Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 71, Octobre 2009 
L'approche modulaire plurimédia au Cégep@distance Version Imprimable  Version imprimable


Philippe Flamand, responsable de l'approche modulaire  (Cégep@distance)

Au moment d’écrire ces lignes, je me rappelle l’achat de mon premier ordinateur… l’aspect mystérieux et inusité de l’aventure! Il fallait se rendre dans une boutique spécialisée et passer des heures à choisir les composantes de notre arsenal informatique dans une longue liste écrite en petits caractères : la carte mère Untel, l’incroyable 1 Mo de mémoire vive qui grevait le budget, le spectaculaire disque dur de 40 Mo et le lien vers le futur Web, un modem téléphonique haute vitesse fonctionnant à 2 400 bauds1! Nous étions des savants fous et nous maîtrisions le jargon secret du domaine… Aujourd’hui, pour une fraction de la facture et des millions de fois la performance, nous déambulons dans les allées de notre magasin géant favori en ne nous troublant pas plus de l’achat d’un nouvel ordinateur que de celui du grille-pain à la mode de l’allée suivante. Les technologies de l’information, en éducation, seraient-elles en voie de devenir aussi… banales?

Rapidement, les objets numériques du monde des TIC se démocratisent. Désormais à la portée de presque tous, ils sont omniprésents tant dans les loisirs qu’en enseignement. La population étudiante en consomme largement et s’attend à en trouver plusieurs, et de bonne qualité, dans son matériel d’apprentissage. Toutefois – parce qu’il y a toujours un «toutefois» –, sait-on comment gérer, en tant que créateurs de ce matériel, l’abondance de ressources, comment en faire une utilisation judicieuse? Comment nous assurer que, compte tenu de cette nouvelle liberté médiatique, nos approches nous permettent d’intégrer les différents supports de diffusion afin de produire des activités d’apprentissage toujours plus signifiantes et qui maximisent le développement de compétences? Comment intégrer efficacement les nouvelles pratiques à nos processus de travail? Surtout, comment éviter de refaire les erreurs du passé? Comme on l’a malheureusement constaté trop souvent, en effet, la faisabilité technique n’est pas toujours en adéquation avec la pertinence et le rendement pédagogiques.


La progression d’un virage au Cégep@distance

Depuis plusieurs années, le Cégep@distance a entrepris un virage technologique important afin d’offrir de nouveaux formats de matériel d’apprentissage et de nouveaux services mettant à profit les avancées technologiques et pédagogiques émergentes234. En 2004, la préoccupation principale avait été de s’arrimer aux normes internationales relatives aux objets d’apprentissage. Nous avions alors exploré les SCORM, LOM, DublinCore, Cancor, etc. L’orientation de notre plan de travail avait donc été plus technologique, plus enracinée dans les normes, l’interopérabilité des ressources, le XML et les spécifications techniques de notre plateforme de diffusion.

L’année d’après, nous entreprenions l’étape suivante de notre virage technologique, soit la diversification des médias utilisés dans l’élaboration de notre matériel de formation. D’un modèle principalement imprimé, nous passions à un paradigme plurimédia, rendu possible, entre autres, par l’augmentation du taux de pénétration d’un Web plus performant dans un nombre sans cesse grandissant de foyers québécois. Les nouvelles performances du Web laissaient entrevoir un potentiel d’exploitation des nouveaux médias prometteur dans un futur tout proche. Il fallait se mettre à la tâche immédiatement pour être prêt quand le temps serait venu.

En janvier 2007, nous avons mis à profit nos apprentissages dans le cadre de l’élaboration du premier DEC modulaire en Techniques d’éducation à l’enfance (TEE) (322.A0), lequel allait permettre, grâce à une architecture par objets d’apprentissage, aussi bien une offre de formation initiale qu’une offre de formation personnalisée après une reconnaissance des acquis et des compétences (RAC). C’est dans ce cadre que nous avons analysé, modularisé et organisé les 22 compétences du DEC en TEE dans un ensemble cohérent qui est aujourd’hui notre référence pour l’élaboration de tout le matériel de formation. Aussi, nous avons amorcé les changements organisationnels qui sont requis pour se lancer dans ce type de production. C’est une chose que de produire des ressources d’apprentissage en ligne, mais c’en est une autre que de produire un ensemble de ressources interopérables et flexibles qui forment un tout flexible et pertinent tout en permettant l’offre de formation personnalisée. Comme le dirait une de mes amies, «c’est une autre occasion d’exceller»!

Depuis ce temps, nous travaillons à intégrer dans un ensemble de normes et de méthodologies de travail, les différentes facettes de notre virage technologique et pédagogique.


