Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 73, Avril 2010 
Plagiat électronique : on passe à l'action dans les collèges Version Imprimable  Version imprimable


Nicole Perreault, animatrice du Réseau des REPTIC

perreaultIl y a à peine trois ans, je signais dans Profweb un dossier sur le plagiat et autres formes de triche à l'aide des TIC. J’ai constaté à cette occasion à quel point le plagiat électronique était devenu un sujet de préoccupation majeur, et ce, non seulement dans le réseau collégial, mais à tous les ordres d'enseignement, et pas seulement au Québec!

Partout où j'ai animé un atelier sur le sujet, les participants semblaient désarçonnés par le taux élevé de comportements plagiaires (91% des enseignants ont fait face au plagiat dans leur classe) et par la facilité avec laquelle des étudiants y recouraient (75% des étudiants se sont adonnés au copier-coller sans citer les sources, à des degrés plus ou moins élevés). Tous se demandaient s'il existait des stratégies pour prévenir le plagiat électronique.

Depuis ce temps, un nombre significatif d’établissements collégiaux ont amorcé une réflexion sur la question et certains sont passés à l'action. Des collèges ont mis sur pied un comité de travail composé d'enseignants, de professionnels, de cadres et même d'étudiants en vue de trouver des solutions et d'implanter des mesures visant à prévenir et éventuellement à sanctionner le plagiat électronique. Des cégeps ont distribué des affiches et des dépliants d'information. D'autres ont organisé des campagnes de sensibilisation et produit des capsules éducatives à l'intention tant des étudiants que des enseignants. Des collèges ont révisé leur politique d'évaluation des apprentissages et revu les sanctions rattachées aux comportements plagiaires; ils ont également proposé aux enseignants des activités de perfectionnement et des procédures permettant d'assurer un suivi des comportements plagiaires. Certains font maintenant signer un contrat de non-plagiat à leurs étudiants alors que d’autres se sont abonnés à un logiciel détecteur de plagiat comme Turnitin ou Compilatio.

Ajoutons que le réseau collégial bénéficie maintenant du site InukTIC, un espace Web offrant diverses ressources qui forment les étudiants à la citation des sources et à la prévention du plagiat. InukTIC répond à un besoin exprimé par les jeunes de la génération C dans le cadre d'une enquête menée par le CEFRIO en 2009 : ils rapportent qu'ils aimeraient en savoir plus sur les outils de recherche, sur le respect du droit d'auteur et sur les stratégies permettant de vérifier la validité des sources d'information. Fait intéressant, les données indiquent que deux facteurs peuvent expliquer bon nombre de comportements plagiaires : le manque de sensibilisation à la citation des sources et la méconnaissance des normes qui y sont associées…

Par ailleurs, la problématique du plagiat a également incité des enseignants à revoir leurs modes d'évaluation. Au lieu du rapport écrit traditionnel, certains font maintenant réaliser des schémas de concept ou ont recours au portfolio numérique. L'étudiant consigne et rend accessibles différents types de production associés au travail de recherche à réaliser : notes prises sur le sujet, plan de travail, opinion et démarche, brouillon 1, brouillon 2, etc. En plus de se révéler un mode d'évaluation qui décourage le comportement plagiaire, le portfolio numérique possède l'avantage de permettre d’évaluer le processus qui a mené au travail final et pas uniquement ce dernier.


Exemples d’information utilisée par les collèges

affiche_ahuntsic

pdf_icon Campagne d'information au collège Ahuntsic (PDF, 468 ko)


logo_fxg

Information sur le site du collège François-Xavier-Garneau

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015