Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 57, Mars 2005 
C'est la faute au format! Version Imprimable  Version imprimable
Un dossier conjoint de Carrefour Éducation et de la Vitrine APO

Brigitte Vandal
André Cotte
Patrice Prud'homme

Les problèmes...


Voici quelques exemples de situations que vous avez peut-être vécues vous-même ou observées chez vos collègues. Elles ont en commun d'être frustrantes et de générer des pertes de temps.

  • À l'aide de son Macintosh, Ginette prépare, en utilisant son traitement de texte préféré, une feuille d'information pour une sortie éducative. Elle envoie le fichier par courriel à sa collègue Céline. Cette dernière est incapable d'ouvrir le fichier avec le logiciel de son PC. Présumant que le service de courriel doit éprouver des problèmes, Ginette copie son fichier sur une disquette et la remet à Céline le lendemain. Malheureusement, Céline n'arrive toujours pas à déchiffrer le contenu de la disquette avec son PC. Grrrr c'est quoi, le problème?

  • Claude se décide finalement à créer une page Web pour son groupe classe. Tout se déroule bien jusqu'à ce qu'il tente d'y insérer la photo de groupe de ses élèves (fichier mes_élèves.bmp ). Cette dernière refuse obstinément de s'afficher dans le navigateur. Grrrr que se passe-t-il?

  • Lisette, une enseignante dévouée et à l'avant-garde, est exaspérée par les problèmes techniques qui surviennent au laboratoire d'informatique; elle décide de rédiger un guide de dépannage. C'est à partir de chez elle, à l'aide du programme OpenOffice, que Lisette conçoit son guide. Fière de son travail, elle sauvegarde le document avec les paramètres par défaut sur une disquette. Elle est impatiente d'en transférer le contenu sur chacun des ordinateurs du laboratoire. Mais, surprise! Les ordinateurs de l'école refusent de lire le fichier. Pourtant grrr !

  • Lisette croit avoir cerné le problème : les ordinateurs de l'école ne disposent pas du programme OpenOffice! Comme Microsoft Office est installé sur ces ordinateurs, elle retourne chez elle et entreprend de retaper son guide sous Microsoft Office XP. Malheureusement, le problème se perpétue.

Les problèmes décrits dans ces quelques exemples ont une origine commune : ils sont tous reliés aux formats des fichiers (ou plutôt, au fait qu'on ne les maîtrise pas). Le présent dossier vous aidera à vous y retrouver dans la jungle des formats afin d'éviter de telles situations désagréables. Mais d'abord, qu'est-ce qu'un format de fichier?

Imaginez une bibliothèque remplie d'ouvrages de toutes sortes. Un livre à la couverture attrayante attire votre attention; vous le prenez et le feuilletez. À l'intérieur, vous reconnaissez l'alignement des lettres de notre alphabet, mais vous n'arrivez pas à déchiffrer ce qui est écrit. Pourquoi? C'est simple, le livre est rédigé dans une langue que vous ne connaissez pas : en allemand. Pour pouvoir le lire, il vous faudrait connaître, entre autres, le lexique, la grammaire et la syntaxe sur lesquels repose cette langue.

En informatique, c'est semblable. Tous les documents, qu'il s'agisse d'un texte, d'une image, d'un son ou autre, se présentent sous la forme non pas d'un livre, mais d'un fichier. Ces fichiers constituent votre bibliothèque personnelle sur ordinateur. À l'image des livres qui possèdent leur propre langue, ces fichiers possèdent leur propre format. Et tout comme il existe plusieurs langues, il existe également de nombreux formats de fichiers ayant leurs caractéristiques propres. Votre ordinateur se retrouve donc devant une bibliothèque remplie de fichiers dans des formats différents. Comment un ordinateur peut-il reconnaître un format?

Tout d'abord, il faut savoir qu'un fichier est enregistré sous la forme nom_de_fichier.ext , où .ext représente l'extension ou le suffixe. Cette extension indique le format du fichier, c'est l'information dont l'ordinateur a besoin pour le lire et l'interpréter. Mais ce n'est pas tout de reconnaître le format, il faut également que l'ordinateur soit en mesure de le lire, c'est-à-dire qu'il dispose d'un logiciel compatible avec ce format de fichier.

Lorsque vous double-cliquez sur l'icône d'un fichier pour l'ouvrir, votre système d'exploitation examine le nom du fichier et, plus précisément, l'extension (généralement composée de trois caractères) après le point, afin de déterminer l'application à utiliser pour vous permettre de le visionner ou de l'éditer. Par exemple, s'il détecte l'extension .doc , il recourra probablement au programme Microsoft Word pour l'ouvrir. C'est la façon de faire de la plupart des systèmes d'exploitation (Windows, Mac OS ou Linux).