Préoccupations pédagogiques : les bases du changement

Comme vous l’avez sans doute déjà remarqué, de nouvelles tendances émergent constamment de l’espace médiatique et pédagogique. Certes, l’abondance incroyable de nouveautés peut être perçue comme problématique, mais selon moi, c’est un des plus beaux problèmes avec lequel on puisse composer! Que ce soit l’utilisation de la vidéo en ligne, l’implantation d’un portfolio électronique ou l’introduction de logiciels sociaux dans le cadre d’activités d’apprentissage, tous ces changements, toute cette variabilité doivent être planifiés et intégrés à nos pratiques pédagogiques. C’est pour cette raison qu’au Cegep@distance, nous avons adopté une stratégie systémique visant à intégrer nos produits et services dans un ensemble fonctionnel. Bien que cela semble aller de soi, l’intégration et l’implantation à la grandeur de l’organisation de tous ces changements se révèlent une entreprise de taille. Avant d’être intégré au reste du système, chacun des ajouts est mis à l’essai dans le cadre de conditions contrôlées et évaluées. Même si cela ralentit parfois le rythme désiré des changements, le jeu en vaut largement la chandelle quand on constate la qualité du produit final et sa pertinence pédagogique.

Ainsi, afin de faire des choix informés et d’assurer un retour sur l’investissement intéressant pour l’organisation et surtout l’apprenant, nous nous efforçons de garder le cap sur les préoccupations pédagogiques de base. Nous évitons de nous laisser emporter par tous les vents du changement qui soufflent sur nos horizons pédagogiques. Au moment de leur implantation, nous nous assurons que les nouvelles formules technopédagogiques nous permettent d’améliorer, entre autres :

  • l’acquisition réelle des compétences;
  • l’intégration et le transfert des compétences dans des situations authentiques et mobilisatrices;
  • l’évaluation de l’apprentissage de façon cohérente;
  • la création d’un patrimoine pédagogique en vérifiant l’interopérabilité pédagogique et technologique des «ressources» et en appliquant les standards technologiques reconnus;
  • l’exploitation possible du matériel, tant dans le contexte de la formation à distance que dans un contexte d’enseignement magistral, hybride et ce, que ce soit en formation initiale ou en formation manquante.


Et finalement (mais non le moindre),

  • la motivation et la réussite de l’apprenant.


Le défi actuel au Cégep@distance est de continuer à négocier le virage technopédagogique tout en assurant des bases pédagogiques solides et un service accru à l’apprenant.


Notre approche modulaire plurimédia

Afin de poursuivre l’intégration des nouvelles formules technopédagogiques et médiatiques à l’approche modulaire de façon harmonieuse, nous avons entrepris de gérer tout ce changement en élaborant une méthodologie qui articule les différentes composantes des systèmes d’apprentissage. Comme nous le disions en 20055, nous ne réinventons rien! Nous tentons plutôt de faciliter l’implantation du changement tout en maintenant les acquis du patrimoine éducatif de l’équipe du Cégep@distance.


Conjuguer l’approche plurimédia à l’approche modulaire au Cégep@distance

La prochaine étape de notre virage technopédagogique consiste en l’intégration de notre modèle médiatique plurimédia à celui de l’approche modulaire. Étant donné que l’envergure du système de formation dépasse de loin celle du cours, il est important d’assurer une cohérence entre tous les niveaux du système, et ce, à partir du programme jusqu’aux éléments de formation modulaire relatifs à l’apprentissage des compétences. Les défis sont nombreux : complexité accrue de la conception et de la production de matériel d’apprentissage plurimédia, nature autoportante du matériel devant permettre de répondre à la RAC et à l’offre de formation manquante, et contexte technologique en mutation de la formation en ligne. Nous avons décidé de faciliter ce travail en nous dotant d’outils et de ressources qui stabiliseront le processus de conception et de production.

Voici un survol de la méthodologie en cours d’implantation au Cégep@distance. Elle peut être segmentée en trois niveaux différents allant d’un cadre d’analyse systémique général à l’analyse détaillée requise pour la réalisation et la production du matériel d’apprentissage modulaire plurimédia.


Macro-cheminement – Logigramme des compétences d’un programme

Le macro-cheminement est constitué de deux principales activités : la séquence d’apprentissage entre les compétences d’un programme et les séquences d’apprentissage de chacune de ces compétences par rapport à l’ensemble.

Le logigramme des compétences d’un programme6 présente l’ensemble des cheminements d’apprentissage possibles entre les compétences d’un programme. C’est là une visualisation de l’approche programme très utile. On y trouve la séquence des préalables, le cheminement d’apprentissage, les grandes étapes d’évaluation et d’intégration des compétences (par exemple, les stages et l’épreuve synthèse du programme), les liens avec les compétences transversales, les liens avec les grands cadres du programme (dans le cas de notre DEC en TEE, ce sont les liens avec le cadre personnel et professionnel, le cadre légal et organisationel et le cadre de l’intervention éducative), l’utilisation d’outils et de ressources tels que le portfolio numérique, etc. Ce logigramme est l’outil de travail central, la référence de plus haut niveau qui assure la cohérence entre tous les éléments qu’il chapeaute.


