Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 72, Janvier 2010 
TIC, santé et activité physique Version Imprimable  Version imprimable


Elaine Charette, responsable de la formation générale et Dominique d'Anjou, conseiller pédagogique  (Cégep@distance)

Le Cégep@distance a reçu du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) le mandat de revoir les modes d’évaluation dans les deux cours d’éducation physique qu’il offre actuellement, soit Santé et éducation physique et Intégration de l’activité physique à son mode de vie. Cette révision se déroule actuellement, et le texte qui suit résume la genèse de ce projet.

D’emblée, rappelons le rôle et la mission du Cégep@distance. Fondé en 1991, ce dernier offre aujourd’hui plus de 270 cours aux étudiantes et étudiants du collégial. Cette formation est reconnue comme équivalente à celle offerte dans les autres collèges du Québec. Le Cégep@distance poursuit le même but que ces établissements dont il se veut un partenaire : rendre accessible une formation collégiale de qualité.

Le Cégep@distance travaille en complémentarité avec les autres collèges en ce sens qu’il favorise la réussite des personnes ne pouvant suivre des cours en présence ou pour qui cette façon d’étudier est plus adaptée. En présence ou à distance, nous sommes tous des acteurs importants de l’éducation et nous devons tout faire pour répondre aux besoins des élèves, leur faciliter l’accès aux études et les aider à obtenir leur diplôme.

Les cours Santé et éducation physique et Intégration de l’activité physique à son mode de vie sont offerts au Cégep@distance depuis de nombreuses années. De haute valeur théorique, ils présentent toutefois certains défis sur les plans de l’encadrement et de la validation de la pratique des activités physiques. C’est ce que nous ont souligné avec raison les professeurs d’éducation physique. Le message a été entendu et compris. Depuis, plusieurs actions ont été réalisées, dont l’analyse1 des cours par une spécialiste2 en éducation physique, comprenant une étude statistique sur la clientèle et une enquête auprès des étudiants sur divers aspects tels que leur motivation, leurs résultats, leur encadrement ainsi que les taux de réussite, d’abandon et d’échec. Cette étude a confirmé le fait que l’encadrement des étudiants et la validation de leurs activités physiques devaient être représentés. Une révision a donc été entreprise par le Cégep@distance en collégialité avec le MELS et les représentants des professeurs d’éducation physique. De cette révision ont émergé trois grands moyens d’encadrement : le portfolio numérique, les fiches et les bilans interactifs d’activités physiques, et les rencontres en visioconférence. Ces trois moyens permettront d’améliorer l’encadrement de l’étudiante ou de l’étudiant, d’approfondir l’interaction entre le tuteur ou la tutrice et son étudiante ou étudiant et, nous l’espérons, d’être des sources de motivation pour les étudiants.

Le premier moyen d’encadrement est le portfolio numérique. C’est un «dossier évolutif qui rassemble des documents numériques décrivant et illustrant le parcours, l'expérience et les compétences de la personne qui l'a constitué, et qui peut être utilisé à des fins d'apprentissage, d'évaluation ou de présentation3». Dans le cadre des deux cours d’éducation physique, le portfolio numérique servira à l’étudiant pour y déposer les artefacts4 qu’il produira. Le portfolio numérique est donc une plateforme d’échange entre le tuteur et l’étudiant.

Le deuxième moyen d’encadrement se divise en deux parties : d’une part, les fiches interactives d’activités physiques; d’autre part, les bilans interactifs. Les fiches d’activités physiques telles qu’elles existent dans le cours que diffuse actuellement le Cégep@distance sont rédigées à la main par l’étudiant, ce qui autorise quelque doute sur leur crédibilité. En effet, on ne peut savoir avec certitude s’il a bel et bien rempli ses fiches après chaque séance d’activité physique ou s’il les a remplies la veille de la remise de son devoir, par exemple. Dans la nouvelle version du cours, les fiches d’activités physiques seront interactives, c’est-à-dire qu’elles seront mises en ligne et auront des attributs permettant un meilleur contrôle de ce qui y est inscrit. Par exemple, l’étudiant ne pourra pas remplir plusieurs fiches interactives successivement, car l’heure et la date de leur production seront enregistrées et ne pourront pas être modifiées par la suite. De plus, les données entrées dans les fiches par l’étudiant, comme sa fréquence cardiaque (avant, pendant et après l’activité physique) ainsi que son temps de récupération, par exemple, seront compilées et mises en graphiques afin que le tuteur puisse voir d’un seul coup d’œil l’évolution de son étudiant. À cela s’ajouteront des rétroactions automatisées qui seront programmées à même les fiches interactives pour informer l’étudiant sur divers aspects de sa pratique de l’activité physique, en fonction des données qu’il aura inscrites. Par exemple, s’il dépasse sa fréquence cardiaque maximale, un message automatique le renseignera sur les risques de dépasser ce maximum. Enfin, les fiches interactives d’activités physiques feront partie intégrante de son évaluation.