Pour reconnaître le type de fichier, les systèmes d'exploitation des ordinateurs Macintosh utilisent une signature qui intègre l'extension de caractères. Ces signatures sont des chaînes de huit caractères : quatre pour le programme qui a créé le fichier (Creator) et quatre pour le type de fichier (Type), soit un alias, une application, un dossier, un document, un fichier audio, une image ou une séquence. Ces codes sont habituellement invisibles pour l'utilisateur. Le Macintosh peut ainsi affecter la bonne application aux extensions de Windows. Les fichiers en provenance d'un PC ne sont donc pas un problème, à condition qu'il possède les applications nécessaires.

Pour que le PC qui reçoit un fichier en provenance d'un Macintosh sache comment l'ouvrir ou l'exécuter, il doit y avoir une extension du fichier. Une heureuse exception concerne la suite Office de Microsoft, qui permet que les fichiers créés sous Mac OS soient reconnus sans l'extension sous Windows. Bien sûr, vous devez posséder, dans votre PC, un logiciel qui reconnaît ce type de fichier!

Le PC qui essaie de lire un fichier en provenance d'un Mac peut donc éprouver des problèmes si l'extension n'est pas présente. Si vous la connaissez, vous pouvez toujours renommer le fichier en y ajoutant l'extension adéquate. Encore faut-il que votre correspondant vous ait dit de quel type de fichier il s'agit Nous verrons un peu plus loin comment remédier à ce problème.


Comment reconnaître le format d'un fichier

Sous Windows, on reconnaît le format d'un fichier par son extension (ce suffixe de quelques lettres à la fin du nom de fichier). Si vous n'avez jamais vu d'extensions, c'est que votre Windows est paramétré pour les cacher.
Sous le système Macintosh OS 9, on peut visualiser les codes Type et Creator d'un fichier en affichant les informations de ce dernier (sélectionner le document, puis choisir Lire les informations dans la barre des menus sous Fichier). Sous OS X, la même commande permet d'indiquer au système quelle application doit être utilisée pour ouvrir le fichier. Pour plus d'information concernant la façon de visualiser ces codes et leur signification, consultez les Guides MacWindows. Le système LInux fonctionne, à peu de choses près, comme Mac OS X.

Une fois que vous aurez repéré l'extension, vous serez en mesure de trouver le format de votre fichier, c'est-à-dire le programme qui peut l'ouvrir. Comment? En vous référant à un tableau comme celui qu'on vous propose en annexe 1 ou au moyen d' outils de recherche spécialisés. Nous vous recommandons FILExt.

Un peu de vocabulaire pour s'y retrouver

Essayons de nous y retrouver un peu dans le vocabulaire associé aux formats de fichiers. Voyons les sens des mots normes, standards, format ouvert, propriétaire et libre.

Les mots norme, standard et format peuvent, dans certains cas, être considérés comme synonymes. Dans chacun des cas, ils désignent un ensemble de règles sur lesquelles on s'est entendu pour créer un fichier. Ainsi, un format de fichier a été défini quelque part et doit être interprété par le logiciel qui crée ce type de fichier; on peut donc dire que c'est une norme. Si le format est très utilisé (ou le plus utilisé) pour créer un type de fichier - les textes issus d'un traitement de texte, par exemple - on peut dire qu'il est devenu un standard. On pourrait dire que tel format n'est pas standard s'il n'est utilisé que par peu de logiciels de traitement de texte. Ainsi, on peut dire que le format .doc, utilisé par Microsoft Word, est devenu un standard puisque la plupart des textes produits sur ordinateur le sont à l'aide de ce format.

Voyons maintenant ce qu'est un format libre, ouvert ou propriétaire. La norme ou le format d'un fichier a été défini par quelqu'un ou par un groupe de personnes. Ce peut être une compagnie privée de logiciels, telle Microsoft, un groupe d'organismes regroupés en association, tel le W3C (organisme qui définit les normes du Web), ou encore, un groupe d'individus (et même, à la rigueur, un seul individu).


Le format propriétaire

On dira que le format est propriétaire s'il a été défini par une compagnie privée ou des individus qui souhaitent en garder la complète propriété. Ce format sera utilisé par le ou les logiciels créés par cette compagnie ou ces individus. Pour qu'un logiciel d'une compagnie concurrente puisse lire ou créer des fichiers dans ce format, la compagnie devra acquérir le droit du propriétaire du format ou essayer de comprendre par déduction ses spécifications. Et si, entre temps, le format est modifié par son propriétaire, tout est à recommencer...