Macro-cheminement – Cheminement d’apprentissage des compétences

Cette étape du processus de conception est très similaire à celle de l’élaboration du logigramme des compétences d’un programme. On y effectue simplement l’analyse à un niveau plus micro. C’est ici que l’on décortique les grandes étapes d’acquisition d’une compétence en un cheminement d’apprentissage plus détaillé. Pour chacune des étapes, on précise la formule pédagogique, les activités de l’apprenant dans la séquence appropriée et les activités d’encadrement correspondantes (rétroactions au e-portfolio, visioconférence, etc.), les productions attendues et les étapes qui y mènent (activités d’apprentissage ou groupe d’activités). On planifie aussi la formule d’encadrement de l’étape et les outils et les ressources qui seront utilisés en cours d’apprentissage. La conception du cheminement d’apprentissage peut être effectuée pour une compétence complète ou une de ses parties, ou pour un ensemble de compétences et ce, en cohérence avec le logigramme des compétences du programme.Dans le contexte des projets d’élaboration de cours et de matériel d’apprentissage, cette méthode de modélisation s’est révélée des plus facilitante lors des rencontres avec les experts-matières, les représentants du tutorat et tous les autres intervenants qui contribuent à cette étape du processus. Cet outil nous a permis de partager, autour d’une même table, une même vision. C’est aussi une référence nécessaire dans l’optique de l’offre d’un cheminement d’apprentissage personnalisé à la suite d’une RAC.


Micro-cheminement – Devis de conception technopédagogique

Le devis technopédagogique est un outil de communication précieux pour toute l’équipe du Cégep@distance. Il s’agit d’un tableau de travail qui compile toutes les informations requises pour l’élaboration, la production et l’implantation du matériel d’apprentissage. C’est à cette étape du processus que s’amorce la micro-analyse du cheminement d’apprentissage. Cette étape s’inscrit dans la suite des autres étapes préalables de notre méthodologie. Le devis sert avant tout de point de chute pour toutes les informations d’un projet. Il renseigne les intervenants et assure la cohésion tout au long du projet. Il comporte quatre volets principaux : pédagogique, médiatique, encadrement et implantation.

Volet pédagogique : Dans cette partie du devis, on compile et consigne les informations issues du travail entre le concepteur ou la conceptrice pédagogique, les experts-matières et les autres intervenants impliqués dans le projet. L’enjeu à cette étape est simplement de mettre en place les conditions les plus efficaces pour faciliter le partage et l’extraction de la structure des compétences. On utilise le moyen le plus adapté pour assurer la collecte et la production des informations requises en vue d’élaborer le micro-cheminement d’apprentissage et de déterminer les activités pédagogiques auxquelles participera l’apprenant. Il faut avoir clairement dans sa mire l’analyse de la compétence visée.

Volet médiatique : Une fois les activités d’apprentissage déterminées, cette portion du devis servira à documenter la formule médiatique optimale pour communiquer le message avec un maximum d’efficacité. Quel élément de notre modèle plurimédia est-il pertinent d’utiliser compte tenu de nos ressources financières? Ce volet est une source d’information importante dans la planification de la production du matériel et l’établissement des coûts de production.

Volet encadrement : C’est dans cette partie du devis que l’on explicitera, pour chacune des activités, la contribution des tuteurs, des pairs, des systèmes informatisés de rétroaction, etc. Le devis d’encadrement sera lui aussi très utile pour l’établissement des coûts de production et de diffusion. Il permettra, entre autres, de faire ressortir les enjeux à discuter avec les autres intervenants de l’organisation (services aux étudiants, TI, etc.).

Volet implantation : C’est sous cette rubrique que l’on notera les autres effets potentiels relatifs à l’implantation d’une formule pédagogique particulière (par exemple, l’utilisation de l’e-portfolio, de fiches interactives, d’un parc virtuel, de vidéos en ligne, de logiciels sociaux, etc.). Devrons-nous faire produire ou acquérir des outils informatiques que nous n’avons pas encore? Aurons-nous besoin de mettre en place une activité de formation des formateurs? Y a-t-il de nouvelles informations importantes pour les aides pédagogiques individuels? etc. On tente de planifier le plus précisément possible les besoins afin de les communiquer tôt dans le processus et ainsi s’assurer de la mise en place des conditions requises pour le succès de l’implantation.


