Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 68, Octobre 2008 
Le réseautage social Version Imprimable  Version imprimable


 (Vitrine Technologie-Éducation)

leche_vitrine_1


Le concept de réseautage social est bien connu du grand public en raison de ses applications avec MySpace et Facebook. Ces deux sites créés aux États-Unis mettent gratuitement à la disposition de leurs membres enregistrés un espace Web personnalisé ainsi qu’un système de messagerie. Le principe est simple : il s’agit d’abord de créer un profil personnel et, sur la base d’intérêts communs, de lancer et d’accepter des invitations à se joindre à des groupes d’amis; au final, l’objectif est que tous les membres soient reliés directement ou indirectement. On trouve là une application de la théorie des «six degrés de séparation» du sociologique américain Stanley Milgram. Ce dernier a démontré qu’il existe en moyenne six intermédiaires entre deux personnes prises au hasard sur la planète

Il est important d’établir la distinction entre un environnement numérique d’apprentissage (ENA) et l’application de réseaux sociaux. L’environnement numérique d’apprentissage est basé sur le concept de cours et axé sur la livraison de contenu. Il regroupe un ensemble d’applications et de logiciels informatiques utilisés pour l’enseignement et l’apprentissage; il englobe toutes les plateformes de gestion de cours, de gestion de contenu ainsi que les outils logiciels. Au collégial, l'environnement numérique d’apprentissage le plus utilisé est DECclic tandis que dans les universités, on trouve Moodle ou WebCT. Sur le plan mondial, un grand nombre d’institutions ont amorcé une démarche d’adoption de normes et de standards de formation en ligne, principalement le support de l'ensemble de spécifiques SCORM pour assurer la pérennité des contenus et des développements à venir.

En revanche, une application de réseau social est basée sur le concept d’apprenant et axée sur les interactions entre les apprenants à l’intérieur d’une communauté d’intérêt. Il ne s’agit donc plus seulement de consommer de l’information, mais aussi d’en produire et de la partager. Certains outils de réseaux sociaux peuvent très bien être intégrés à des environnements numériques d’apprentissage.

L’outil de réseau social le plus évolué actuellement s’appelle Elgg, le mot qui sert à «câller» l’orignal en Scandinavie. C’est une application de logiciel libre, donc gratuit, pouvant être installée localement dans un établissement. L’idée centrale de Elgg est celle d’un paysage d’apprentissage personnel; on y rassemble de l’information, fréquemment de manière automatique – par exemple, à l’aide de Flux RS qui transmettent les derniers articles de journaux sur un thème précis ou des textes de blogues de personnes appartenant au même réseau social, ou encore, qui renseignent sur les nouvelles images en provenance de sites de partage de photographies. Il est aussi possible d’effectuer des recherches dans les catalogues de ressources d’apprentissage, par exemple en se connectant au réseau Globe.

Le répertoire personnel contient donc des informations recueillies par les flux; il peut accueillir un blogue personnel ou un portfolio numérique; tous ces éléments sont décrits par des étiquettes, des métadonnées, pour faciliter leur partage avec d’autres membres du réseau.

Certains pédagogues considèrent que les réseaux sociaux permettent de supporter l’approche du constructivisme, car ils y voient un bon moyen d’intéresser les plus jeunes à l’écriture collective. Il reste toutefois que les sites sont encore peu nombreux. Parmi ceux-ci, on peut considérer MynoteIT pour le partage de notes de cours en format écrit ou audio ainsi que l’accès à un agenda. Il est possible à l’intérieur de cette communauté de s’associer à des groupes-classes ou à des communautés apprenantes. Cependant, comme il s’agit d’un site «.com», donc un site commercial qui fait, entre autres, la promotion du téléphone portable pour accéder à l’information, on peut s’interroger sur la durée, la qualité ainsi que sur le véritable motif de cette offre de service.

Du côté francophone, le réseau Hors les murs se présente comme un espace où enseignants, étudiants et parents peuvent échanger sur leurs expériences pour s’affranchir des carcans de l’école traditionnelle. Pour devenir membre, il suffit de remplir le tableau de demande relié au réseau Ning ID. Le système d’authentification Ning ID permet de choisir une adresse courriel et un mot de passe une seule fois, et de l’utiliser pour prendre part ou se connecter à tout réseau social qui l’utilise. Pour ceux et celles qui sont à l’aise en anglais, le réseau Eduspaces.net est consacré à la promotion de l’utilisation des technologies en éducation et il offre des forums animés par des experts dans le domaine. Mis en place par l’Université de Brighton au Royaume-Uni et par d’autres organismes, ce site anglophone accueille aussi des blogues, commentaires et sujets de discussion en d’autres langues que l’anglais.

En terminant, il faut consulter l’excellent article paru sur WikiEduTech, portant sur l’application Elgg et produit par l’unité académique de la Faculté de psychologie des sciences de l’éducation de l’Université de Genève. Même si la page indique que le contenu est incomplet, l’article permet au lecteur novice de se faire une bonne idée de la plate-forme et de son environnement.

Cette chronique a été diffusée dans l'épisode 6 de Réseau TIC, une série de baladodiffusions produites par la Vitrine Technologie-Éducation. La liste des épisodes y est disponible ainsi qu’un fichier en format PDF reprenant les hyperliens des sites mentionnés dans chaque épisode.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015