Les formats de fichiers propriétaires n'apportent aucune garantie quant à la pérennité des données dans le temps. De fait, si l'éditeur du programme cessait de le maintenir et que le programme ne tournait pas sur de nouveaux systèmes, on pourrait se retrouver avec des données littéralement perdues. Ainsi, si Microsoft décidait d'abandonner la vente de Microsoft Word, il deviendrait difficile, dans quelques années, de relire les fichiers créés aujourd'hui en format .doc.


Le format libre

Certains individus, groupes d'individus ou organismes définissent certains formats de fichier en décrétant que le format est libre et que tous et chacun peuvent l'utiliser à leur guise et même l'enrichir. Les spécifications du format sont disponibles pour toute personne qui le désire. C'est le cas des formats de fichiers de la suite bureautique OpenOffice ou d'Ogg Vorbis. Ces formats sont libres en ce sens que n'importe qui peut se servir de leurs spécifications dans ses propres logiciels. Par définition, les formats libres sont dit ouverts.


Le format ouvert

On dira que le format d'un fichier est ouvert si ses spécifications sont publiées intégralement et qu'il est librement utilisable. Le fait que les spécifications soient disponibles permet de trouver ou d'écrire soi-même un programme pour lire ces fichiers et en récupérer ou en convertir le contenu. C'est là une liberté fondamentale, puisque si le programme qui a servi à créer ces fichiers n'était plus disponible ou ne fonctionnait plus, il serait toujours possible dans le futur d'en relire le contenu. Dans 50 ans, un programmeur pourrait, à la lumière des spécifications publiées de ces formats, créer un logiciel pour lire ou exécuter des fichiers de ce format trouvé sur une disquette dans un grenier!

Pour compliquer un peu les choses, certains formats propriétaires sont aussi ouverts, en ce sens que leurs propriétaires ont jugé plus rentable pour eux de laisser d'autres compagnies ou individus créer des logiciels utilisant leur format. Cependant, ils peuvent y mettre des conditions ou modifier le format sans communiquer les nouvelles spécifications à ceux qui l'utilisent dans leur logiciel. Un format propriétaire ouvert n'est jamais aussi ouvert qu'un format libre.

Vous vous demandez pourquoi il est préférable d'utiliser les formats ouverts? Vous souhaitez en savoir plus à ce sujet? L'article intitulé Pourquoi utiliser les formats ouverts? vous indiquera des raisons de les préférer aux formats fermés.


Quelques conseils élémentaires

Il faut avant tout savoir nommer ses fichiers. En effet, si l'ordinateur ne reconnaît pas le nom de vos fichiers, il aura de la difficulté à y accéder. Voici quelques conseils pour éviter les problèmes de partage de fichiers.

NOMMER SES FICHIERS CORRECTEMENT

  • Utilisez des extensions
    • Ajoutez toujours la bonne extension à la fin du nom de votre fichier. Ce conseil est particulièrement important pour l'utilisateur de Macintosh qui souhaite échanger ses fichiers avec des utilisateurs Windows, sauf s'il s'agit de fichiers produits à l'aide de Microsoft Office.

    • Retenez que les extensions doivent correspondre au type de fichier que vous avez créé et n'oubliez pas de faire précéder cette extension d'un point. Votre logiciel vous offre peut-être d'ajouter automatiquement l'extension adéquate. Acceptez!
  • Évitez certains caractères dans vos noms de fichiers ( / ; ? < > " espace ou point4). Certains caractères permis avec Macintosh sont illégaux si utilisés dans les noms de fichiers de Windows. Par prudence, on ne devrait jamais les utiliser, particulièrement si on prévoit se servir de ce fichier dans un environnement où plusieurs systèmes d'exploitation coexistent. L'utilisation de ces caractères peut empêcher l'ouverture d'un fichier dont le nom les contiendrait.
    • Insérez un point avant l'extension

      Le point n'est pas un caractère illégal . Par contre, son usage devrait être réservé uniquement à la séparation du nom de fichier de celui de l'extension. Il n'est pas recommandé de donner, par exemple, comme nom de fichier Lettre à grand-maman 2003.12.25.doc. Le grand nombre de points risque de vous causer des problèmes. Un seul point avant l'extension, voilà la règle à suivre.

    • Prudence avec les espaces

      Les espaces libres sont des caractères légaux avec Macintosh et Windows. Toutefois, chaque plateforme les interprète différemment. Évitez d'utiliser des espaces au début ou à la fin d'un nom de fichier, car Windows sera complètement confus. Utilisez de préférence le symbole _ (le trait bas).

