Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 57, Mars 2005 
Les cyberquêtes, une stratégie passionnante pour faire chercher les élèves Version Imprimable  Version imprimable
Une rencontre avec Francine Gélinas, professeure d'histoire au collège Montmorency

Françoise Marceau
Membre de l'équipe Animaweb

J'ai eu l'occasion de côtoyer Francine Gélinas à plusieurs reprises dans le cadre des activités de l'APOP ou à diverses autres occasions professionnelles et personnelles, et j'ai toujours été frappée par son enthousiasme et son réalisme par rapport à l'utilisation des technologies. Avec simplicité, elle prend les moyens requis pour tirer profit des situations sans y laisser sa chemise. Nicole Perreault, animatrice pour le Réseau des répondantes et des répondants TIC, m'a accompagnée pour réaliser l'entrevue avec Francine. Voyons plus concrètement quelle est sa vision et comment elle a expérimenté les cyberquêtes en classe…


Tout d'abord, un grand merci de nous accorder cette entrevue et de nous faire partager ton point de vue et tes recettes en matière d'intégration des technologies.

C'est un grand plaisir pour moi de prendre ce temps. J'aime communiquer mes idées et présenter ce que je fais en classe à mes collègues du réseau.


Francine, comment peut-on s'organiser pour que les cyberquêtes soient « un plus » dans un programme ou dans un cours?

Il existe beaucoup de moyens, mais d'abord, disons que plus le projet est partagé par un grand nombre de profs, plus il a des chances d'avoir des retombées concrètes et à long terme. En sciences humaines, à Montmorency, nous avons élaboré un tel projet collectif, et j'en étais responsable.

Ensuite, il faut profiter des occasions de changement… Moi, je donnais le cours « Histoire de la civilisation occidentale », et sa pondération était passée de 3-0-3 à 2-1-3 dans le nouveau programme. Il fallait développer plusieurs types d'activités de laboratoire. Bien que pour moi, les technologies ne soient pas une fin en soi, mais un outil pédagogique intéressant, je me suis dit qu'il y aurait moyen de les utiliser pour l'heure de laboratoire en organisant des cyberquêtes.


Et concrètement, qu'est-ce qu'une cyberquête?

Lorsque j'ai commencé à m'intéresser à ce type d'activité pédagogique, j'ai constaté que la cyberquête pouvait prendre bien des formes. Essentiellement, il s'agit d'amener les élèves à utiliser les ressources d'information disponibles dans Internet afin d'atteindre un objectif précis. Par exemple, on peut chercher à développer l'esprit critique des élèves par rapport aux informations disponibles sur le Web, tout en les lançant dans une aventure palpitante en équipe où ils auront à jouer un rôle ou à se mettre dans la peau d'un personnage.


Peux-tu décrire concrètement comment on peut mettre en place une cyberquête?

De manière générale, il s'agit de lancer une équipe d'élèves dans une recherche sur le Web en fonction d'objectifs de départ. Plus particulièrement, l'enseignant doit suivre les étapes suivantes :

1) Préparer une mission ou un jeu de rôle qui tient compte des objectifs visés en portant une attention spéciale à l'aspect ludique de l'activité pédagogique.

2) Soumettre le projet aux membres de l'équipe en s'assurant de leur motivation et de leur goût de chercher et de travailler ensemble.

3) Fournir, si cela apparaît nécessaire et pertinent, des ressources (sites Web, banque de données documentaires, etc.), selon la complexité de la tâche que l'on veut faire expérimenter aux élèves.

4) Accompagner les élèves dans leur démarche de recherche.

5) Effectuer un retour en classe sur les apprentissages effectués (diverses formules de présentation peuvent alors être envisagées).


Combien de temps peut durer une cyberquête?

Voilà justement ce qui est intéressant : la durée de l'activité peut varier. Il peut s'agir d'un projet de session qui se terminera par la production d'un site Web ou la présentation d'un Power Point en classe, ou d'une cyberquête de trois heures dans le cadre d'un laboratoire avec la recherche de réponses à des questions précises.


Quels sont les avantages d'organiser une cyberquête en comparaison avec une recherche en bibliothèque?

L'utilisation des cyberquêtes m'a permis de varier mes stratégies d'enseignement et de prévenir le plagiat. Un élève futé peut toujours copier, mais cela est beaucoup plus difficile s'il doit s'identifier à un personnage en utilisant le « je », expliquer dans ses mots ce qu'il trouve dans Internet, où si chaque équipe a un travail de recherche différent. Je ne mets pas de côté les ressources documentaires accessibles en bibliothèque, mais je varie les sources d'information tout en permettant aux élèves d'élargir leurs horizons.


As-tu l'impression que ce type d'activité augmente la motivation ou la réussite des élèves?

J'aurais de la difficulté à dire précisément ce que sont les impacts sur mes élèves, mais il me semble que les séances de travail en laboratoire sont plus animées que les activités de recherche en bibliothèque que j'organisais précédemment. Je remarque également que les élèves contribuent chacun en fonction de leurs talents respectifs. L'un s'occupe de l'ordinateur, un autre prend des notes et organise l'information, l'autre rappelle la mission… Il me semble que le travail d'équipe est plus efficient et qu'il existe un partage réel des tâches.
Quant à moi, ça me stimule, ça me rend plus curieuse, ça m'incite à aller plus loin dans mes expérimentations pédagogiques… Je vois d'ailleurs plus souvent des pétillements dans les yeux de mes élèves.


Comment amener les élèves à développer leur esprit critique par rapport aux ressources trouvées dans Internet ?

Il est important de ne pas laisser fouiller les élèves sans les avoir préalablement outillés. C'est pour ça que je leur fournis des exemples de grilles1 dont ils peuvent s'inspirer pour créer une grille personnelle de validation de sites Internet. Cette grille de validation leur permet de développer graduellement leur esprit critique, ce qui est essentiel et ne peut se faire sans accompagnement, de manière instantanée.


Est-il exigeant de préparer une cyberquête?

Le temps de préparation est surtout fonction du temps requis par la recherche de sites pertinents. Auparavant, il fallait que je trouve des articles de revues ou des émissions de télévision relatives aux notions que j'abordais dans mes cours alors que maintenant, je fouille dans Internet. Je dois également prendre le temps de monter l'activité en classe, mais c'est pour moi un moment de création qui m'apporte de grandes satisfactions.


Peux-tu nous dire où l'on peut trouver des exemples de cyberquêtes?

Si vous prenez le temps d'aller consulter le récit dans profweb et de visionner les différents clips vidéos qui y sont présentés, vous prendrez connaissance de certaines de mes expérimentations. Vous y trouverez également un exemple de cyberquête simple que j'utilise en classe. Consultez ce matériel et vous constaterez rapidement qu'il suffit d'un peu d'imagination pour créer différentes variantes toutes aussi captivantes les unes que les autres.

Merci, Francine, de nous avoir fait partager ton expérience dans le domaine.


1. Bibeau, Robert, L'appréciation des contenus sur Internet et l’évaluation d’un site Web, mars 2002, En ligne (5 janvier 2005), URL : http://ntic.org/guider/textes/div/evaluation.doc

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015