Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 25, Octobre 1998 
Réseaux francophones de ressources éducatives Version Imprimable  Version imprimable


Pierre-Julien Guay  (Vitrine APO)

Le déploiement d'Internet pose un défi important dans l'utilisation de ressources en français. On pourrait être tenté de croire qu'il existe peu de ressources dans cette langue. En fait, la difficulté est surtout d'identifier et d'évaluer la qualité des ressources existantes et de favoriser le développement de contenus francophones. Bien sûr, de grands acteurs comme Walt Disney peuvent produire des documents en français mais souhaitons-nous vraiment que nos jeunes apprennent à la sauce Disney ou Bill Gates ?

Déjà, de nombreux éducateurs se sont mis à produire des documents sur Internet (listes de signets pour une discipline, scénarios pédagogiques) seulement pour découvrir, après des heures incalculables de labeur, que quelqu'un d'autre avait eu la même idée. Mais si plusieurs éducateurs pouvaient travailler ensemble à un projet conjoint, les résultats ne pourraient-ils pas dépasser le simple artisanat ?

Cette question vaut également pour les organismes voués à la promotion des technologies. Ce texte a pour but de vous faire part de l'expérience de partenariat vécue par la Vitrine APO, un regroupement de 70 établissements d'enseignement francophones qui a pour mission de faciliter l'intégration des NTIC en éducation.

Les avantages du partenariat sont bien connus :

     

  • réaliser des économies d'échelle ;
  • éviter la concurrence ou le dédoublement ;
  • bénéficier du savoir-faire des autres partenaires.

Toutefois, pour atteindre ces avantages, il est nécessaire de respecter certaines conditions. Au niveau structurel, la clarté des objectifs, l'établissement de procédures de concertation et le degré d'engagement des partenaires sont essentiels. Au niveau culturel, il faut s'assurer de la compatibilité des cultures et des structures organisationnelles, adopter une orientation vers des projets concrets et posséder le sens du risque.

Les individus et organisations disposent aujourd'hui d'une panoplie d'outils de travail collaboratif sur Internet permettant l'établissement de lieux communs. Nous avons utilisé en particulier des forums privés de discussion, des bases de données interactives accessibles par Internet disposant d'accès sécuritaires et des outils de partage en temps réel tels NetMeeting de Microsoft. Les exemples qui suivent montrent les résultats de quelques projets de partenariats auxquels la Vitrine APO participe.


Le Bulletin Clic (http://www.ntic.org/Clic/clic.html)

Ce bulletin de 12 pages est publié sept fois par année à 2 000 exemplaires. Chaque numéro est accompagné d'un feuillet intitulé Clic en Bref imprimé à 17 000 exemplaires et distribué dans tout le milieu collégial. Une version électronique est également disponible. Le bulletin rassemble des articles et informations sur l'utilisation des nouvelles technologies en éducation.

Le regroupement permet des économies d'échelle importantes et la création d'un corpus d'information intéressant autour d'un même thème. Les autres partenaires sont : l'Association pour les applications pédagogiques de l'ordinateur au postsecondaire (APOP), le Centre collégial de formation à distance (CCFD), le Centre collégial de développement de matériel didactique (CCDMD) et le Centre de documentation collégiale (CDC).


Un cours multimédia sur les NTIC (http://vitrine.ntic.org/formation/)

Au sommet socio-économique en éducation tenu à Québec en 1996, tous les intervenants s'entendaient sur l'importance cruciale de la formation des enseignants aux NTIC. Pourtant, encore aujourd'hui, l'essentiel de la formation sur le sujet se fait toujours de façon magistrale ! Afin d'apporter une contribution originale, la Vitrine APO souhaitait développer un cours multimédia sur ce thème.

Les partenaires de ce projet sont :

     

  • Novasys, une entreprise privée spécialisée dans la création d'applications de formation multimédia en industrie ;
  • Le Centre collégial de formation à distance, qui possède une solide expertise au niveau de la formation autonome ;
  • L'Institut maritime du Québec à Rimouski qui souhaitait expérimenter la téléformation entre ses sous-centres ;
  • Québec-Téléphone, qui apporte son expertise technique en vidéoconférence et en développement multimédia.

Subventionné en partie par le Fonds de l'Autoroute de l'information du Québec, le produit final est aujourd'hui aussi utilisé en France et en Amérique latine pour la formation des enseignants. Sans l'amalgame d'expertises réalisées dans ce projet, ce produit n'aurait pu atteindre les standards professionnels qui en ont fait un produit exportable.


Réseau Éducation Québec (http://vitrine.ntic.org)

Nous étions un groupe d'organismes à reprendre régulièrement de l'information publiée par les autres afin de la diffuser auprès de nos propres visiteurs et clients. Il n'était pas possible de regrouper nos listes de distribution. Cependant, nous avons conçu un bandeau avec affichage déroulant présentant des nouvelles quotidiennes en éducation.