AFFICHER LES EXTENSIONS DES NOMS DE FICHIERS

Pourquoi afficher les extensions des noms de fichiers? Une des bonnes raisons, sous Windows, est que cela permet, entre autres, de reconnaître les fichiers qui contiennent des virus. En effet, ces fichiers contaminés sont souvent composés de deux extensions, par exemple moi_nue. mp3.scr . Si les extensions n'étaient pas activées sur votre système, vous ne verriez que moi_nue.mp3 et ouvririez probablement le fichier par curiosité! Le virus s'activerait alors dans votre ordinateur. Il vaut toujours mieux savoir à qui l'on a affaire et, avec les ordinateurs, ce sont les extensions qui le permettent!


Les formats à privilégier

Lorsqu'il est question d'échange de fichiers entre utilisateurs, la norme à adopter pour éviter les problèmes est l'utilisation de formats universels. Ces derniers sont multiplateformes, c'est-à-dire que toutes les plateformes (Windows, Mac OS, Linux, Unix et BeOS) peuvent les lire et les interpréter à condition que le logiciel nécessaire ou une application compatible soient installés sur l'ordinateur!

Lorsque vous désirez privilégier un format, vous n'avez qu'à sauvegarder ce fichier dans ce format. Prenons l'exemple d'un texte créé avec Word, mon_texte.doc, que vous souhaiteriez rendre universel (pour vous assurer que votre correspondant n'éprouvera pas de problèmes à l'ouvrir). Vous n'avez qu'à ouvrir votre document original, à cliquer sur le menu Fichier, puis sur la commande Enregistrez sous. Dans la liste Type de fichier, choisissez le format Texte mis en forme (.rtf), puis cliquez sur le bouton Enregistrer. Vous obtiendrez ainsi un nouveau fichier portant l'extension .rtf mon_texte.rtf; c'est ce fichier que vous devez envoyer à votre correspondant. La procédure est semblable pour la plupart des logiciels.

Cette conversion au format rtf peut vous faire perdre une partie de votre mise en page! Mais, comme il s'agit d'un format propriétaire ouvert, vous êtes assuré que presque tous les traitement de texte pourront lire votre fichier.

Voici donc les formats à privilégier pour échanger des fichiers.


Type de fichier

Format à privilégier

Images et photos

.jpg6- .tiff - .eps - .pdf

Pour diffusion sur le Web

Images : .gif ou .jpg
Texte : .htm
Animations : .swf (Flash)

Texte

.rtf - .pdf- .txt
Chiffriers électroniques
.xls - .sxc - .pdf
Vidéo
.qtm - .mpg
Audio
.mp3 - .aif -.wav
Compressés
.zip7


LE FORMAT PDF

Le fichier PDF (Portable Document File) est un format de fichier universel qui conserve les polices de caractères, les couleurs et les éléments graphiques indépendamment du système d'exploitation et du logiciel utilisés pour créer le document converti.

Ce format est probablement la solution la plus universelle. Toutefois, il ne doit être privilégié que si vous savez que le document n'est pas destiné à être modifié. Il peut être imprimé sans difficulté.

Les utilisateurs d'ordinateurs équipés de Mac OS X peuvent sauvegarder tous les documents autres que des fichiers multimédias au format PDF sans aucune autre application! Les propriétaires d'ordinateurs avec Microsoft Windows peuvent se procurer un logiciel qui leur permet de sauvegarder au format PDF. On trouve facilement maintenant des logiciels à faibles coûts - certains gratuits! - pour les créer. Si vous utilisez la suite bureautique OpenOffice, gratuite, vous pouvez les créer directement et ce, peu importe la plateforme (Linux, Mac OS, MS Windows).

Le fichier au format PDF constitue la norme pour la diffusion des documents de plusieurs entreprises.


Les principales caractéristiques du format PDF

La liste des caractéristiques qui suit s'applique à tous les logiciels qui permettent de produire des fichiers en PDF, même les logiciels gratuits.

  • Crée une image à partir d'un document existant (fichier source);

  • Crée un document non modifiable à partir du logiciel de création du fichier source;

  • Offre une interchangeabilité sur un grand nombre de systèmes d'exploitation;

  • Constitue un moyen d'échange universel;

  • Permet de rechercher des mots ou des phrases;

  • Permet la copie de textes et d'images lorsque autorisée;

  • Le fichier encodé demeure visuellement riche;

  • Les fichiers sont lisibles sur la plupart des navigateurs Web équipés d'un plugiciel adéquat.


