Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 69, Janvier 2009 
Second Life et la pédagogie active Version Imprimable  Version imprimable


 (La Vitrine Technologie-Éducation)

second_life


Les jeunes d’aujourd’hui ont grandi dans un monde branché sur le numérique. Ils possèdent des stratégies d’apprentissage particulières puisqu’ils ont l’habitude d’effectuer des tâches simultanément en changeant de contexte presque instantanément. Ils sont toujours prêts à plonger dans une situation ou un thème sans connaître au préalable ce qu’il est nécessaire de savoir pour le maîtriser, et ils s’attendent plutôt à apprendre au fur et à mesure de leur exploration sans qu’on leur propose nécessairement d’autorité un manuel d’instruction. Cette approche, qui semble chaotique à première vue, repose sur le recours aux réseaux sociaux et sur l’exploration. En ce sens, l’apprentissage s’effectue autant à l’aide des pairs que des ressources traditionnelles. Ces échanges et ces constructions de savoirs passent aussi bien par le monde réel que le monde virtuel, par exemple celui de Second Life.

Second Life est un monde virtuel persistant en trois dimensions, un environnement simulé qui propose littéralement de vivre une deuxième vie à travers une identité virtuelle exprimée par un avatar. C’est un milieu de rencontre qui est favorable au développement de larges réseaux sociaux de même qu’un lieu d’expression et d’exploration sans véritables limites.

Ce milieu peut, dans certains cas, se révéler une excellente plateforme d’apprentissage à distance, distance qui, justement, est réduite par la manipulation d’un avatar. Comme dans la vraie vie, il est possible de suivre des cours de toutes sortes dans Second Life, que ce soit pour apprendre à jouer d’un instrument de musique ou se familiariser avec une langue étrangère. Les stratégies d’apprentissage sont diverses : on pense à des interactions entre un avatar et un professeur, à des cours audio ou vidéo, ou tout simplement à des cours magistraux.

Plusieurs universités ont déjà intégré le monde virtuel et sont présentes sur Second Life. L’Institut européen d’administration des affaires (IEAA) l’utilise pour rassembler une centaine de cadres inscrits au MBA dans des amphithéâtres virtuels, évitant ainsi le déplacement d’intervenants et de chefs d’entreprise qui ont des agendas très chargés. L’université offre une série de cours sur le campus virtuel et compte même un laboratoire de recherche sur les comportements d’achat des avatars.

L’Université de Toulona a proposé à 80 de ses élèves de suivre 10 jours de cours dans Second Life. L’expérience a permis de déterminer que «l’interaction entre les internautes, via leurs avatars, pourrait permettre d’apporter une réponse à l’un des principaux problèmes de l’enseignement à distance, à savoir l’isolement des apprenants.»

L’École nationale supérieure des télécommunications de Bretagne organise des événements ponctuels destinés à des publics prédéfinis et conviés pour l’occasion. L’objectif est de proposer des cours aux salariés en formation continue.

Enfin, Avatar Language offre des cours d’anglais sur Second Life. Ces cours sont combinés à l’utilisation d’autres moyens, soit la téléphonie Skype, mais aussi des wiki, des épisodes de baladodiffusion et un blogue.

En terminant, il faut signaler un article intitulé «Second Life, un monde nouveau pour une vie meilleure?», écrit par François Thibaud, un étudiant de l’Université de Poitiers, en juillet 2007.

Cette chronique a été diffusée dans l'épisode 10 de Réseau TIC, une série de baladodiffusions produites par La Vitrine Technologie-Éducation. La liste des épisodes y est disponible ainsi qu’un fichier en format PDF reprenant les hyperliens des sites mentionnés dans chaque épisode.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015