Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 66, Janvier 2008 
Comment utiliser la visioconférence pour réaliser des études de cas dans le cadre d'un séminaire de stage? Version Imprimable  Version imprimable


Françoise Marceau, équipe Animaweb

rfourniericone_profweb_recit_1355Alors que je développais un cours sur l’encadrement en ligne pour le Cégep@distance, j’ai rencontré Réjean Fournier, qui expérimentait la visioconférence. Son expérience s'est révélée fort pertinente autant en ce qui concerne les stages à l’étranger que la réalisation d’études de cas. Prenez le temps de lire ce récit et allez visionner les vidéoclips qui l’accompagnent dans Profweb.


Quiconque a déjà rencontré Réjean Fournier reconnaît ses talents pour l’utilisation d’applications informatiques. Enseignant depuis plusieurs années, il maîtrise toutes les ramifications du programme, mais également celles du réseau informatique du cégep… Voyant que des étudiantes souhaitaient effectuer des stages à l’étranger, il a cherché une façon d’organiser à distance des rencontres hebdomadaires avec elles pour avoir un résumé de leur semaine et leur soumettre des études de cas. La visioconférence lui est alors apparue comme l'outil à privilégier.




Sur le plan pédagogique, peux-tu expliquer ton expérience?

Somme toute, je réalise mes séminaires (retour théorique de trois heures) comme si on était en classe, en ayant recours à l’approche par problèmes (APP). Après un bref tour de table sur le contenu de la semaine, chaque personne résout à son rythme un cas individuellement ou en équipe de deux, en utilisant le Guide étudiant pour le stage de biochimie clinique. Chaque cas résolu est ensuite présenté au groupe et les autres commentent ou posent des questions. J’ajoute de l’information et je fais des liens lorsque nécessaire.

Bien que l'activité soit plus intéressante en classe, où l’on peut discuter librement, la solution technologique permet aux étudiantes intéressées de faire un stage à l’étranger. Actuellement, les quatre personnes qui sont au Québec se déplacent dans le laboratoire du collège alors que les deux qui sont à l’étranger se regroupent dans un lieu où les équipements sont disponibles.


Comment t’y prends-tu techniquement pour que cela fonctionne?

Au départ, je fonctionnais avec un équipement minimal, soit l’utilisation de MSN pour l’échange d’informations textuelles et de NetMeeting pour la transmission de l’image vidéo et audio. Je déplaçais la caméra vers les participants lorsqu’ils parlaient afin que ce soit leur image qui soit transmise plutôt que la mienne. La projection sur un écran au mur permettait au groupe de voir ce qui se passait à l’étranger à partir de l’écran de mon ordinateur (zone de clavardage et transmission de l’image) et de suivre ainsi les échanges d’idées.


centre_medias

Photos : Sylvain Martel, Centre des médias et des événements institutionnels, Cégep de Sherbrooke.


Mais depuis que le Cégep de Sherbrooke s’est doté d’une salle de visioconférence beaucoup plus fonctionnelle, je l'utilise avec mon groupe. Le fonctionnement est plus fluide pour l’image et le son, et tout se contrôle avec simplicité. En fait, il me suffit de «zoomer» sur une élève sans déplacer la caméra pour l’entendre et lui parler sans casque d’écoute ni micro.


Quels sont les avantages?

Le principal avantage est que cela permet de réaliser des stages à l’étranger! Et bien que je ne l’aie pas encore fait, cela permettra également aux élèves qui sont au Québec d’effectuer leurs séminaires de stage directement de leur domicile ou de leur lieu de stage.

Comme j'utilise également Moodle pour le suivi, la théorie, les questions, les échanges d’idées et les évaluations formatives et sommatives, l'élève à l’étranger peut réaliser le même parcours que ceux qui restent au Québec.


Comment vois-tu l’avenir des technologies dans le contexte du réseau collégial?

Les développements technologiques font en sorte que je ne suis plus obligé de me soucier des aspects informatiques. Il suffit de réserver et de convoquer les élèves pour la rencontre et le tour est joué! Considérant que plus de 85 p. 100 de la population a accès à un ordinateur à la maison, il deviendra de plus en plus facile de communiquer par la voix et l’image avec les élèves et de discuter autour de documents ou d’applications malgré la distance. C’est également intéressant pour les évaluations des stages puisque tout peut se faire à distance avec les moniteurs des centres hospitaliers. Dans cette optique, le portfolio d’évaluation m'apparaît une voie d'avenir. En plus d’avoir toutes les évaluations consignées dans un même site, je reçois de mes élèves des informations qu’ils ne me donneraient pas dans un contexte de classe. Comme tous mes commentaires et ceux des moniteurs cliniques s’y trouvent réunis, j’ai une excellente vue d’ensemble.

Toutefois, cela ne doit pas devenir la panacée! La visioconférence sans interactions est possible avec un petit groupe (dans mon cas, j’ai une douzaine d'élèves), mais ne serait pas intéressante avec une vingtaine de personnes. Dans ce cas, il serait préférable de produire des présentations (vidéos, PowerPoint, animations Flash, etc.); elles pourraient être visualisées individuellement et on prévoirait ensuite des moments de discussion dans le cadre d’un forum ou d’une visioconférence.

L’équipe de Profweb remercie Réjean Fournier d’avoir partagé son expérience. Nous vous invitons d’ailleurs à ajouter votre grain de sel dans la zone Commentaires qui se trouve à la fin du récit sur le site de Profweb. N’hésitez pas à écrire, toute la collectivité collégiale pourra ainsi bénéficier de vos réflexions et de vos expériences.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015