Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 45, Mai 2002 
Découvrir l'anthropologie par Internet Version Imprimable  Version imprimable


Guylaine Fortin, Chargée de projets  (Cégep@distance)

Le Cégep@distance a le vent dans les voiles et se prépare à offrir quantité de nouveaux cours Internet dans les mois à venir. Parmi ces nouveautés, Peuples du monde : cultures et développement, un cours d’anthropologie interactif où l’élève, guidé par un anthropologue de métier, s’initie à cette discipline passionnante.

Omniprésent tout au long du cours, l’anthropologue Paul Hogue agit à titre de narrateur : il guide l’élève dans ses apprentissages, l’encourage à persévérer, fait ressortir les notions importantes, bref, il se comporte comme un professeur en salle de classe.

Si la formation à distance permet aux élèves de cheminer au rythme qui leur convient, à l’endroit et au moment qu’ils choisissent, ils se doivent en contrepartie d’être très actifs et de faire preuve de beaucoup de rigueur dans leur appren-tissage. Dans un tel contexte, le Cégep@distance met tout en œuvre pour faciliter leur démarche d’apprentissage en offrant des cours de qualité jumelés à un encadrement pédagogique personnalisé.





Une formation souple et interactive

Hébergé dans l’environnement virtuel d’apprentissage du Cégep@distance, le matériel du cours Peuples du monde : cultures et développement est entièrement disponible dans Internet. On y trouve un guide d’études, le contenu théorique du cours, un glossaire, les exercices interactifs, les autoévaluations et les devoirs. Seul l’examen, comme tous les examens des cours offerts au Cégep@distance, oblige les élèves à se rendre dans un collège de leur région.

À l’instar des autres cours produits au fil des ans par le Cégep@distance, ancien-nement le CCFD, ce nouveau cours Internet a été conçu de façon que l’élève soit totalement autonome dans sa démarche d’apprentissage. Toutefois, il peut communiquer en tout temps avec d’autres élèves inscrits au cours ou avec son tuteur grâce au système de messagerie interne. Des forums de discussion permettant les échanges de groupe et une section d’aide technique sont aussi à la portée des élèves. Ces ressources génériques servent tous les cours du Cégep@distance. On y accède par une barre de navigation située au haut de l’écran, tel qu’illustré dans la figure ci-dessous.




Figure 1


Adapté au nouveau programme en sciences humaines, le cours Peuples du monde : cultures et développement vise à amener l’élève à acquérir la compétence suivante : « Discerner l’apport de l’anthropologie à la compréhension du phénomène humain ». Il se situe comme un cours d’initiation, offert parmi une liste de « cours au choix de l’élève ».


Une vision du monde

Ce cours aborde l’anthropologie comme une discipline scientifique, la considérant depuis ses origines jusqu’à nos jours, alors que de nombreuses voies s’ouvrent à l’anthropologie contemporaine dans
une perspective de développement international. Si l’anthropologie permet de mieux saisir certains faits historiques, d’enrichir sa connaissance des autres cultures et de mieux comprendre la société dans laquelle on évolue, elle permet aussi et surtout d’élargir ses horizons et sa vision du monde en général.

Ainsi, la vision ethnocentrique des premiers explorateurs, le mythe du bon sauvage, l’invention de l’imprimerie, les systèmes de parenté, la notion de choc culturel, l’ethnomuséologie, la condition des femmes à travers le monde, les perspectives de travail des anthro-pologues, la coopération internationale, le phénomène des gangs de rue, sont autant de sujets fascinants abordés dans ce cours. De plus, on y effectue quelques études de cas qui permettent aux élèves de mettre en pratique leurs apprentissages.


Comme si vous y étiez…

Le traitement multimédia, qui fait appel notamment à la narration, aux extraits sonores, à l’illustration, à la bande dessinée, au diaporama photos et au texte, sollicite les sens et éveille de nombreuses perceptions chez l’étudiant. Des exercices interactifs complètent le tout, en mettant l’élève en contexte, l’amenant tantôt à Bali, tantôt dans une tribu africaine, ou encore, au cœur d’une expédition avec Christophe Colomb au XVe siècle ou dans un refuge pour itinérants dans un grand centre urbain contemporain.




