Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 49, Avril 2003 
Une plate-forme de télé-apprentissage, l'exemple d'Explor@2 Version Imprimable  Version imprimable


Patrick Giroux, M. Éd., doctorant en éducation, UQAC, CRIM
Pierre Bernard, LICEF

Un article publié en décembre dans le Clic décrivait plusieurs plates-formes de télé-apprentissage ainsi que quelques caractéristiques très générales des plates-formes disponibles sur ce marché. Nous adoptons ici un angle plus « pédagogique ». Nous traitons plutôt de la nature et de la raison d’être des plates-formes strictement de télé-apprentissage. Les situations de télé-apprentissage sont définies comme des situations pédagogiques et leurs plates-formes comme des « instruments » au service de cette situation. Explor@2, une plate-forme de télé-apprentissage développée au Québec et dont les caractéristiques respectent les plus hauts standards pédagogiques et techniques, nous servira d’exemple.


Le télé-apprentissage : une situation pédagogique

Peu importe la formation et les particularités du contexte, le télé-apprentissage demeure avant tout une situation à caractère pédagogique correspondant à un système dont l’objectif principal est de permettre l’apprentissage. Comme plus ou moins toutes les situations pédagogiques, le télé-apprentissage peut être schématisé sous forme d’une triade composée d’un apprenant, d’un formateur et d’un objet. Ces trois composantes du système sont unies par trois types de relations :

1) L’apprenant et l’objet sont unis par la relation d’apprentissage;

2) Le formateur et l’objet sont unis par la relation didactique;

3) Le formateur et l’apprenant sont unis par la relation pédagogique.

À l’instar de tous les systèmes, les situations de télé-apprentissage baignent dans un environnement. En plus de tenir compte des caractéristiques des apprenants et de l’objet, l’individu qui conçoit une formation doit aussi considérer l’environnement et le contexte dans lequel évolue le système afin de bien adapter la formation et de permettre au système d’atteindre son objectif. Ainsi, les situations de télé-apprentissage ont la caractéristique de mettre en relation au moins un apprenant et un formateur qui sont « distants » en termes de distance physique, mais aussi, souvent, de temps. Pour rendre possibles l’ensemble des relations décrites plus tôt et favoriser l’atteinte de l’objectif d’apprentissage, des outils technologiques permettent de vaincre la distance. Par contre, d’autres outils, techniques ou approches peuvent aider une personne à faire les apprentissages requis sans qu’une plate-forme de télé-apprentissage soit nécessaire. C’est d’ailleurs toujours le cas dans plusieurs cours donnés à distance en 2003, par exemple à la TELUQ. Selon le contexte, les acteurs et l’objet d’étude, le télé-apprentissage pourrait même ne pas être une bonne solution du tout.



Figure 1 : Modèle systémique de la situation pédagogique (adapté de Legendre, 1993)


Selon ce point de vue, la plate-forme de télé-apprentissage n’est qu’un outil au service de la situation pédagogique et elle devrait donc toujours être choisie en fonction de ses caractéristiques, du contexte, de l’environnement et des particularités de toutes les composantes du système. En général, le principal avantage d’une telle plate-forme est qu’elle permet d’indexer et de rendre disponibles toutes les ressources nécessaires à l’atteinte de l’objectif à un même endroit. Elle est aussi facilement accessible, peu importe la situation géographique des acteurs et le moment, à condition qu’on dispose d’un ordinateur, de certains logiciels et d’une connexion à Internet. Elle a de plus l’avantage de permettre l’usage de méthodes pédagogiques variées, tant synchrones qu’asynchrones. Dans la seconde partie de cet article, nous présenterons, à titre d’exemple, certaines caractéristiques d’Explor@2, en insistant sur la façon dont cette plate-forme supporte chacune des trois relations de la situation de télé-apprentissage et permet même d’ajouter certaines relations qui enrichissent d’autant le système.



Figure 2 : Exemple de page d'accueil pour un cours dans Explor@2


Explor@2 et le support du télé-apprentissage

Explor@2 est une plate-forme supportant des environnements multi-acteurs et multiressources. Elle s’adapte à plusieurs types de formation (à distance, présentiel, communautés de pratique, tutorat, mentorat, etc.) et à plusieurs modèles ou stratégies pédagogiques. Elle a été mise au point au centre de recherche LICEF, un centre de la TELUQ spécialisé en développement d’outils et de méthodes de télé-apprentissage. Cette plate-forme de seconde génération repose sur des bases scientifiques issues de sciences cognitives. C’est l’une des premières, dans le monde franco-phone, à permettre de référencer des ressources par métadonnées, tel que suggéré dans les normes IEEE/IMS/CANCORE, afin de s’en resservir pour former de nouveaux environnements de télé-apprentissage. Explor@2 est actuellement utilisé par plus de 1000 apprenants de la TELUQ. D’autres formations sont en développement, entre autres à la TELUQ et à l’UQAM. Récemment, l’équipe qui a conçu Explor@2 a été retenue pour intégrer l'architecture logicielle d'une nouvelle suite d'outils dans le cadre du projet pancanadien EduSource.

