Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 24, Mai et juin 1998 
Quand la peur devient de la honte... Version Imprimable  Version imprimable


Benoît RÉGIS, Professeur de mathématique, Collège de la région de L'Amiante  (APOP)

Certaines personnes, souvent plus âgées, ont la crainte des nouvelles technologies. Ces personnes sont souvent très intelligentes, mais elles ne sont pas habituées à des changements technologiques si rapides. Je prends l'exemple d'une personne que je connais bien. Elle a obtenu son brevet A (diplôme d'enseignement) trois ans plus rapidement que la normale (elle a « sauté » trois années à l'école). Elle possédait une radio à cassettes (nouvelle technologie à ce moment-là) dans sa cuisine. Il a fallu trois ans avant qu'elle n'y fasse jouer une cassette, car elle avait peur de l'effacer en pressant le mauvais bouton...

Vous pensez que ce ne sont que de vieilles histoires, mais même près de nous des personnes ont peur des NTIC. Que ce soit l'Internet, le courrier électronique, le multimédia ou autres, des gens de tous les milieux se sentent désemparés.

Je vais vous raconter une histoire qui s'est passée dans un collège, pas le mien bien sûr !!! Un enseignant va à une rencontre provinciale pour sa discipline et le secrétaire de l'assemblée a fait circuler une feuille afin que les participants y inscrivent leur adresse électronique. Notre enseignant qui ne connaissait absolument rien en rapport avec le courrier électronique a eu peur de divulguer son ignorance. Il a passé la feuille discrètement à son voisin sans rien y inscrire et il ne recevra pas les prochaines informations, puisque le secrétaire ne pourra pas le rejoindre. Dans le cas de cet enseignant, ce n'est pas la peur des NTIC, c'est la honte de ne pas être à jour dans ce domaine qui l'a paralysé.

Que quelqu'un ait peur des NTIC, je trouve cela dommage, mais je comprends que nous n'ayons pas tous des rythmes d'adaptation semblables. Mais que quelqu'un ait honte de son « ignorance », je trouve cela plus que dommage. On a la malheureuse habitude de développer un langage spécialisé lorsque l'on parle de NTIC. À vous, les initiés qui lisez cet article, de faire un petit effort pour empêcher que les gens soient honteux de ne pas vous comprendre. Ce qui est arrivé dans ce collège n'est sûrement pas unique. Ça s'est sûrement passé chez vous... 

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015