Réalisation et production des outils et ressources pour la scénarisation et la production

Il nous arrive tous un jour d’élaborer des activités d’apprentissage et des formules pédagogiques dont nous sommes particulièrement fiers, mais qui sombrent dans l’oubli… pour refaire surface quelques années plus tard, nous amenant à constater, avec une certaine satisfaction, que nous avions fait du bon travail au moment de leur conception.

Afin de faciliter la réutilisation de ces formules pédagogiques et de ces activités, nous développons des outils et des ressources pour leur scénarisation qui permettront de :

  • Capturer l’expertise pédagogique des formules qui ont connu du succès
  • Formaliser, par l’intermédiaire d’un aide à la tâche, les divers paramètres pédagogiques et médiatiques
  • Stabiliser et faciliter le processus de conception/médiatisation/production du matériel d’apprentissage


Plusieurs détails ayant un impact considérable sur les délais de conception et de production seront ainsi consignés en permanence dans les outils.


Terminer le virage et prendre le large

Étant donné que nous avons établi des assises solides et bien ancrées dans les principes de base de la technopédagogie, il sera facile de procéder à des choix qui amélioreront l’expérience d’apprentissage de nos élèves. Nous poursuivons notre route vers un modèle pédagogique qui répondra, nous l’espérons, de plus en plus aux besoins de notre clientèle. Notre matériel, mobile dans le temps et l’espace numérique, nous permettra d’offrir un cheminement personnalisé à un apprenant branché sur le monde et contribuant à la création de ses propres compétences.

En conclusion, une anecdote. Sur la route des vacances, en émergeant du grandiose paysage montagneux de la Gaspésie et en plongeant vers la mer, l’idée de «terminer le virage et prendre le large…» suscita en moi un mélange d’excitation et d’appréhension. Les nouveaux médias et les nouvelles formules pédagogiques en formation à distance continuent sans cesse à faire surface et c’est parfait ainsi. Mais, question essentielle, sont-ils accessibles?

Arrivés à destination dans le charmant village de Nouvelle, mon fidèle portable et moi devions nous connecter au Web. Peut-être y avait-il un petit café Internet? Rien en vue. Je me présentai donc au gîte À l’abri du clocher, un ancien presbytère construit à la fin des années 1800 et où j’allais demeurer une semaine, et demandai timidement à mes chaleureux hôtes : «Y aurait-il par hasard un accès Internet dans les parages?» Sourire aux lèvres, on me répondit : «Mais certainement, Monsieur, comme tous les résidents de Nouvelle, nous avons l’accès sans fil haute vitesse!».

Ainsi que le mentionnait Daniel Bujold, directeur général de la Ville de Nouvelle, l’accès à Internet haute vitesse est un outil stratégique vital pour soutenir le développement économique et favoriser l’occupation du territoire des régions. La municipalité et ses habitants se sont mobilisés et l’accès est maintenant offert à tous pour 50$ par année.

Mon appréhension fit rapidement place à l’enthousiasme et je constatai à quel point il était maintenant capital de terminer notre virage et de prendre le large. Salutations amicales aux habitants de Nouvelle, à Sylvain, Sylvie, Jade et Anaïs! À suivre…
 


1 Unité qui sert à mesurer la rapidité de modulation des signaux émis et qui correspond à une modulation par seconde (Grand dictionnaire terminologique, 2009). On peut dire qu’en ce temps-là, 2 800 bauds équivalaient à approximativement 2 800 bits par seconde, soit un étourdissant 0,0048 mégabit/seconde!

2 Philippe Flamand et Alain Gervais (2004). «Les objets d'appren-tissage : au-delà de la technologie, la pédagogie», Clic, nº 54. (http://bulletinclic.profweb.ca/cgi-bin/aff.pl?page=article&id=1100).

3 Chantal Bénit et Chantal Paquin (2005). «Le virage plurimédia du Cégep@distance», Clic, nº 58. (http://bulletinclic.profweb.ca/cgi-bin/aff.pl?page=article&id=1050).

4 Philippe Flamand et Suzane Cormier (2007). «L'offre de formations manquantes au Cégep@distance», Clic, nº 63. (http://bulletinclic.profweb.ca/cgi-bin/aff.pl?page=article&id=2024).

5 Chantal Bénit et Chantal Paquin (2005). «Le virage plurimédia du Cégep@distance», Clic, nº 58. (http://bulletinclic.profweb.ca/cgi-bin/aff.pl?page=article&id=1050).

6 Schéma synoptique qui présente, sous la forme d'une suite de lignes et de symboles graphiques, les éléments logiques pris en compte lors du déroulement d'une activité, d'une étude ou d'un processus (Grand dictionnaire terminologique, 2009). 

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015