Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 31, Novembre 1999 
Un réseau concerté de soutien à l'éducation francophone Version Imprimable  Version imprimable


Pierre-Julien Guay  (Vitrine APO)

La nécessité de repérer facilement des ressources éducatives en français dans Internet est particulièrement cruciale chez les francophones qui disposent au départ d'un nombre moindre de documents dans leur langue maternelle.

Selon une étude récente publiée dans le magazine scientifique Nature par deux chercheurs du NEC Research Institute à Princeton, au New Jersey, les moteurs de recherche sont partiaux et ne couvrent que 16 p. cent du cyberespace. Plus de 800 millions de pages ne sont pas indexées. Ce n’est qu’en combinant les résultats de 11 moteurs de recherche qu’on peut augmenter la couverture à environ 42 p. cent du contenu.

Les moteurs de recherche indexent plutôt des sites populaires, plus de sites américains que de sites européens et plus de sites commerciaux que de sites éducatifs. En effet, 83 p. cent des sites livrent de l’information commerciale et seulement 6 p. cent ont un contenu scientifique ou éducatif. L'accès aux documents éducatifs est donc difficile autant pour les enseignants que pour les élèves.

Typiquement, les moteurs de recherche n’indexent que les trois ou quatre premiers niveaux supérieurs du répertoire d’un site Web. Or il arrive fréquemment que les sites d’établissements d’enseignement soient regroupés sur un serveur unique d’établissement ou de commission scolaire. Ces sites sont souvent placés à un niveau de profondeur tel qu'ils risquent d'être complètement « oubliés » par le moteur d’indexation. Les travaux expérimentaux réalisés par la Vitrine APO en collaboration avec l'Académie de Strasbourg (France) apportent trois éléments de solutions à ces problèmes.


Index de sites éducatifs francophones

L'index de sites éducatifs francophones (ISEF) est un moteur d’indexation qui compile automatiquement le contenu de plus de 500 sites éducatifs et il est basé sur un répertoire enrichi par les partenaires et le grand public. Comme la profondeur d’indexation est contrôlée, l’index permet de trouver des ressources pédagogiques parmi plus de 500 000 pages Web. Il donne ainsi accès aux travaux de milliers d'enseignants qui examinent, évaluent et classifient des ressources éducatives. Il s'agit en somme d'un site de référence spécialisé dans le domaine de l'éducation qui ne contient que des documents en français.



En 1998, l’ISEF comptait parmi les 100 meilleurs sites éducatifs en français répertoriés dans le Guide Internet, section « Les incontournables ». Au cours de l'utilisation de l'index, les visiteurs sont invités à suggérer l'ajout de nouveaux sites. Les responsables du projet, au Québec ou en France, examinent régulièrement les suggestions et approuvent ou non les sites suggérés.

Si le site suggéré fait déjà partie du répertoire, le visiteur en est immédiatement informé. De même, si le site a déjà fait l'objet d'un refus, la raison est donnée. Parmi les critères de sélection élaborés afin de maintenir l'homogénéité de l'index et le haut niveau de pertinence des résultats de recherche, on note :

  • L'acceptation de sites personnels entièrement dédiés à l'éducation et offrant des ressources pédagogiques commentées ou classifiées.

  • Le rejet des sites éducatifs n'indiquant que de l'information sur les programmes offerts ou le personnel.

  • Le rejet des sites commerciaux (ceux des éditeurs de matériel didactique, par exemple) et des sites grand public (des sites de musées, de journaux ou de grandes bibliothèques).

Il faut rappeler que le but de l'index est de mettre à la disposition des enseignants et des élèves le travail de mise en valeur des ressources pédagogiques et non d'indexer les contenus eux-mêmes. Il est certain qu'un site de musée ou d'entreprise peut contenir de nombreux documents pouvant être utilisés en pédagogie. Nous pensons que la valeur pédagogique des ressources offertes sur des sites commerciaux ou des sites de musée, journaux, etc., sera reconnue et recensée par les enseignants ; elles seront donc accessibles indirectement par l'index.

