Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 48, Février 2003 
L'implantation du Dec virtuel : l'expérience des élèves (2e partie) Version Imprimable  Version imprimable


Martine Chomienne, Conseillère pédagogique au Cégep@distance
François Lizotte, Professeur de français au Collège de Bois-de-Boulogne
Robert Ducharme, Professeur de psychologie à la retraite au Cégep de Saint-Jérôme

NDLR La première partie des résultats de cette recherche a été publiée dans Clic no 47, à lire à http://www.bulletinclic.profweb.ca/clic47/implantation.html


L’équipe de recherche formule les huit recommandations suivantes1.


Recommandation 1 : Maintenir le DEC virtuel et continuer à le développer

Il se dessine un mouvement mondial en faveur de l'apprentissage dans Internet et ce mouvement ira en croissant au cours des prochaines années. Se soustraire à ce courant de développement pédagogique ne serait pas justifiable, à cette étape-ci, et ne serait certes pas le meilleur moyen de rentabiliser les investissements qui viennent d'y être consentis.

De plus, ce genre de formation répond à des besoins nouveaux chez les élèves. Plusieurs d'entre eux ont grandi avec les nouvelles technologies d'apprentissage que sont les NTIC et Internet. Ils sont de plus en plus connaissants en matière de logiciels et d'outils informatiques, et ils ont manifesté une satisfaction relativement élevée, dépassant généralement 75 p. 100, à l'endroit des diverses composantes des cours virtuels.


Recommandation 2 : Privilégier les approches hybrides comportant un plus grand nombre d’heures d’activités en classe

Cette recommandation repose essentiellement sur les commentaires de plusieurs intervenants du DEC virtuel qui, au terme de leur expérience de tuteur dans le cadre de cette expérimentation, en sont venus à la conclusion que les élèves du collégial n'étaient pas toujours suffisamment autonomes pour qu'on les laisse à eux-mêmes dans leurs apprentissages. Des cours virtuels se sont ainsi terminés en classe pour éviter le pire, comme l'ont exprimé des intervenants, tandis que d'autres cours ont nécessité des rencontres en classe plus fréquentes que prévu, dans le but de permettre aux élèves qui avaient pris du retard de rattraper les autres.


Recommandation 3 : Développer des cours virtuels pour d’autres programmes que Sciences de la nature, notamment pour les programmes techniques qui font un usage important des nouvelles technologies d’apprentissage, comme Informatique, Multimédia, Électrotechnique, Génie mécanique, Techniques administratives, etc.

Cette recommandation se base sur le fait que plusieurs élèves inscrits à des cours virtuels proviennent d'autres programmes que Sciences de la nature. De fait, les élèves de sciences de la nature ne représentaient que 12 p. 100 des élèves virtuels, alors que les cours virtuels avaient été spécifiquement conçus pour eux, tandis que ceux de Sciences humaines en représentaient 27 p. 100, ceux d'Informatique 13 p. 100, ceux de Soins infirmiers 10 p. 100 et ceux de Techniques administratives 9 p. 100. Ainsi, puisque dans les faits cette formule pédagogique attire tout autant les élèves des autres programmes que ceux de Sciences de la nature, nous pensons qu'il y aurait intérêt à ouvrir davantage le DEC virtuel à ces autres programmes en concevant des cours qui leur seraient mieux appropriés.


Recommandation 4 : Améliorer l’offre des cours virtuels, leur promotion et leur publicité

La majorité des élèves n'avaient à peu près jamais entendu parler du DEC virtuel avant de s'inscrire à de tels cours et les seules informations dont ils disposaient leur avaient été transmises soit le jour même de l'inscription par le personnel responsable des inscriptions aux cours, soit parce qu'ils en avaient vu par eux-mêmes la mention dans la liste des cours offerts. Ils n'avaient donc à peu près aucune idée précise de ce que seraient ces cours, à part le fait qu'ils seraient dispensés dans Internet.

