Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 66, Janvier 2008 
Forum québécois de la formation à distance Version Imprimable  Version imprimable


Diane Laberge, directrice adjointe par intérim  (Service de la recherche et du développement Cégep@distance)

Les 14 et 15 novembre derniers se tenait, à l’initiative du CLIFAD1, le Forum québécois de la formation à distance visant à souligner 60 ans de formation à distance au Québec. Celle-ci, on le sait, joue depuis longtemps un rôle essentiel pour des centaines de milliers de personnes qui y ont recours pour compléter des études, accéder à un premier diplôme ou se perfectionner. Malgré sa popularité grandissante à tous les ordres d’enseignement, la formation à distance demeure trop souvent méconnue et fait l’objet de préjugés quant à la qualité de ses contenus et de ses pratiques. Conscients de cette situation, les membres du CLIFAD, dont le Cégep@distance, ont voulu rassembler des décideurs et des acteurs institutionnels qui influencent le paysage éducatif québécois pour mieux connaître leurs perceptions et attentes à l’égard de la formation à distance et établir les bases d’une concertation en vue de son développement.

D’entrée de jeu, Paul Inchauspée, consultant bien connu dans le réseau collégial, a lancé la réflexion dans une conférence d’ouverture intitulée : La formation à distance : pis-aller ou choix d’un mode de formation? Clarifiant la nature propre de la formation à distance, il a présenté une analyse des perceptions et des craintes à ce sujet tant chez les gestionnaires publics que dans les établissements d’enseignement. Ce faisant, il nous a entraînés dans une lecture du nouvel environnement au sein duquel doivent évoluer les établissements de formation à distance et des conditions requises pour leur développement. Une conférence riche d’idées, un propos provoquant et résolument campé en faveur de la reconnaissance de la place de la formation à distance dans le système éducatif québécois.

Sur cette lancée, des ateliers ont permis à la centaine de participants de parler de leurs propres expériences et perceptions de la formation à distance pour ensuite examiner les besoins auxquels elle peut répondre. La formation de la main-d’œuvre, l’intégration des immigrants, le développement des régions et l’apprentissage tout au long de la vie ont été au cœur des échanges tout autant que la réussite éducative. Il va sans dire que les participants ont souligné l’absence de politiques et d’orientations gouvernementales en formation à distance. Hélène P. Tremblay, sous-ministre adjointe à l’enseignement supérieur, prenant la parole lors du souper d’ouverture du Forum, a reconnu que le leadership du MELS s’impose dans ce secteur et que la croissance de la formation à distance exige désormais une réflexion pour trouver des solutions concrètes en vue de répondre aux attentes sociales à cet égard.

Dans le cadre d’une table ronde, les responsables de la Télé-université, du Cégep@distance et de la SOFAD2 et une représentante de la CPMT3 ont présenté leurs points de vue respectifs sur les principaux enjeux de développement de la formation à distance au Québec. Viet Pham, directeur du Cégep@distance, a souligné que l’utilisation efficace des technologies de l’information et des communications est au centre des enjeux actuels en formation à distance et que l’innovation devient nécessaire tant pour redéfinir les méthodes et processus de conception et de production de cours que pour dynamiser l’encadrement et les rapports entre les tuteurs et les élèves. De même, une meilleure connaissance des clientèles actuelles et potentielles permettra de mieux cerner leurs besoins. Il a lancé un appel à la collaboration, au sein du réseau collégial, entre les organismes de formation à distance et avec les partenaires externes afin de partager nos savoirs et nos bonnes pratiques.

Le Forum a également accueilli une conférencière de prestige, Brenda Gourley, vice-chancelière de la Open University, une institution modèle en formation à distance qui accueille plus de 180 000 étudiants à travers le monde. Elle était de passage à Montréal pour recevoir un doctorat honorifique de la Télé-université. Sa conférence s’intitulait : Les conditions de développement de la formation à distance dans l’espace européen. Soulignant la croissance de la demande en enseignement supérieur et le potentiel de développement de la formation à distance, accentué par la convergence des technologies, elle constate qu’aucune institution ne peut se reposer sur ses lauriers! La qualité de la formation offerte, la capacité de dynamiser les rapports avec les étudiants malgré la distance et le dévelopement des partenariats sont au cœur de la capacité de résister à la compétition internationale dans ce domaine, selon elle.

En terminant, soulignons qu’à l’occasion du Forum, le CLIFAD a lancé le portail de la formation à distance au Québec, qui présentera l’éventail des cours et programmes offerts par les établissements membres du CLIFAD. Pour plus d’information sur les conférences et discussions, consultez les actes du Forum sur le site du CLIFAD.


1 Comité de liaison interordres en formation à distance
2 Société de formation à distance des commissions scolaires du Québec
3 Commission des partenaires du marché du travail

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015