Les bilans interactifs, quant à eux, reprennent plusieurs bilans du manuel de base À vos marques, prêts, santé!, de Richard Chevalier. Ces bilans portent sur la condition physique de l’étudiant, dont la condition cardiovasculaire, la condition musculaire et la flexibilité, entre autres. Le fait de les informatiser facilitera la tâche de l’étudiant, car ce dernier obtiendra une rétroaction immédiate sans devoir manipuler des chiffres et des tableaux. Les bilans interactifs permettront aussi au tuteur de les consulter, ce qu’il ne peut pas faire dans la version actuelle du cours. Il pourra donc comparer les bilans et les fiches afin de porter un jugement plus éclairé sur la cohérence des informations transmises par l’étudiant et de s’assurer que celui-ci a bel et bien fait les activités physiques demandées.

Le troisième moyen d’encadrement consiste en des contacts directs, réguliers et obligatoires entre le tuteur et son étudiant. Ces contacts se feront par l’intermédiaire de la visioconférence et du téléphone. Les moments clés de ces rencontres auront lieu à l’occasion des évaluations (devoirs et examen final5), au cours desquelles l’étudiant sera jugé sur les éléments de compétence qu’il aura développés par sa pratique de l’activité physique et sur son intégration des notions théoriques. Au moment de ces évaluations, le questionnement approfondi et rigoureux du tuteur, qui tiendra compte des fiches interactives, des bilans interactifs et du portfolio numérique, révélera si l’étudiant a fait tout ce qui lui était demandé dans le cours et s’il a développé la compétence à un niveau satisfaisant. La qualité des réponses de l’étudiant, le niveau de détail de ses explications, l’authenticité de son témoignage et les preuves matérielles qu’il aura déposées tout au long du cours dans son portfolio numérique et dans ses fiches interactives, seront autant d’éléments permettant de juger du développement de la compétence. Évidemment, comme dans tous les cours offerts au Cégep@distance, l’étudiant pourra aussi communiquer avec son tuteur pendant toute la durée de son cours, selon ses besoins.

À priori, la formation à distance et l’éducation physique ne forment pas ce qu’on pourrait appeler un couple traditionnel. Comme il faut voir pour croire, dit-on, il est donc légitime de se questionner sur la validité d’un cours à distance dans lequel l’activité physique est le principal objet de l’étude. D’ailleurs, la question ne se pose-t-elle pas pour tous les cours à distance : les étudiants font-ils vraiment ce qu’on leur a demandé de faire à la maison? Quand un enseignant demande en classe à ses étudiants de lire des pages de leur manuel à la maison, certaines méthodes peuvent l’aider à s’assurer que la tâche demandée a été effectuée, comme les contrôles de lecture, mais il n’en demeure pas moins qu’il ne peut jamais être certain à cent pour cent que les étudiants l’ont faite. C’est évidemment la même chose au Cégep@distance; c’est pourquoi différents mécanismes sont mis en place dans l’ensemble des cours pour s’assurer de la validité des activités et des évaluations. Au demeurant, la réussite des différents devoirs et examens témoigne des efforts fournis au cours d’une session, qu’ils soient faits à la maison ou en classe.