Il importe donc qu'une meilleure diffusion soit entreprise auprès des élèves quant à la teneur réelle des cours virtuels.


Recommandation 5 : Exiger de la part des tuteurs une maîtrise préalable de la plate-forme du DECVIR ainsi que des connaissances minimales en informatique

Cette recommandation provient des commentaires exprimés par les tuteurs lorsque nous avons abordé avec eux la question des difficultés techniques. Plusieurs d'entre eux nous ont signalé qu'ils ne connaissaient à peu près rien en informatique au moment où ils se sont engagés dans le DEC virtuel, à l'exception du traitement de texte et de la navigation dans Internet.


Recommandation 6 : Créer une équipe fonctionnelle, composée de tous les intervenants du DEC virtuel, et réunir cette équipe au moins une fois par année dans le but de discuter des moyens d'améliorer cette nouvelle formule d'apprentissage

Cette recommandation origine encore une fois de nos entrevues avec des intervenants du DEC virtuel. Plusieurs nous ont signalé se sentir isolés des autres intervenants et ont exprimé le désir de faire partie d'une équipe fonctionnelle qui leur permettrait d'avoir accès à l'expertise des uns et des autres. Ce sentiment d'isolement est particulièrement intense chez les tuteurs. Nombre d'entre eux souhaiteraient rencontrer les autres tuteurs qui dispensent les mêmes cours et, à travers ces contacts, améliorer les contenus et les processus d'apprentissage.


Recommandation 7 : Instaurer un système de parrainage entre tuteurs expérimentés et nouveaux tuteurs

Cette recommandation émerge aussi des entrevues avec les intervenants. Nous avons observé qu'un nombre relativement peu élevé de tuteurs comptaient plus d'une expérience d'enseignement virtuel à leur crédit. Les uns, sans doute à la suite d'une mésaventure désolante, ont décidé d'abandonner l'enseignement virtuel pour retourner à un enseignement plus traditionnel. Les autres, sans doute parce que le nombre de cours virtuels offerts est trop restreint dans leur collège, ont vu s'estomper la probabilité de répéter l'expérience. Mais dans tous les cas, il s'agit d'une expertise qui se perd.


Recommandation 8 : Utiliser des logiciels de même que des contenus de cours existants au lieu de toujours réinventer la roue, ce qui réduirait significativement les coûts de production et permettrait d'investir davantage dans l'amélioration des produits déjà mis en marché

Cette dernière recommandation s'inspire des critiques formulées par les tuteurs au sujet de la difficulté d'améliorer les contenus de cours existants. Leurs critiques portaient principale-ment sur la rigidité de certains logiciels intégrés dans le déroulement des cours ainsi que sur le peu de documentation les accompagnant.

À la suite de ces critiques, il est apparu que la qualité des produits finis devait reposer sur un processus récurrent de révision et d'amélioration continue. Or, actuellement, ce processus interfère avec la production des nouveaux cours visant à compléter le programme Sciences de la nature. Un choix difficile s'impose donc déjà entre l'amélioration des cours existants et le financement de nouveaux cours.

Dans cette perspective, il a semblé que les concepteurs des cours n'exploraient pas toujours adéquatement le marché des cours virtuels avant de se lancer dans l'entreprise d'en produire un. Des milliers de cours virtuels ont été produits et dispensés dans Internet à ce jour, dans un nombre considérable d'universités et de collèges canadiens, américains et européens, comme l'indique notre état de la question. Il paraît douteux qu'aucun de ces cours ne satisfasse les critères de qualité de l'enseignement collégial et qu'on doive tout construire de A à Z dans les cours du DEC virtuel. Peut-être qu'une bonne exploration de ce qui existe déjà pourrait conduire à une accélération appréciable du processus de production des cours.


1. Les recommandations que nous formulons ici concernent l’ensemble des résultats de la recherche. Le lecteur se reportera au rapport complet pour en comprendre toute l’importance.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015