Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 48, Février 2003 
Les répondants TIC du réseau collégial se rencontrent Version Imprimable  Version imprimable


Françoise Marceau  (APOP)

Dans les programmes d’études collégiaux, les technologies de l’information et de la communication (TIC) se sont affirmées depuis longtemps comme moyens d’enseignement et d’apprentissage. À cette fin, les collèges du réseau se sont organisés, tirant profit des ressources et de l’expertise disponibles pour permettre aux enseignants et aux étudiants d’accéder aux équipements et d’utiliser des logiciels de plus en plus performants. Des projets novateurs ont été réalisés et plusieurs collèges ont mis à profit la compétence de conseillers pédagogiques ou de spécialistes en moyens techniques d’enseignement afin d’assurer une meilleure intégration des TIC. Certains établissements se sont même attardés à définir la place des technologies à l’intérieur de leurs programmes, une dizaine allant même jusqu’à produire un plan d’intégration des TIC pour encadrer leurs actions.
Dans le même esprit, pendant ce temps, le réseau s’organisait …

  • En 1982, des pédagogues convaincus que l’ordinateur pouvait faciliter l’apprentissage s’associaient pour créer l’APOP. Leur but? Faciliter les échanges et l’entraide entre les personnes qui s’intéressent à l’utilisation de l’ordinateur dans un contexte scolaire. Plusieurs défis ont été relevés au cours des années et cette association est plus active que jamais.




Les répondants TIC en sciences humaines et en comptabilité-gestion n'ont pas chômé lors de la journée d'information et d'animation tenue le 14 novembre 2002 au cégep de Limoilou. Les partenaires, dont l'APOP, ont mis leurs ressources au service des collèges participants.

  • Le ministère de l'Éducation (MEQ) s'est également engagé dans le dossier. En plus d'allouer aux collèges des ressources financières pour l'achat de logiciels et d'équipements, le MEQ subventionne depuis longtemps des projets de recherche, de production ou d'édition. Ainsi, au début des années 70, le Service général des moyens d'enseignement du MEQ met sur pied un programme de soutien à la rédaction et à l'édition de manuels de base en français pour la formation technique. À la même époque, le MEQ soutient la production de matériel audiovisuel dans les collèges. Puis, dès 1980, il lance un programme modeste, mais novateur, de soutien au développement didactique informatisé. Tous ces programmes passent à la Direction générale de l'enseignement collégial au moment de la fondation du ministère de l'Enseignement supérieur. Un autre programme de la DGEC est alors créé : le PAREA ou Programme d'aide à la recherche sur l'enseignement et l'apprentissage. Au début des années 90, on voit disparaître tous les programmes gérés par la DGEC à Montréal, et différents organismes subventionnés sont mis sur pied. Ainsi, le Centre collégial de développement de matériel didactique (collège de Maisonneuve) reprend les programmes de production et d'édition de matériel didactique imprimé en français et de matériel didactique informatisé; la Vitrine APO (collège de Bois-de-Boulogne) se voit chargée de la veille technologique et de la négociation d'achats regroupés. Plus tôt, le Centre collégial de formation à distance (collège de Rosemont) avait hérité de la partie collégiale du service de formation à distance du MEQ. Le Centre de documentation collégiale (cégep André-Laurendeau) reçoit un nouveau mandat. Enfin, PAREA continue d'être géré depuis la DGEC à Québec.



L'APOPMobile présentant son offre de services avec la collaboration de Alain Perron comme « serveur du menuAPOP ». Un menu surprenant et très bien adapté aux besoins de tous les « gastronoTIC » en sciences humaines et en comptabilité-gestion.

  • Par ailleurs, certaines initiatives individuelles ou collectives ont permis la réalisation de divers projets. Citons, à titre d’exemples, la Salle des profs ou le DECVIR, qui ont des retombées fort intéressantes pour le réseau.

  • D’autres associations et organismes collaborent à l’intégration des TIC. C’est ainsi que l’ARC, l’AQPC et PERFORMA sont appelés, dans le cadre d’activités d’information, de recherche, d’animation ou de perfectionnement, à contribuer en fonction de leur mission ou mandat propre.

Comme on peut le constater, bien des ressources sont mises à contribution pour soutenir l’intégration des TIC en enseignement et en apprentissage. Or il arrive malheureusement que les énergies investies n’apportent pas les résultats escomptés. Diverses hypothèses explicatives sont envisageables, mais on peut penser que l’absence d’un plan d’action et la méconnaissance des ressources disponibles par le personnel du réseau soient en partie responsables. Pour trouver des solutions à ces problèmes, 47 répondants TIC du réseau collégial se sont rencontrés le 14 novembre dernier au cégep de Limoilou, à la suite d’une invitation de la Direction du soutien aux établissements du MEQ. Ce fut l’occasion de prendre connaissance de différentes offres de services relatives aux programmes Sciences humaines et Techniques de comptabilité et de gestion, et de déterminer des actions à entreprendre durant l’année.

Tout en considérant que certaines mesures relèvent du Ministère, des collèges ou des organismes, les répondants ont relevé des actions auxquelles ils pouvaient contribuer. C’est ainsi que des groupes de travail ont été constitués pour remplir les objectifs suivants :

  • Développer un profil de sortie des élèves
    par rapport aux TIC

  • Établir un modèle de plan d’intégration des TIC dans les programmes Sciences humaines et Techniques de comptabilité et de gestion

  • Déterminer un profil des tâches d’un conseiller ou d’une conseillère pédagogique TIC

  • Déterminer les compétences ou les éléments de compétences que devrait posséder le personnel enseignant pour intégrer effica-cement les TIC dans sa pratique pédagogique

  • Déterminer les besoins de perfectionnement du personnel enseignant

  • Développer une trousse d’intégration pédagogique des TIC (définitions, modèle théorique sous-jacent à l’intégration des TIC, typologie des activités TIC, critères à respecter pour le choix d’une activité TIC, scénarios d’intégration pédagogique des TIC, etc.) et la diffuser dans le réseau

  • Assurer une veille technopédagogique

  • Contribuer au soutien technique et humain du personnel enseignant des collèges

D’ici peu, les groupes de travail se rencontreront pour déterminer leurs modalités de fonctionnement et commencer leurs activités. Cela sera fait avec un souci d’assurer des liens entre les divers travaux réalisés par les autres comités – dans les collèges, au Ministère et dans les autres organismes. Tout sera mis en œuvre pour créer une convergence d’action et soutenir de manière efficace l’intégration des TIC en enseignement et en apprentissage. Ensemble, nous voulons créer une communauté apprenante à laquelle nous sommes tous appelés à contribuer.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015