En simplifiant énormément, on peut dire qu’Explor@2 permet de supporter efficacement un système de télé-apprentissage en présentant à chaque acteur les ressources qui lui seront utiles selon son rôle ou sa tâche dans le système. Explor@2 se superpose, si on le souhaite, à un site ou une page Web en ajoutant une palette de ressources au haut de la page. L’exemple ci-contre (figure 2) illustre les choix faits lors de la conception du cours et montre la palette de ressources d’un apprenant. Une palette contient généralement cinq catégories. Les ressources d’autogestion sont des outils et du matériel qui servent à gérer l’ensemble des activités liées à la formation, d’organiser ses relations avec l’objet et d’apprécier sa progression personnelle (figure 3). La médiathèque regroupe toutes les sources d’information qui peuvent être nécessaires pour supporter la relation d’apprentissage. Ainsi, Explor@2 supporte tous les types de médias et permet de regrouper dans un même espace textes, séquences audio et vidéo, didacticiels multimédias, laboratoire virtuel, sites Web et autres. L’apprenant peut donc être mis en relation avec l’objet d’apprentissage selon les modalités idéales en fonction des caractéristiques de ce dernier et du contexte. Le coffre à outils contient des ressources nécessaires ou utiles pour la réalisation des travaux et activités d’apprentissage. Ces outils aident généralement l’apprenant à entretenir une relation plus riche avec l’objet. La section communication contient les ressources qui permettent d'échanger à distance avec d'autres acteurs du système. Il peut s’agir de ressources synchrones ou asynchrones. Elles soutiennent la relation d’apprentissage en favorisant l’échange d’information, l’entraide et la réalisation de travaux en équipe, ce qui rend possibles l’ajout d’une relation apprenants-apprenants1 au système et l’usage de méthodes pédagogiques collaboratives2. Ces ressources contribuent aussi à l’établissement de la relation pédagogique entre le formateur et l’apprenant. Finalement, la section assistance contient les ressources d’aide à l’apprenant : guides, foires aux questions, conseils relatifs à l’utilisation de logiciels particuliers, liens vers des personnes-ressources susceptibles de fournir de l’assistance pédagogique ou techno-logique, etc. Elles favorisent le fonctionnement efficace du système en regroupant les réponses aux questions les plus fréquentes et les solutions aux problèmes le plus souvent rencontrés dans le cadre d’une formation particulière. Indirec-tement, cette section favorise la relation péda-gogique entre l’apprenant (qui a une question ou un problème) et le formateur (qui a écrit le guide d’aide ou entretient une foire aux questions pour aider les apprenants).



Figure 3 : Tâches à réaliser et suivi de la progression dans Explor@2


Explor@2 contribue aussi au succès du système en assistant le formateur dans sa tâche de conception pédagogique et de supervision. Elle lui offre entre autres des ressources de conception pour structurer la relation pédagogique et la relation d’apprentissage, comme l’atelier ADISA (figure 4), un atelier d’ingénierie pédagogique, et un éditeur d’activités d’apprentissage (figure 5). Des ressources d’édition/conception lui permettent aussi de réaliser le matériel et les activités planifiées et d’orga-niser l’interface qui sera présentée aux apprenants. Certaines ressources, comme l’éditeur de compétences et le modélisateur MOT (figure 6), contribueront entre autres à clarifier la relation qu’il entretient avec l’objet et l’aideront à préciser l’objet de la formation en facilitant la création de modèle des connais-sances. Le formateur a aussi accès à un ensemble de ressources de communication qui facilitent la relation pédagogique en lui permettant de suivre les progrès des apprenants et d’entrer en contact avec eux, lorsque nécessaire. Finalement, un ensemble de guides et de ressources d’aide est aussi à la disposition du formateur.



Figure 4 : ADISA, un atelier distribué d'ingénierie pédagogique disponible dans Explor@2

Une plate-forme de télé-apprentissage comme Explor@2 est donc en mesure de supporter les relations qui composent un système de télé-apprentissage de plusieurs façons. C’est selon ces critères et en fonction de l’objet, du contexte et des caractéristiques des acteurs qu’une plate-forme de télé-apprentissage devrait être considérée par les utilisateurs actuels et potentiels.



Figure 5 : L'éditeur d'activités d'Explor@2



Figure 6 : MOT, un modélisateur utilisé entre autres avec ADISA pour la conception de formation avec Explor@2


Références

ANDERSON, T., et D. R. GARRISON (1998). « Learning in a networked world : New roles and responsibilities », dans C. Gibson (éd.), Distance Learners in Higher Education, Madison, WI., Atwood Publishing.

CROOK, C. (1994). Computers and the collaboration experiences of learning, London, Routledge.

HENRI, F., et K. LUNDGREN CAYROL (2001). Apprentissage collaboratif à distance : Pour comprendre et concevoir les environnements d'apprentissage virtuels, Sainte-Foy, Les Presses de l'Université du Québec.

JACKSON, R. L., et W. WINN. « Collaboration and Learning in Immersive Virtual Environments », communication présentée le 13 décembre 1999 à CSCL’99 (Computer Supported Collaborative Learning) : CONNECTING LEARNING COMMUNITIES GLOBALLY, Standford University, Stanford, California.

LEGENDRE, R. (1993). Dictionnaire actuel de l’éducation (2e éd.), Montréal, Guérin.


1. Anderson et Garrison (1998) proposent un modèle « interactionniste » de l’éducation à distance qui ressemble beaucoup au modèle systématique présenté plus haut et qui comprend ce type d’interation.

2. Au sujet de la collobaration et de ses avantages, consulter entres les auteurs suivants : Crook (1994), Henri et Lundgren-Cayrol (2001) et Jackson et Winn (1999).

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015