Figure 2


Le cours est divisé en trois modules, chacun comportant de trois à cinq leçons. Chaque leçon est précédée des objectifs spécifiques rattachés à la matière. L’élève chemine à son rythme, de manière linéaire ou non linéaire, mais il doit cependant effectuer et remettre les devoirs dans l’ordre proposé. Un système de gestion des évaluations, transparent à l’usager, permet à ce dernier de faire les trois devoirs du cours à même l’environ-nement d’apprentissage Internet. Un tuteur corrige et annote les devoirs en accédant au même système.


Interactivité et rétroaction

L’avantage d’un environnement d’apprentissage dans Internet réside, entre autres, dans l’interactivité qui entraîne une rétroaction immédiate dans les exercices. Ces applications interactives représentent une importante source d’intérêt pour les élèves tout en étant au cœur de la valeur éducative du cours. En plus de permettre de vérifier les connaissances acquises au fil des leçons, ces exercices interactifs comportent un aspect formatif. Présentées sous forme de questions à choix multiples, de vrai ou faux ou d’exercices de pairage, la richesse de ces applications tient dans les commentaires formatifs rattachés à chacun des choix de réponse. Ces commentaires renvoient régulièrement l’élève aux sections du cours qui ont été moins bien comprises. D’autres exercices d’assimilation prennent la forme d’associations de phrases avec des notions clés présentées dans la leçon, de réponses à inscrire dans une case, d’exercices drag and drop, etc. Un corrigé automatisé apparaît une fois l’exercice complété.


Design et convivialité

Afin que l’élève puisse concentrer son attention sur la tâche à réaliser plutôt que sur la compréhension de l’organisation du site, la navigation dans un cours Internet se doit d’être parfaitement limpide. Ainsi, la page-écran du cours Peuples du monde : cultures et développement est-elle divisée en trois parties. Le menu de gauche, occupant environ le tiers de la page, permet d’afficher en tout temps la liste des sujets abordés dans la leçon en cours et de situer l’endroit où se trouve l’élève. La plus grande partie de la page-écran est occupée par le cours lui-même, c’est-à-dire tantôt par la matière théorique du cours, les textes, les tableaux, les illustrations, tantôt par les exercices interactifs et les autoévaluations. Enfin, la barre de navigation au haut de l’écran donne accès aux ressources génériques du Cégep@distance, de même qu’au guide d’études et au cours lui-même.




Figure 3


L’attrait principal de ce cours d’anthropologie, pour qui le visite pour la première fois, demeure la qualité esthétique de l’interface. Les tests effectués auprès de plusieurs usagers ont permis de conclure que les visiteurs s’y sentent bien, qu’ils se repèrent facilement et qu’ils ont envie d’explorer le cours plus à fond. Mis au point par l’équipe de Martin St-Pierre de Swing Design, pour qui c’est la première réalisation du genre, l’interface du cours présente un équilibre parfait entre les textes et les images, le tout dans des tons de bleu et de couleurs terre. Les illustrations, signées André Lavoie, méritent à elles seules une visite.

Quant au concept du cours et au contenu proprement dit, on les doit à Jacqueline Bouchard, une artiste anthropologue de Québec. Elle a été assistée par Valérie Berthiaume, professeure d’anthropologie au cégep André-Laurendeau.


Être présent, même à distance!

Un cours à distance, qu’il soit ou non dans Internet, exige que transparaisse partout la présence du professeur. Ce dernier se doit donc de signifier sa présence par un style d’écriture vivant et personnalisé. Le professeur guide l’élève dans son apprentissage, engage un dialogue avec lui et entretient cette relation tout au long du cours. Dans un cours à distance, l’élève doit se sentir interpellé de la même façon que dans une salle de classe : cela lui permet de bien comprendre la matière du cours et de demeurer attentif et captivé par le prof. C’est pourquoi, dans le cours Peuples du monde : cultures et développement, une animation sonore et visuelle du narrateur marque le début du cours. Ces clips audio reviennent régulièrement pour l’interpeller ou l’introduire à diverses sections du cours.

Enfin, qui dit Internet, dit aussi matériel de base requis. Pour s’inscrire au cours Peuples du monde : culture et développement, l’élève doit avoir au minimum un ordinateur avec processeur Pentium, Windows 95 et carte de son, ou un Macintosh avec processeur PowerPC et système 7.0. Un minimum de 32 Mo de mémoire vive et une connexion Internet par modem de 56 kbits/s sont aussi nécessaires.


Certains extraits de cet article sont tirés du texte de Bernard Vallée publié dans le Clic no. 44, « Planification financière, grand public et Internet. ».

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015