Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 43, Février 2002 
Présenter ou ne pas présenter un atelier au Colloque conjoint APOP-AQPC (du 5 au 7 juin 2002) Version Imprimable  Version imprimable


Hélène Martineau  (Cégep François-Xavier-Garneau)

Une présentation formelle (un exposé)


« Je viens de commencer très modestement à utiliser les TIC dans des activités d’enseignement et je ne crois pas que mes stratégies soient nécessairement valables. Je n’ai pas l’impression que cela pourrait intéresser d’autres enseignants que moi… »

Raison de plus pour partager vos résultats avec des collègues qui se sentiront d’autant plus interpellés qu’ils seront rendus à la même étape. Un exposé présentant les différents aspects de votre expérimentation permettrait à d’autres de discuter autour de stratégies potentielles.





Un forum


« J’ai fait quelques tentatives d’utilisation des TIC dans les activités d’apprentissage et je considère que les résultats obtenus sont encore partiels et pas suffisamment validés pour les présenter. »

D’autres ont peut-être effectué des démarches analogues et voudront analyser leurs propres résultats en lien avec les vôtres.

Un atelier de type forum permettrait un échange d’idées entre les participants et vous, comme animatrice ou animateur-ressource.


Un groupe de tâche

« L’intégration des TIC dans l’enseignement et dans les activités d’apprentissage me prend déjà beaucoup de temps; ma priorité n’est pas de partager avec les collègues, mais plutôt de faire évoluer mes stratégies pédagogiques dans l’intégration des technologies. »

Pourquoi ne pas mettre à contribution une équipe de participants sous forme de groupe de tâche et prévoir une séance de travail soit pour discuter et analyser un outil, soit pour le valider, le tester, le bonifier?


Un laboratoire « mains sur les touches »

« Mon utilisation des TIC dans l’enseignement s’effectue très progressivement. Il me semble plus facile d’utiliser les fonctionnalités de certains outils logiciels modestes ou les routines logicielles disponibles dans le Web, et dont les contributions et l’intérêt pour l’enseignement et l’apprentissage sont méconnus. »

Un atelier d’initiation à l’utilisation d’un logiciel nous permettrait d’en apprendre davantage sur ces ressources facilement accessibles mais dont nous ne connaissons pas l’existence. Mains sur les touches, dans un laboratoire, peut nous guider et nous aider à explorer ensemble d’autres applications.





L’organisation logistique et technique

« J’utilise les TIC dans l’ensemble de mes stratégies pédagogiques, mais je me sens mal à l’aise avec la quincaillerie, avec l’organisation matérielle… Je ne veux pas me rendre responsable d’un atelier et devoir en plus me préoccuper de l’infrastructure… »

Heureusement, la logistique et la technique relèvent de l’équipe de l’organisation du colloque! Il s’agit de dire quels sont vos besoins (disposition de la salle, équipement audiovisuel, informatique) et quelle est la durée des ateliers proposés pour que tout soit déjà en place, selon vos attentes.


Les TIC et leur transférabilité « tous programmes confondus »

« J’utilise les TIC dans mes activités d’enseignement d’un programme technique et je n’ai pas l’impression que mes stratégies soient transférables et applicables dans un autre domaine ou un autre programme. »

Bien que les stratégies pédagogiques soient diversifiées dans leurs formats selon le secteur, elles sont très convergentes dans leurs finalités. L’utilisation et l’intégration des TIC dans les activités d’enseignement et d’apprentissage constituent davantage un processus dynamique qu’une approche systématique associable exclusivement à un champ de compétence. Un atelier de type forum permettrait de discuter et d’envisager le niveau de transférabilité des expérimentations en cours.


Le format de la présentation

« J’aimerais bien présenter un atelier, mais j’ai l’impression qu’il faudrait beaucoup de travail de préparation pour le rendre intéressant et crédible. »

Si l’utilisation des technologies comporte sa part d’exigences et d’impondérables, il faut convenir qu’elle permet l’illustration et la démonstration concrètes, imagées de nos propos. Pourquoi ne pas intégrer nos données (sous forme de textes, d’images, de vidéos et sons) sur un support comme PowerPoint? Simple à utiliser, il permet de créer un environnement complet, dynamique et versatile, un document que l’on peut réutiliser dans la poursuite de la démarche pédagogique.


Une table ronde

« Je n’utilise que les outils de base, tel le traitement de texte, que tout le monde connaît… Par contre, je me demande bien où l’on s’en va avec l’intégration des TIC au post-secondaire. Est-il réaliste de penser qu’on a les moyens de nos ambitions? Comment l’enseignement, l’apprentissage, la formation et le perfectionnement en pédagogie, les programmes, permettent-ils l’harmonisation pédagogie-technologie? »

Ce qui intéresse, ce n’est pas tant l’outil que ce que l’on réussit à faire avec, et dans quel contexte pédagogique!

Plusieurs enseignants, professionnels et intervenants du réseau réfléchissent à ces questions, sous une forme ou sous une autre.

Que ce soit dans le cadre d’une table ronde ou d’un forum, nous avons collectivement intérêt à prendre la mesure de nos actifs et à définir le projet à réaliser.





D’autres questions…d’autres préoccupations? Nous fournissons gratuitement les réponses.
(514) 864-8443
apop@cmaisonneuve.qc.ca
http://www.apop.qc.ca

N’oubliez pas de consulter le site de l'APOP (www.apop.qc.ca) afin d'en apprendre davantage sur la thématique du colloque, « SYMPHONIE PÉDAGOGIQUE », et pour accéder au formulaire de proposition d'ateliers.


Premier colloque conjoint APOP-AQPC (Association québéecoise de pédagogie collégiale)

Les membres de l’APOP pourront consulter le Guide de présentation d’un atelier (disponible à compter du début février 2002) sur le site de l’APOP.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015