Ainsi, dans la grande majorité des cas, l'ISEF aidera de toute manière à trouver l'adresse d'un musée ou d'une entreprise offrant du matériel pédagogique puisque ces ressources auront été recensées et commentées par des enseignants. En cherchant, par exemple, « musée civilisation » ou «bibliothèque nationale », on trouvera non seulement l'adresse de ces ressources mais surtout des commentaires sur leur utilisation pédagogique et des pistes vers les éléments les plus pertinents.


Bibliothèque Virtuelle de Périodiques

La Bibliothèque Virtuelle de Périodiques est un répertoire commun maintenu par une quinzaine de bibliothécaires et documentalistes francophones bénévoles recensant plus de 250 périodiques qui offrent du contenu dans Internet. En 1998, le site faisait déjà partie de la liste des 100 meilleurs sites de 1998 du Guide Internet.

La Bibliothèque virtuelle comporte de nombreux avantages :

  • Elle permet aux petits établissements de compléter leur collection de périodiques sans aucun déboursé.

  • Les journaux étrangers sont disponibles en version électronique le jour même de leur parution.

  • Les périodiques sont disponibles en autant d’exemplaire que nécessaires à un même moment. Fini les documents égarés sur une table de travail ou une tablette !


Les archives de tous ces périodiques pourront éventuellement être entièrement indexées au moyen du système développé par la Vitrine APO. On offrira alors un service gratuit de recherche en ligne dans plus de 200 périodiques en français aux enseignants et élèves.


Veille technologique

Malgré la réduction considérable de bruit obtenu par l'ISEF, le nombre de références, même pertinentes, reste trop souvent élevé (plus de 200) car les fonctions de recherche avancée ne sont pas maîtrisées par les utilisateurs. Ces fonctions permettent de restreindre la recherche au titre des documents ou d'inclure des opérateurs booléens (ET, OU, SANS, PRÈS).

Également, la quantité de références fluctue régulièrement à cause des fermetures ou déménagements de sites, de leurs mises à jour plus ou moins fréquentes, etc. Il n'existe pas de mécanismes simples pour emmagasiner une requête afin de la reprendre plus tard et de comparer les résultats.



La réponse à ces difficultés est apportée par la création d'un site contenant près de 2 000 requêtes complexes préformatées pouvant être dirigées vers des moteurs de recherche et générant des résultats avec un haut niveau de pertinence. L'approche traditionnelle consistant à rédiger des fiches de référence pour chaque site jugé intéressant se heurte à l'obstacle des changements fréquents de serveur et de l'évolution constante des contenus. Ainsi, en France, l'équipe de documentalistes affectée au projet Éducasource est aux prises avec ce problème. En utilisant un système de requêtes suffisamment précises pour obtenir des résultats toujours actualisés, puisque réalisés avec les données les plus récentes compilées par le serveur, la mise à jour est automatiquement effectuée.

Deux modes d'utilisation sont alors possibles :

  1. La recherche dans la banque de requêtes, classées en fonction des disciplines, et l'exécution immédiate de cette requête par le moteur de recherche.

  2. Le suivi automatique de l'évolution du nombre de références et de leur mise à jour pour chacune des requêtes et l'envoi automatisé de courrier électronique pour prévenir l'utilisateur des changements observés.


Une synergie à l'échelle de la francophonie

Déjà, plus d’une cinquantaine de sites ont installé une passerelle permettant l’interrogation de l’ISEF et des centaines de liens vers l’ISEF, et la Bibliothèque Virtuelle de Périodiques ont été créés sur des sites de commissions scolaires, collèges, académies et universités au Canada, en France, en Suisse et en Belgique.

Puisque l'index des sites éducatifs francophones est enrichi des suggestions du public, approuvées par la Vitrine APO et l'Académie de Strasbourg, et que la Bibliothèque Virtuelle de Périodiques est constamment mise à jour par ses collaborateurs, on peut affirmer que ce réseau favorise une présence concertée des francophones et un renforcement de la circulation et de l'utilisation des contenus en français dans le cyberespace éducatif. Le service de veille automatisée, qui s'appuie sur les deux services précédents, établit quant à lui une vigie francophone dans le domaine de l'éducation, facilitant le repérage de l'information nouvelle et pertinente.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015