Les caractéristiques propriétaires du format pdf

Les caractéristiques qui suivent sont dites propriétaires parce qu'elles ne sont possibles qu'avec certains logiciels dont Acrobat, le logiciel d'Adobe, la compagnie qui a créé le format PDF.

  • Offre des possibilités d'ajouter de l'interactivité dans le document tels des hyperliens, du surlignage, des formulaires, une table des matières dynamique, etc.;

  • Permet d'inclure des permissions d'accès au document;

  • Permet l'intégration d'éléments multimédias et de liens vers le Web;

  • Permet d'utiliser une signature numérique afin d'empêcher toute modification du document.


Lecture des fichiers PDF

On peut consulter et imprimer tout document PDF à l'aide d'un logiciel, gratuit pour tous, Acrobat Reader. Sur Macintosh, l'application Aperçu affiche également ce format. Un plugiciel disponible pour toutes les plateformes et tous les navigateurs permet de faire la même chose directement à partir de votre navigateur Web. Vous pouvez télécharger ce logiciel, Acrobat Reader, à l'adresse suivante : http://www.adobe.com/products/acrobat


Création de fichiers PDF

Le lecteur Acrobat est gratuit (Acrobat Reader), mais le programme d'Adobe permettant de générer des fichiers au format pdf, lui, doit être acheté. Il existe toutefois des solutions gratuites (qui n'égalent pas Acrobat, mais qui peuvent suffire dans la plupart des cas) dont la plus populaire, sous Windows, est PDFCreator. Il peut être téléchargé gratuitement à l'adresse suivante : https://sourceforge.net/project/showfiles.php?group_id=57796

Si vous utilisez la suite bureautique OpenOffice, la création de fichiers au format PDF est accessible directement à partir du logiciel. Comme OpenOffice est gratuit, aucune dépense supplémentaire n'est requise pour produire des fichiers PDF.


Solutions à nos problèmes du début

Revoyons les quelques situations problèmes présentées au début de ce dossier. Saurez-vous trouver la solution?


Première mise en situation

À l'aide de son ordinateur Macintosh, Ginette prépare une feuille d'information pour une sortie éducative. Elle envoie le fichier par courriel à sa collègue Céline. Cette dernière est incapable d'ouvrir le fichier sur son PC. Présumant que le service de courriel doit éprouver des problèmes (encore!), Ginette transfère son fichier sur une disquette et la remet gentiment à Céline le lendemain. Malheureusement, le PC de Céline n'arrive toujours pas à déchiffrer le contenu de la disquette. Grrrr c'est quoi le problème?

  • Explications possibles

    • Le PC de Céline n'arrive pas ouvrir le fichier Macintosh parce que ce dernier ne comporte pas d'extension;

    • l'ordinateur de Céline ne dispose pas du logiciel qui a créé le fichier.

  • Solution

    • Ginette aurait pu ajouter l'extension à son nom de fichier; ainsi, le PC de Céline l'aurait probablement reconnu. À la réception du fichier, Céline aurait également pu ajouter cette extension au fichier de Ginette;

    • Ginette aurait pu sauvegarder son document dans un format universel, .rtf par exemple.

      Conclusion

      Ginette devrait prendre l'habitude d'ajouter une extension à ses noms de fichiers et d'enregistrer ses fichiers sous des formats universels. Elle pourrait ainsi partager ses fichiers avec d'autres plateformes plus facilement.


Deuxième mise en situation

Claude se décide finalement à créer une page Web pour son groupe classe. Tout se déroule bien jusqu'à ce qu'il tente d'y insérer la photo de groupe de ses élèves (fichier mes_élèves.bmp ). Cette dernière refuse obstinément de s'afficher dans le navigateur. Grrrr que se passe-t-il?

  • Explication

    • Le format .bmp n'est pas compatible avec le Web.

  • Solution

    • Claude doit convertir son fichier en un format compatible avec le Web, soit .jpg , .png ou .gif . La plupart des logiciels de retouche d'images offrent cette conversion. Celui que vous avez reçu gratuitement avec votre imprimante couleur ou avec votre numériseur le fait certainement.

  • Conclusion

    • Lorsque l'on souhaite utiliser un fichier à l'aide d'un autre logiciel que celui qui a servi à le créer, il faut toujours s'assurer que le format utilisé est compatible avec ce dernier logiciel. Dans le cas présent, c'est avec le navigateur Web qu'il faut être compatible.