Au sujet de la réussite, on entend souvent dire que les cours à distance sont «faciles à passer»; or il n’en est rien. Ce n’est certainement pas le cas pour les cours offerts au Cégep@distance et encore moins pour les cours d’éducation physique. Tout d’abord, il faut savoir que la majorité des étudiants s’inscrivant aux cours d’éducation physique au Cégep@distance doivent le faire par commandite, c’est-à-dire qu’ils doivent obtenir la permission de leur collège d’origine pour suivre nos cours, et ce, par l’intermédiaire de leur aide pédagogique (API). Les autres étudiants, qui ne sont pas en commandite, sont soumis au processus d’admission du Cégep@distance et sont désignés comme admis s’ils respectent les critères d’admission. Bref, on n’entre pas au Cégep@distance comme dans un moulin!

Une fois qu’ils ont été admis au Cégep@distance, le plus difficile reste encore à faire pour les étudiantes et les étudiants. Saviez-vous qu’entre 30 et 68% des personnes admises abandonnent leurs cours lorsqu’elles les suivent à distance? Ce phénomène est commun à tous les établissements d’enseignement offrant de la formation à distance6, et le Cégep@distance ne fait pas exception, avec un taux d’environ 30% d’abandon avec échec pour l’ensemble de ses cours, y compris les cours d’éducation physique. Ces taux élevés s’expliqueraient par le fait que, à contenu égal, les étudiants inscrits à distance doivent faire preuve de beaucoup plus de motivation, de persévérance, d’organisation, de discipline et d’autonomie pour réussir leurs cours que ceux qui les suivent en présence. Or, ce problème d’abandon avec échec pourrait être atténué par l’utilisation de pratiques d’encadrement plus proactives – et c’est justement ce que nous proposons aux étudiants qui suivront les cours d’éducation physique – qui rehausseraient le niveau de validation de la pratique de l’activité physique et la rigueur de l’évaluation.

En ce qui touche à l’évaluation des compétences des deux cours d’éducation physique offerts au Cégep@distance, rappelons que ces deux compétences n’ont rien à voir avec la performance physique, mais tout à voir avec l’analyse de la pratique de l’activité physique au regard des habitudes de vie favorisant la santé, d’une part, et, d’autre part, avec la démonstration de la capacité à prendre en charge la pratique de l’activité physique dans une perspective de santé. On dit qu’une évaluation est bien faite lorsqu’elle permet de mesurer le développement des compétences réelles des étudiants et non de séparer les étudiants forts des plus faibles. C’est pourquoi nous croyons que cette nouvelle approche évaluative est encore plus valable que celle des versions précédentes des cours d’éducation physique, car les nombreuses rétroactions entre la tutrice ou le tuteur et son étudiante ou étudiant avant, pendant ou après les évaluations, se basent toutes sur l’intégration des apprentissages faits lors de la pratique de l’activité physique en lien avec les notions théoriques, dans le respect des capacités de chacune et de chacun.

En somme, le portfolio numérique, les fiches interactives d’activités physiques, les bilans interactifs et les entrevues en visioconférence seront des moyens pertinents et efficaces mis en œuvre pour améliorer les modes d’évaluation et d’encadrement des deux cours d’éducation physique tout en assurant la conformité aux principes pédagogiques reconnus. Le Cégep@distance développera et testera ces deux cours dans les prochains mois, et c’est avec plaisir que nous vous ferons part de nos résultats qui, nous en sommes convaincus, seront à la hauteur des attentes.

maxime_dufour_lapointe
Maxime Dufour-Lapointe, étudiante-athlète en ski acrobatique
Photo : Alliance Sport-Études



1 Recherche évaluative des cours d’éducation physique offerts par le Cégep@distance, juin 2007.

2 Johanne Grenier, Ph. D., professeure au Département de kinanthropologie de l’UQAM.

3 Office québécois de la langue française. Grand dictionnaire terminologique.

4 Pièces justificatives comme des documents écrits, visuels, audiovisuels, photographiques ou sonores déposés par l’étudiante ou l’étudiant dans son portfolio numérique afin d’illustrer ou de démontrer sa pratique de l’activité physique.

5 L’examen final se compose de deux parties : l’examen oral en visioconférence avec la tutrice ou le tuteur et l’examen écrit, sous surveillance, dans une salle de classe.

6 B. Poellhuber, M. Chomienne et T. Karsenti, Quels sont les parcours menant à l'abandon en formation à distance au collégial?, DistanceS, 2008 (http://tinyurl.com/ykafx6k).

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015