Ce bandeau, présent sur tous les sites des partenaires et pouvant être intégré dans tout autre site sous forme d'image GIF, donne accès à une fenêtre contenant les nouvelles détaillées. De l'espace éditorial est offert gracieusement à deux associations d'enseignants : l'Association pour les applications pédagogiques de l'ordinateur au postsecondaire (APOP) et l'Association québécoise des utilisateurs de l'ordinateur au primaire et au secondaire (AQUOPS).

Ce groupement de la Vitrine APO, l'Infobourg, Cyberscol, Edu@media et la liste plan-école, permet de diffuser régulièrement des nouvelles éducatives, renouvelées quotidiennement, à un réseau élargi de clientèle. Il assure également la promotion des activités des membres du groupe.


Index des sites éducatifs de la francophonie (http://isef.ntic.org)

L'identification de ressources éducatives sur Internet est un travail ardu, principalement à cause de la présence de bruit. Nous souhaitions créer un répertoire et un index contenant uniquement des sites éducatifs francophones. En collaboration avec Digital, nous avons créé un index de plus de 260 000 documents avec le logiciel AltaVista. Cet index, situé au centre Digital du Musée de la Civilisation à Hull (Québec), est alimenté par un répertoire maintenu conjointement par la Vitrine APO et l'Académie de Strasbourg en France. Ce répertoire est enrichi régulièrement par les suggestions des utilisateurs qui participent ainsi au développement de l'outil. Dès l'automne 1998, Digital France soutiendra également un site miroir européen.

L'utilisation de base de données interactives permet d'assumer la gestion du répertoire. Certaines fonctions, la prise en considération des suggestions ou leur refus (lorsqu'un site est déjà présent ou qu'il a déjà été refusé) sont assurées automatiquement par le système.

Afin de maximiser l'utilisation de cette ressource, nous avons prévu une interface de recherche pouvant facilement être intégrée dans tout site Web et des fonctions permettant de limiter la recherche à l'intérieur d'un site.

Il reste toujours que la maîtrise de fonctions de recherche avancées impliquant les opérateurs booléens est ardue pour la majorité du public. En collaboration avec le Bureau des Technologies d'Apprentissage, l'Inforoute de la formation professionnelle et technique, les cégeps de Rimouski, Jonquière, Trois-Rivières et François-Xavier-Garneau, nous complétons actuellement un système de veille technologique informatisé permettant d'informer régulièrement les enseignants sur les nouveaux documents correspondant à des critères de sélection précis. Par exemple, un enseignant qui souhaite être informé à la fois sur les ressources traitant du volcanisme et des tremblements de terre, recevra automatiquement un avis chaque fois que le système aura repéré des changements ou des ajouts sur ces thèmes dans l'index de l'ISEF ou d'AltaVista.

L'importance des moyens mis en place pour résoudre ces difficultés n'aurait pu être développé sans la collaboration des nombreux partenaires.


Une bibliothèque virtuelle (http://biblio.ntic.org)

Est-il paradoxal de voir encore des rayons de périodiques dans les bibliothèques scolaires alors que nombre d'entre eux diffusent maintenant leur information sur Internet ? Ne pourrait-on pas profiter de cette situation pour enrichir cette collection ? Il reste que l'identification et le classement de ces ressources constitue un travail de bénédictin, à moins de regrouper un ensemble de collaborateurs autour d'une base de données accessible par Internet.

Ainsi est né le projet de bibliothèque virtuelle des périodiques en français. En six mois, une quinzaine de documentalistes oeuvrant en éducation avaient ainsi rassemblé et classé près de 200 ressources, désormais à la portée des étudiants et du grand public. De plus, les responsable de sites de départements peuvent transmettre directement des requêtes pour faire apparaître, par exemple, une liste à jour de tous les périodiques traitant de l'histoire. Ce regroupement permet à des individus de participer collectivement à la création d'une ressource commune. À l'automne 1998, des partenaires de l'Amérique centrale développeront une section de périodiques en langue espagnole.


Quelques écueils

Nous avons déjà évoqué quelques difficultés potentielles inhérentes aux projets de partenariat. Signalons, également :

     

  • lorsque le financement provient de plusieurs parties, la difficulté d'obtenir simultanément les crédits nécessaires à la réalisation du projet par les différents partenaires ;
  • des imbroglios quant aux objectifs du projet ou retards indus liés à des considérations politiques rattachées au financement ;
  • des différences culturelles dans les modes de classification de documents et dans les calendriers pédagogiques ;
  • des difficultés d'accès télématiques entre deux continents nécessitant la création de serveurs miroirs afin de maintenir un temps de réponse rapide.


Conclusion

Notre expérience nous montre que les projets de partenariat peuvent donner fruit à des projets plus complets et de qualité supérieure en assurant la complémentarité entre les individus et organismes et en renforçant leur action. Grâce aux moyens télématiques dont nous disposons maintenant, nous pouvons ainsi pratiquer la véritable culture de l'Internet, l'établissement de liens et l'échange mutuel d'informations et de ressources.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015