à force de discuter, nous avons décidé d’essayer l’enregistreur vocal numérique. Ce média s’est révélé utile, mais un peu laborieux d’utilisation. Chacun de mes étudiants recevait deux documents : l’entretien audio et le texte évalué. Avec ce mode de correction, les commentaires ne s’inscrivent pas sur le texte durant l’écoute. Les réactions positives de la classe à ce type d’encadrement nous ont cependant encouragés à persévérer en ce sens.

La correction audio ne devint un réel gain que lorsque nous avons pu l’associer à l’image.


Comment s’est opéré ce changement?

Le conseiller pédagogique TIC de mon collège, Richard Dubuc, m’a suggéré l’usage de Jing, un logiciel de capture d’écran vidéo dont on peut télécharger gratuitement une version d’essai. Avec cet outil, les commentaires et notations que l’on fait sur un travail affiché à l’écran de notre ordinateur sont saisis et enregistrés.

Jing a accompli une petite révolution! Nous allégeons substantiellement notre temps et notre tâche de correction! Jing crée des capsules audiovidéos qu’il est aisé de déposer dans le dossier personnel de l’étudiant. On peut aussi les expédier par courriel, le cas échéant. Les fichiers Jing de la version gratuite du logiciel portent l’extension .swf (Shockwave), lue par Flash et VLC Media Player. La version Pro crée des fichiers MPEG 4.

jing

Visionnez la vidéo de démonstration de l’enseignante sur le site1 de Profweb.


Dans quel cours cette procédure de correction vous a-t-elle été particulièrement utile?

L’emploi de l’enregistreur, d’abord vocal, puis audiovidéo, a été nécessaire dans le cours d’intervention sociale, où les étudiants s’engagent dans un processus d’intervention à partir de situations fictives. Ils doivent imaginer une expérience complète d’intervention. Cette activité de réflexion et de verbalisation est primordiale pour leur donner confiance en leurs capacités. La pertinence de la correction formative dans un tel contexte va de soi.

Précisons que parallèlement à ce travail réflexif de longue haleine, commenté à plusieurs occasions, les étudiants vivent une expérience de stage de deux jours par semaine.


Quels sont les avantages de cette correction audionumérique?

La correction audionumérique est plus complète que celle que je pouvais produire auparavant dans le même temps, lorsque je corrigeais sur papier. Les étudiants ont une meilleure idée de la qualité de leur travail, et ils apprécient cela. Je n’ai plus autant à me restreindre dans l’expression de mes
commentaires. Lors de la remise, il n’y a pas d’ambiguïté dans l’interprétation des résultats. Je peux surligner, souligner, colorer, pointer, annoter le travail de l’étudiant à l’écran tout en commentant. L’enthousiasme que j’y mets a un effet constructif.


Quelles sont les limites de cette procédure de correction?

Il n’y a pas d’inconvénient à mon avis, mais j’ai quelques conseils d’usage à donner. Il faut d’abord tenir compte de la limite actuelle de la durée des capsules, qui est de cinq minutes. On peut toutefois en éditer une seconde au besoin.

Il faut donner des consignes claires concernant l’édition du travail expédié pour évaluation et la façon de le nommer, car il faut simplifier l’archivage des travaux dans le dossier personnel des étudiants. Ces dossiers peuvent être créés par le collège à même la liste de classe et installés sur le serveur.

Il faut également rassurer les étudiants débutants, ceux de première année, à qui l’on demande de faire preuve d’autonomie, au collégial. Certains ont peur des exigences techniques reliées à l’ouverture de la capsule. Ces craintes se dissipent rapidement à la première occasion.

Finalement, tous mes étudiants ont adoré!



1 La requête permet d’accéder au récit de Sylvie Lavoie http://www.profweb.qc.ca/index.php?id=3486&L=0

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015