Troisième mise en situation

Lisette, une enseignante dévouée et à l'avant-garde, est exaspérée des problèmes techniques qui surviennent au laboratoire d'informatique; elle décide de rédiger un guide de dépannage. C'est à partir de chez elle, à l'aide du programme OpenOffice, que Lisette conçoit son guide. Fière de son travail, elle sauvegarde le document sur une disquette. Elle est impatiente d'en transférer le contenu sur chacun des ordinateurs du laboratoire. Mais surprise! Les ordinateurs refusent de lire le fichier. Pourtant grrr !

  • Explication

    • L'application OpenOffice n'est pas installée sur les ordinateurs de l'école.

  • Solution

    • Si le logiciel le permet, lors de la sauvegarde de son fichier, Lisette peut sélectionner un format compatible avec celui de l'école.

      Conclusion

      Lorsque l'on souhaite échanger un fichier, toujours s'assurer que le format utilisé est compatible avec le logiciel de celui qui le reçoit. Les formats ouverts assurent habituellement cette compatibilité.


Quatrième mise en situation

Lisette croit avoir cerné le problème : les ordinateurs de l'école ne disposent pas du programme OpenOffice! Comme la suite Microsfot Office est installée sur ces appareils, elle retourne chez elle et entreprend de retaper son guide sous Microsoft Office XP. Malheureusement, le problème se perpétue.

  • Explication

    • Word XP est une version plus récente que le Word qui est installé sur les ordinateurs de l'école.

  • Solution

    • Comme le logiciel Word XP le permet, lors de la sauvegarde de son fichier, Lisette peut sélectionner une version de format Microsoft Word compatible avec celle de l'école.

      Conclusion

      Lorsque l'on souhaite échanger un fichier, toujours s'assurer que le format utilisé est compatible avec la version du logiciel qui sera utilisée par celui qui le reçoit. Les formats ouverts assurent habituellement cette compatibilité.


Autres petits trucs

Logiciels de conversion de fichiers

Il existe des solutions pour récupérer plus facilement les fichiers que l'on reçoit même si l'on ne dispose pas de l'application originale ou de la même version; il s'agit de logiciels spécialisés dans la conversion des fichiers. Les plus populaires sont les célèbres MacLinkPlus et MacOpener de DataViz.

Les utilisateurs de AppleWorks sous Mac OS 8.x disposent déjà d'une partie de MacLink incluse avec le système d'exploitation de l'ordinateur Apple. Si la coexistence entre les ordinateurs Apple et les PC vous intéresse, consultez Mac & PC, Le guide pour une coexistence sereine. Vous y trouverez des explications détaillées sur la façon d'échanger des données et des fichiers entre le Mac et le PC.


Un PC dans son Mac!

Que faire si j'utilise un ordinateur Macintosh et que mes collègues préfèrent le PC parce que leur logiciel préféré n'est pas disponible sous Mac OS? L'émulation est peut-être une solution Un émulateur est un logiciel qui permet à votre ordinateur de se comporter comme un autre type d'ordinateur. Ainsi, vous pouvez émuler un PC équipé de Windows sur votre Macintosh. Virtual PC10 est l'émulateur le plus connu sous Mac OS.


Annexe 1 - Tableau des extensions

Extension

Type
Définition et description
Mac OS
Windows


Applications

.dll

Bibliothèques de fonctions
Dynamic Link Library, fichiers appelés par d'autres programmes (sous Windows) Non pertinent Programme auquel on ne touche jamais

.exe

Fichier exécutable
Programme DOS/Windows ou archive auto-extractable Non pertinent S'exécute par lui-même

