Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 28, Mars-Avril 1999 
Antidote 98 : un nouveau défi Version Imprimable  Version imprimable


Marcel FORTIN  (Sherbrooke)

Nous revoici encore une fois devant un banc d'essai pour le vérificateur d'Antidote 98. Nos lecteurs se souviendront sûrement de nos articles parus voilà déjà deux ans dans les pages de Clic. Antidote vérificateur obtenait déjà des notes plus qu'honorables sur des échantillons réels puisés dans une banque des difficultés que rencontrent les étudiants du secondaire, du collégial et de l'universitaire.

Antidote 98 nous présente un vérificateur légèrement plus rapide, plus intelligent dans la mesure où il reconnaît les doublons lexicaux et syntaxiques. Il cesse même d'avertir sur des mots dont l'exactitude lui a été confirmée. Ce sont de réels progrès, cela allège un peu les temps d'utilisation de cet outil. Mais je ne peux me défaire d'une impression de lourdeur car, comme bien d'autres, je fonctionne autrement que phrase par phrase... et je trouve qu'il est grand temps que l'on pense plus aux rédacteurs qui maîtrisent leur français pour vraiment s'adapter à un plus large auditoire. Antidote est assez savant maintenant et il doit prendre le temps de s'adapter à ceux qui écrivent souvent. Je m'explique.

La situation d'écriture peut se décrire sommairement de deux façons assez différentes : ou bien vous écrivez sous pression sans pouvoir vraiment vous arrêter aux détails quitte à y revenir plus tard une fois le brouillon terminé, ou bien vous écrivez lentement en cherchant vos idées, votre style, votre vocabulaire, avec des pauses de réflexion, de relecture...

Un même rédacteur peut sûrement vivre les deux situations selon les besoins et les circonstances. Écrire est un acte de communication qui dépend profondément du contexte et des besoins. L'effort pour s'y adapter nous permet de chercher et de trouver ( ?) le style qu'il faut pour réussir la communication.

Pour un observateur du scénario de correction incrusté dans les outils et l'interface de correction d'Antidote, la situation d'écriture où on fait d'abord un brouillon que l'on corrige ensuite avec les outils d'Antidote peut sembler moins favorisée. Voici pourquoi. Tout d'abord, parce que cette situation de pression ne permet pas vraiment des interruptions pour chercher et vérifier ; l'urgence des opérations d'expression l'interdit (mais l'agilité du dictionnaire électronique contrarie à peine cette urgence). On ne veut pas perdre le fil de son inspiration. Un tel rédacteur peut souvent se retrouver avec un texte de longueur assez importante et une fois le feu du premier jet éteint, il lui faut faire la lecture de révision/correction. Acceptera-t-il le rythme de vérification minutieuse du correcteur d'Antidote, lui qui a goûté à la fluidité des pensées ? Pour ma part, je ne le pense pas. Du moins, pas sans un agacement certain qui le fera pester contre la lenteur des opérations du vérificateur-machine.

C'est justement pour éviter cette mauvaise humeur ou impatience que plusieurs vérificateurs offrent le mode balayage global en vérification de texte. C'est ce que proposent Sans Faute Grammaire et Pro Lexis pour n'en nommer que deux assez connus. Tous deux marquent le texte lorsqu'ils y trouvent des erreurs et l'affichent ensuite dans sa globalité. Vous comprenez que cela favorise au plus haut point la relecture en survol et la fluidité et de la correction et de la pensée.

Ceux qui apprécient le plus ce mode balayage sont, la plupart du temps, ceux qui n'ont pas besoin ordinairement de consulter une analyse détaillée de leurs phrases : leur maîtrise plus que convenable de la syntaxe française leur fait éviter la plupart du temps de telles erreurs. Pour ma part, j'avoue que lorsque j'ai à corriger un long brouillon je regrette qu'Antidote ne m'offre pas (malgré sa rapidité relative) la possibilité de faire une correction en mode balayage, lui qui souvent surpasse en détection d'erreurs les vérificateurs mentionnés ci-dessus. Et là je me mets à penser combien il serait relativement facile pour les concepteurs et programmeurs d'Antidote d'offrir un menu de réglage non pas des styles, des niveaux de langue (c'est déjà fait et hautement apprécié), mais du pas à pas ou du survol en vérification. Les moteurs d'analyse sont les mêmes et ils sont déjà là. Je comprends et j'apprécie que Druide ait d'abord proposé un mode de vérification pas à pas (c'est la force de son approche pédagogique, fondamentale ici), mais la richesse, la finesse et l'étendue des connaissances d'Antidote sont telles à présent qu'il faut réclamer qu'il puisse s'adapter aux conditions de correction urgente. C'est ce qui nous permettrait une utilisation mieux adaptée à des situations d'écriture réelles et fréquentes.

Les lecteurs de Clic connaissent bien à présent les qualités et les mérites d'Antidote et, grâce à lui, ils ont appris à mieux écrire en consultant son dictionnaire, son vérificateur, sa grammaire... Parfois ils osent écrire de longs textes et je devine que le phrase par phrase d'Antidote vérificateur les agace... Certains m'ont dit qu'ils ont grandi et qu'ils n'aiment plus qu'on leur dise « miette par miette » leurs erreurs, leurs oublis. Antidote doit donc grandir avec eux pour rester leur compagnon d'écriture. Puisque le perfectionnement du moteur d'analogies connaîtra sous peu des progrès en précision, en raffinement, augmentant ainsi le plaisir de consulter le dictionnaire, la fonction de vérification doit aussi s'adapter à ceux qui ont grandi pour leur procurer le plaisir d'une correction plus rapide. Antidote doit grandir avec ses utilisateurs. Les réalisateurs audacieux de notre trousse d'outils linguistiques ont donc encore un défi à relever : une plus grande flexibilité ergonomique d'utilisation des ressources de leur vérificateur.

La trousse des outils d'Antidote reste exceptionnelle, particulièrement à cause de son dictionnaire si riche, de sa grammaire claire et succincte qui est facile à consulter... On voudrait le même confort pour la révision globale et finale des textes.

Nos lecteurs reconnaîtront d'un coup d'oeil l'analyse phrase par phrase (pas à pas) du vérificateur d'Antidote et le fameux problème de l'inversion du sujet, bête noire de tous les vérificateurs... Antidote n'aime pas non plus les ellipses (qui sont... pour le segment« deux connus »), mais si vos phrases sont simples, alors Antidote vérificateur sera un champion.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015