Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 69, Janvier 2009 
Une nouvelle Campagne électorale... Version Imprimable  Version imprimable


Denis Chabot, chargé de projet  (CCDMD)

La mise à jour du jeu de simulation informatisée Campagne électorale 2.0 nous arrive avec la nouvelle année. Le CCDMD et le Cégep de Sherbrooke ont uni leurs efforts pour livrer une version entièrement revue et augmentée sur cédérom de ce logiciel éducatif. Les deux auteurs, Christine Breton et Jacques Fournier, ont collaboré à l’actualisation de l’interface et des contenus.

La problématique à l’origine du projet se révèle toujours aussi pertinente. Faire comprendre ce que sont les idéologies, un système politique et un mode de scrutin afin de saisir les enjeux d’une campagne électorale représente un défi pédagogique d’actualité. Malgré la succession de campagnes électorales durant la dernière année, il subsiste toujours une distance difficile à franchir pour les jeunes citoyens en devenir. La formule du jeu de simulation suscite une interaction captivante qui oblige l’élève à prendre position sur les grands thèmes d’une campagne et à élaborer une stratégie électorale de manière à gagner une élection. La simplicité et la véracité de la simulation lui confèrent un potentiel didactique indéniable. Au moment de sa parution en 1991, ce jeu de simulation s’imposait comme une référence dans son genre et sa mise à jour devrait le replacer au cœur l’éducation à la citoyenneté. Nous vous présentons brièvement l’interface conviviale du logiciel afin de vous inciter à repartir en Campagne électorale.

campagne1
La carte électorale interactive suit l’évolution de l’intention de vote durant les 35 jours que dure la campagne.


L’élève joue le rôle du chef de l’un des deux partis politiques en lice. La fiche d’inscription sert à l’identification du candidat et à la détermination des paramètres de la simulation. Le choix du parti et du niveau de difficulté influence le déroulement de la partie. Les idéologies politiques se traduisent dans les thèmes et le chef doit choisir l’orientation à privilégier en fonction des allégeances de son parti : augmenter ou diminuer… l’impôt des contribuables, le financement de la culture, etc. Le parti conservateur (PC) loge à droite de l’échiquier politique et le parti social-démocrate (PSD) à gauche. La polarisation marquée des idéologies aide à mieux distinguer les enjeux.

Une fois que le chef a gagné la course à l’investiture dans la circonscription de son choix, la véritable campagne peut débuter. La page principale affiche alors la carte de la nouvelle donne électorale. Le toponyme, l’écart de l’intention de vote et la couleur dressent la répartition actuelle et estimée pour les 30 circonscriptions entre les bleus et les rouges. Le chef peut alors se lancer dans sa cabale pendant 35 jours. La visite des circonscriptions devient l’activité essentielle. Le déploiement stratégique s’articule autour de l’analyse de la carte électorale. La fiche d’information sur une circonscription, l’atlas et les sondages fournissent aussi les données à prendre en compte dans le choix des circonscriptions à visiter. Il suffit de cliquer sur le nom ou le chiffre au milieu de la circonscription pour y effectuer une visite. La circonscription, le groupe d’électeurs et le thème choisis sont les éléments clés d’une bonne stratégie électorale. Le chef du parti conservateur aime bien parler de réduction d’impôt pour les entreprises avec les membres de la chambre de commerce, mais encore faut-il qu’il le fasse dans la bonne circonscription! Peu importe la cohérence du discours, la visite d’un château fort adverse influe rarement sur l’intention de vote de manière positive. L’adéquation au réel est saisissante. De plus, le journal Le pays fournit une rétroaction quotidienne aux activités du chef. Un calendrier interactif offre une vue générale du déroulement de la campagne. Finalement, le chef doit surveiller ses dépenses électorales afin de maintenir un budget de campagne équilibré. Le jour du vote, le fameux jour J, l’élève recevra un compte rendu détaillé de l’ensemble de ses activités avec un score pour la campagne et un autre comme chef de parti.

Les 35 jours de Campagne électorale à travers les 30 circonscriptions du Pays fictif d’un million d’habitants constituent un microcosme facile à saisir. La simulation représente un laboratoire utile et fascinant pour l’enseignement et l’apprentissage des concepts de base en politique. Les nombreux outils d’analyse de la conjoncture et des événements favorisent la compréhension de cette réalité dynamique et complexe. Nous vous invitons à déclencher votre propre Campagne électorale afin de constater les qualités inhérentes à ce jeu de simulation exceptionnel.

campagne2
Les pages du quotidien Le pays rendent compte de l’évolution de la campagne au fil des activités du chef.

campagne3
La fiche d’inscription pour fixer les paramètres de la campagne à venir.

campagne4
L’atlas permet de saisir les enjeux liés à la répartition de sept différentes variables sociodémographiques et de retracer l’historique de la campagne en cours.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015