Bureautique

.cwk
Document
Fichier AppleWorks
AppleWorks
.cws
Document
Présentation créée à l'aide d'AppleWorks AppleWorks
.doc
Document
Texte créé à l'aide de MS Word ou de WordPad Microsoft Word
AppleWorks
ClarisWorks
WordPerfect
OpenOffice
.dot
Gabarit Modèle de texte créé à l'aide de MS Microsoft Word
.FMP5
Document Fichier de base de données créé à l'aide de FileMaker Pro 5.0 FileMaker Pro
.mdb
Document Fichier de base de données créé à l'aide de MS Access Non disponible MS Access
.pdf Document Document Acrobat multiplateforme créé par Adobe Lecteur Acrobat, l'application Aperçu sous Mac OS X et sous la plupart des autres créateurs de fichiers PDF
.pps
Document Fichier de présentation PowerPoint Microsoft PowerPoint
Visionneuse MS PowerPoint
.ppt
Document Fichier de diaporama PowerPoint Microsoft PowerPoint
Visionneuse MS PowerPoint
Apple KeyNote (sous MacOS X)
.pub
Document Document produit à l'aide de MS Publisher Non disponible MS Publisher
.rtf
Document Rich Text Format
permet des mises en forme assez élaborées d'un texte
La plupart des traitements de texte reconnaissent ce format.
.stc
Gabarit Modèle de chiffrier d'OpenOffice Calc OpenOffice
.std
Gabarit Modèle de dessin d'OpenOffice Draw OpenOffice
.sti
Gabarit Modèle de présentation d'OpenOffice Impress OpenOffice
.stw
Gabarit Modèle de texte d'OpenOffice Impress OpenOffice
.sxc
Document Chiffrier d'OpenOffice Calc OpenOffice
.sxd
Document Dessin d'OpenOffice Draw OpenOffice
.sxi Document Présentation d'OpenOffice Impress OpenOffice
.sxm
Document Fichier mathématique d'OpenOffice Math OpenOffice
.sxw Document Texte d'OpenOffice Writer OpenOffice
.txt
Document Texte brut, contenant du texte sans mise en forme Tout éditeur de texte
.wpd
Document Texte créé par Corel WordPerfect WordPerfect
MS Office
AppleWorks
ClarisWorks
.wpt
Gabarit Modèle de texte pour WordPerfect WordPerfect
.xls
Document Chiffrier créé avec MS Excel Microsoft Excel
AppleWorks
ClarisWorks
WordPerfect
OpenOffice
.xlt
Gabarit Modèle de chiffrier de MS Excel Microsoft Excel
.xlw
Classeur Classeur de MS Excel Microsoft Excel

Compression

.arc
Archive Macintosh Hierarchical Archive Auto-exécutable Stuffit Expander
.bin
Archive Macbinary II Encoded File Stuffit Expander Non disponible
.gz
Archive GNU Unix Stuffit Expander WinZIP
.hqx
Archive BinHex 4.0, conservant son intégrité lors des téléchargements Stuffit Expander Non disponible
.sea

Archive Self-Extracting Archive pour Macintosh Auto-exécutable Stuffit Expander
.sit Archive Archives Stuffit Stuffit Expander  
.zip
Archive Archives Zip Stuffit Expander ou directe sous Mac OS X WinZip

Divers

.hlp

Fichier Aide de Windows Non disponible Windows Help Viewer (intégré à Windows)
.img
Fichier Image d'un volume disque Apple Disc Copy; Aladdin Shrink Wrap non-disponible
.ini
Fichier Fichier d'initialisation pour des logiciels sous Windows Non disponible Tout éditeur de texte (s'abstenir)
.ps
Document Fichier lisible directement par les imprimantes PostScript Tout utilitaire d'imprimante capable de lire le PostScript

Images, sons et vidéos

.aiff
Document (Audio Interchange File Format) son surtout utilisé sur les Macintosh Applications audio telles que QuickTime Player ou Lecteur Windows Media
.avi
Document (Audio Video Interleaved) vidéo de haute qualité; utilise moins de compression que des formats similaires tels que .mpeg et .mov Applications vidéo telles que QuickTime Player ou Lecteur Windows
.gif Document (Graphical Interchange Format), image compressée; n'utilise que 256 couleurs; utilisé surtout pour le Web Presque toute application pouvant lire des images ou tout navigateur Web
.jpg .jpeg
Document (Joint Photographic Experts Group), image compressée en 24 bits; courant pour les photos sur le Web Presque toute application pouvant lire des images ou tout navigateur Web
.kpg
Document (Kai's Power Goo), image Kai's Power Goo de Scansoft
.mov .moov
Document (Apple Quick Time Movie) vidéo multiplateforme, développé par Apple Apple QuickTime Player
Lecteur Windows Media
Real One Player et bien d'autres
.mp3 Document (Moving Picture Experts Group, Audio Layer III),
son compressé, très utilisé pour les fichiers téléchargeables d'Internet
La plupart des applications pouvant lire des fichiers sonores
.mpg .mpeg
Document (Moving Picture Experts Group) vidéo, souvent utilisé pour les séquences téléchargeables d'Internet Presque tout logiciel lecteur de films
.ogg
Document Ogg Vorbis
Son compressé dont le format est libre de droits; semblable au MP3
De plus en plus de logiciels lecteurs de sons le supportent (WinAmp, Zinf, CoolPlayer, etc.)
.psd
Document Image Photoshop Adobe Photoshop, Photoshop Elements et d'autres éditeurs graphiques (comme Adobe Illustrator)
Apple QuickTime Pro
The Gimp
.qt
Document (Quick Time Movie), multimédia multiplateforme, développé par Apple Apple QuickTime Player
.ra .ram
Document (Real Audio),
Format audio créé par Real Player
RealOne Player
.rm
Document (Real Media),
Format média créé par Real Player
RealOne Player
.swf
Document Animation de type vectoriel créée par Macromedia Flash Macromedia Flash Player ou tout navigateur avec le plugiciel Flash
.tif .tiff Document (Tagged Image File Format)
images de haute qualité
Plusieurs logiciels de traitement d'images lisent ce format
.wav
Document (Windows WAVE Sound File)
son de haute qualité, similaire au format AIFF
La plupart des applications audio ou média, y compris les lecteurs de CD !

