Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 22, Mars 1998 
Chercher sur Internet et chercher en bibliothèque Version Imprimable  Version imprimable


Luc DESAUTELS
Enseignant de philosophie  (Collège de l'Assomption)

Depuis que j'enseigne, j'ai toujours tenu à ce que mes élèves aient l'occasion de fréquenter la bibliothèque et d'y repérer l'information pertinente à la matière que nous examinions ensemble. Par exemple, en philosophie 103, le cours d'initiation à la philosophie, chaque équipe de trois élèves tirait au sort le nom d'un philosophe connu au sujet duquel elle devait trouver une notice bibliographique tirée d'un ouvrage de référence générale, la fiche bibliographique d'une monographie s'intéressant à ce philosophe ou écrite par lui et, enfin, les coordonnées d'au moins un article provenant d'une revue présente sur nos rayons. Les deux périodes d'une même rencontre (cent minutes) suffisaient à accomplir cette tâche. Les avantages de cet exercice m'apparaissaient fort nombreux ; particulièrement ceux-ci :

     

  • familiarisation avec la bibliothèque du collège, ses ressources et son personnel ;
  • récapitulation d'une démarche de recherche de base, i.e. choix des mots-clés, ouvrage général pour faire un premier tour d'horizon rapide de son sujet, interrogation de la base de données pour trouver des ouvrages plus spécifiques et consultation des index de recensions des articles de revues afin d'inventorier ce qui circule sur son sujet.

Du point de vue méthodologique, l'activité s'avérait fructueuse : les élèves trouvaient suffisamment de matériel et constataient que notre bibliothèque pouvait satisfaire leurs requêtes d'information. Du point de vue proprement philosophique, lors de la plénière qui se faisait au cours suivant, les étudiants prenaient conscience (peut-être) à la fois de l'antiquité et de la contemporanéité de cette discipline intellectuelle qu'est la philosophie et ils effectuaient un premier contact avec quelques-uns des grands noms qui s'y sont illustrés.

Qu'en est-il maintenant de la recherche sur l'Internet et plus particulièrement sur le Web ? N'importe quel apprenti internaute peut témoigner du désarroi que peuvent provoquer les premières pérégrinations... Tout est sur le « net », paraît-il ; encore faut-il pouvoir le trouver ! Puis, même quand on obtient de l'information, reste à juger de sa qualité. L'an dernier, je me suis lancé dans cette avenue avec les élèves du cours Théorie de la connaissance (baccalauréat international) 1 .

Voici la stratégie que j'ai utilisée et qui repose en bonne partie sur l'utilisation du livre (eh oui !) de Louis-Gilles Lalonde et André Vuillet, Internet - Comment trouver tout ce que vous voulez 2 .

Je les initie au fureteur Netscape et je les laisse ensuite chercher à leur guise, sans consignes particulières, sur un sujet de leur choix. Arrive le désarroi dont il a été fait mention ci-dessus. L'activité dure 100 minutes.

En utilisant les renseignements du deuxième chapitre, nous expérimentons ensuite de façon plus systématique deux catégories d'outils de recherche :

     

  • les engins (par exemple, Alta Vista), sorte de chercheurs automatisés qui répondent, à partir des documents Web préalablement inclus dans leur banque de données, à des requêtes formulées sous forme d'expression de recherche ;
  • les répertoires (par exemple, La Toile du Québec), où sont classifiées les adresses des sites selon des catégories thématiques hiérarchisées.

Notre défi consiste alors à obtenir de l'information de plus en plus pertinente en nous servant de plusieurs de ces outils et en raffinant nos expressions de recherche par le moyen des opérateurs booléens (ET, OU, SAUF et leur équivalent anglais). On arrive généralement à se débrouiller en 100 minutes.

Mais, la semaine suivante, nous découvrons que l'on gagne à suivre les suggestions du chapitre III : une recherche, ça se prépare avant d'entrer en ligne ! À l'aide des grilles fournies par les auteurs 3 , les élèves peuvent déjà mieux cerner leurs mots-clés, trouver les synonymes anglais, déterminer quels répertoires pourraient être les plus appropriés, quels opérateurs fonctionneront dans tel ou tel engin. De cette façon, on ne gaspille ni le temps de connexion, ni son propre temps !

Reste que bien des élèves sortent de cette expérience en se disant qu'il est plus facile de trouver rapidement des informations de qualité dans une bibliothèque que sur le Web. Pour l'instant, c'est aussi mon avis. Pourtant, je persiste à les initier parce que les bénéfices qu'ils en tirent me semblent dépasser les inconvénients :

     

  • ils se familiarisent avec un environnement numérique dans lequel ils sont appelés à vivre de plus en plus ;
  • ils se pénètrent de l'importance des expressions de recherche bien formulées et deviennent plus habiles dans le maniement des opérateurs, ce qui leur servira dans tout type de recherche, sur Internet ou en bibliothèque ;
  • ils doivent développer leur jugement critique pour faire le tri et retenir seulement l'information de qualité.


Recherche : internet ou bibliothèque ?

Les deux me semblent nécessaires et complémentaires. Si je pouvais faire les plans d'une nouvelle école, j'y mettrais la bibliothèque (informatisée, il va sans dire) au centre et je disposerais les classes/labos d'info tout autour, avec accès direct des unes à l'autre : aller en classe ou aller à la bibliothèque ou avoir accès à un ordinateur, ce serait la même chose. Les élèves navigueraient d'une source d'information à une autre, tantôt physique, tantôt numérique, à partir de scénarios d'activités conçus par l'enseignant ou pour réaliser des projets qu'ils lui auraient soumis ; et moi, l'enseignant, je naviguerais (physiquement et numériquement) aussi, d'un élève à l'autre, afin d'aider chacun à intégrer le mieux possible les connaissances et les habiletés qu'il développerait.

On peut toujours rêver, non ?

 


Notes

     

  1. Visitez leur site Web (et le mien par la même occasion) à l'adresse suivante : www.geocities.com/CollegePark/Library/2251/. Retour
  2. Paru à Montréal, aux éditions Logiques, 1997, 335 pages. La bibliothèque en possède un exemplaire et quelques autres sont en vente à la Coop du collège. Retour
  3. On peut les imprimer à partir de leur site Web : www.logique.com/lalonde_vuillet/grilles.html. Retour

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015