Internet

.eml
Document Courriel sauvegardé par MS Outlook Express MS Outlook et MS Outlook Express
.htm .html
Document Format de page Web Tout navigateur Web et tous les éditeurs de textes
.pst Fichier (Personal Folder File), informations personnelles provenant de MS Outlook MS Outlook
MS Entourage
MS Outlook
MS Exchange

Source : Help Center


Ce tableau peut être utilisé comme outil de référence, quoique plusieurs types de fichiers n'aient pas d'équivalents exacts. Les fichiers avec les extensions répertoriées dans ce tableau peuvent souvent être ouverts avec d'autres logiciels que ceux mentionnés. La plupart des types de fichiers peuvent également être lus sur les ordinateurs Unix ou Linux à l'aide de programmes adéquats.

 

Commentaires

L'objectif du document est d'expliquer la problématique des formats de fichier. Et ce n'est pas simple, il faut rentrer dans des considérations technico technique difficile à appréhender par M. Tout Le Monde. En celavotre article est plutot bien fait. Cependant j'ai deux remarques à faire.

Primo dans la partie "Comment reconnaître le format d'un fichier", vous affirmer que "un fichier est enregistré sous la forme nom_de_fichier.ext , où .ext représente l'extension ou le suffixe. Cette extension indique le format du fichier, c'est l'information don l'ordinateur a besoin pour le lire et l'interpréter." Je me suis dit que vous deviez vous adressez aux seuls utilisateurs de PC avec MS Windows.

Dans ce cadre votre affirmation est valide pour l'heure. Mais, plus loin vous affirmer "Sous Windows ou Linux, on reconnaît le format d'un fichier par son extension". Or il est faut de dire que GNU Linux se sert des extentions pour savoir à quel type de fichier il a à faire. Il se sert des entête dans le document lui même et ignore les extentions. C'est plus l'humain qui peut trouver la méthode pratique pour s'y retrouver.

Secundo dans la partie "Un peu de vocabulaire pour s'y retrouver", vous expliquer la différence entre les formats propriétaire, libre et ouvert. Je trouve que l'explication sur les combinaisons possibles est plutot confuse (format propriétaire fermé : doc; format propriétaire ouvert : pdf; format libre ouvert : html). Bon, je l'admet ce n'est pas simple à expliquer à un internaute lambda. Mais, vous rajouter de la confusion en terminant par "L'article intitulé Pourquoi utiliser les formats ouverts? vous indiquera des raisons de les préférer aux formats propriétaires." Par cette phrase vous opposez ouvert à propriétaire. Or ce sont deux notions orthogonales, le pdf en est un exemple. La notion de propriétaire s'oppose à celle de libre, alors que la notion d'ouvert s'oppose à cette de fermé (ou secret).
Cela dit l'exercice que vous aviez entrepris est difficile. Il vous a probablement manqué de relecture, ou de relecteurs :)

Fabien COMBERNOUS.
http://www.combernous.net
 


Je viens de lire avec attention votre dossier à l'url http://
bulletinclic.profweb.ca/clic57/format.html. Il m'a permi de mieux comprendre le "fonctionnement" des fichiers/ applications et je vous en remercie.

Là dessus, je voulais vous témoigner une bétise dont je suis l'auteur bien malgré moi : ayant sauvegardé des documents word (à l'extention .doc) sur mon iMac, j'ai justement eu un problème d'accès à ces derniers, à la fois sur cette machine car ne possèdant pas Word dessus, mais également sur mon PC où pourtant j'avais auparavant crée ces mêmes fichiers word...

A l'origine, je pensais transformer mon iMac en serveur de fichiers (notamment pour leur assurer une certaine pérénité), accessibles via un partage Samba sur mon PC (sous Windows XP). Et finalement, je me rends compte que depuis, je ne peux plus en lire un seul et à chaque tentative c'est cette boîte d'alerte qui m'en informe :




Aujourd'hui je ne sais plus vraiment si je dois les supprimer ou non.

Cyril W.
http://www.xn--ngel-poa.com

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015