Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 59, Octobre 2005 
Des étudiantes branchées Version Imprimable  Version imprimable
en Techniques d'éducation à l'enfance

Véronica Gill
Chargée de projets et responsable du programme en TÉE  (Cégep@distance)

Les étudiantes en Techniques d’éducation à l’enfance (TÉE) ont-elles un profil axé sur les technologies de l’information (TIC)? En 2001, lors de l’implantation du programme d’AEC en TÉE au Cégep@distance, nous avons plutôt eu tendance à répondre spontanément que cette clientèle était peu familière avec les TIC. Et, par conséquent, qu’il fallait privilégier le format imprimé pour la conception des cours de ce programme.

Mais, les temps changent. Et il est toujours intéressant d’aller explorer les idées reçues sur un sujet donné. Surtout quand il s’agit de mieux connaître notre clientèle! Une enquête menée auprès des étudiantes inscrites au programme d’AEC en TÉE au Cégep@distance nous a révélé des données très intéressantes quant à leurs habitudes d’utilisation des TIC. Pour en savoir davantage sur cette «expérience technologique» de la formation à distance, nous avons interviewé quelques étudiantes et leur tutrice.


Les étudiantes en TÉE sont-elles branchées?

Il va sans dire que le développement de cours au Cégep@distance représente parfois une tâche fort complexe. Dans le cadre du programme de l’AEC en TÉE, la conception de certains cours, notamment les stages, nous a amenés à mener une enquête1 auprès de la clientèle étudiante dans le but de mieux cerner ses besoins. Nous avons profité de cette occasion pour sonder, également, leurs habitudes et leur niveau d’aisance concernant les TIC.

Les entrevues téléphoniques ont été réalisées au printemps 2004 auprès d’une centaine d’étudiantes inscrites au programme de l’AEC en TÉE du Cégep@distance. Les réponses nous ont fourni les informations suivantes :

  • des 100 étudiantes interrogées, 91 disaient avoir un accès facile à un ordinateur et 90 un accès facile à Internet, et 70 disaient se sentir très à l’aise ou plutôt à l’aise à utiliser un logiciel de traitement de texte et un navigateur (fait tout ce qu’elle veut ou connaît la plupart des fonctions).

  • Concernant le format de cours «Devoirs et encadrement Internet2», 63% des répondantes avaient l’intention certaine ou probable de s’y inscrire. Les raisons évoquées pour ne pas s’inscrire à un cours de ce format étaient les suivantes : préfère le format imprimé, n’est pas à l’aise de travailler à l’ordinateur, n’a pas accès à un ordinateur/Internet.

Oui, nous devons admettre que ces résultats nous ont quelque peu surpris! Agréablement, il va sans dire. L’étape suivante était d’explorer comment cela se passait concrètement chez les élèves inscrites à un cours en ligne.


Un cours, trois options

Le Cégep@distance offre des cours dans des formats variés : matériel imprimé, cours entièrement dans Internet, cahier d’apprentissage en ligne, devoirs et encadrement dans Internet, etc. Les décisions qui orientent le choix du format pour un cours donné sont influencées par l’urgence de produire les cours afin d’éviter un bris dans le cheminement des élèves. Cela fait souvent pencher la balance du côté du format imprimé, plus rapide à concevoir que les cours en ligne.

C’est le cas des cours du programme d’AEC en TÉE du Cégep@distance, offerts majoritairement en format imprimé. Une exception, toutefois : le cas du cours Santé de l’enfant en milieu de garde (322-743-RL), qui propose trois possibilités de format à l’étudiante.

Résumé des formats du cours Santé de l’enfant en milieu de garde
Option imprimée (10)

Dans sa version originale, le matériel de cours est offert entièrement en format imprimé : un cahier d’apprentissage accompagné d’un manuel de base et de trois vidéocassettes. Les devoirs sont envoyés par la poste et l’encadrement se fait par téléphone.

Option Devoirs et encadrement dans Internet (80)

Ce format est similaire au format imprimé : l’élève reçoit tout son matériel par la poste, mais il effectue ses devoirs dans Internet et communique avec son tuteur principalement par la messagerie du cours.

Option Internet (50)

Pour le format Internet, le cahier d’apprentissage est entièrement offert sur le site Web. L’élève y réalise ses activités d’apprentissage, ses exercices formatifs interactifs et ses devoirs. Il communique avec son tuteur par la messagerie du cours. Mais il reçoit par la poste son matériel d’accompagnement : manuel de base et vidéocassettes.


Le fait qu’un même cours propose à l’élève trois formats différents n’est pas une pratique courante au Cégep@distance. Dans ce cas particulier, il s’agit plutôt d’un concours de circonstances – entre autres, l’octroi d’une subvention spécifique pour développer des cours en ligne dans le domaine de l’éducation à l’enfance.

Depuis un an et demi, un peu plus d’une cinquantaine d’étudiantes sont inscrites soit à l’option Internet, soit à l’option «Devoirs et encadrement dans Internet» du cours Santé de l’enfant en milieu de garde. Nous avons communiqué avec quelques-unes d’entre elles ainsi qu’avec leur tutrice pour savoir ce qu’elles en pensaient.


L’expérience des cours en ligne

Chantal L., 28 ans, est inscrite au cours Santé de l’enfant en milieu de garde offert dans Internet (option 50). Cette mère de famille de Boucherville a eu son propre milieu familial chez elle pendant plusieurs années et vient d’obtenir un poste d’éducatrice dans une garderie privée. Elle en est à son sixième cours de la formation.

Voici ce qu’elle pense de son expérience de cours en ligne :
«Je trouve que c’est beaucoup plus rapide pour la correction et beaucoup plus facile de communiquer avec le tuteur.» Elle utilise le logiciel Word pour rédiger (elle mentionne les avantages du correcteur d’orthographe) et fait ensuite du copier-coller dans son devoir dans Internet. Elle dit qu’elle n’a pas eu besoin d’appeler sa tutrice, que tout était clair. Elle adore la formule, légèrement moins chère que les cours imprimé, et trouve que «ça devrait être comme ça pour tous les cours!».


Emmanuella É., comme les autres étudiantes interviewées, est équipée à la maison d’un ordinateur avec une connexion Internet. Monoparentale, mère de trois adolescents (10, 12, 14 ans) et immigrante arrivée au Québec depuis 2 1/2 ans, Emmanuella souhaite travailler dans le domaine de l’éducation à l’enfance. Elle a choisi la formation à distance, qu’elle considère beaucoup plus accommodante dans sa situation que la formation en classe. Elle s’est inscrite à deux cours du programme en TÉE, un en version imprimée et l’autre en version Internet, pour comparer les deux formules.

Parmi les avantages qu’elle voit à la formule des cours en ligne, elle évoque «la présentation des travaux, qu’elle considère beaucoup plus propre à l’ordinateur que sur la copie papier, la facilité de rédiger à l’aide du traitement de texte et la possibilité de compléter plus rapidement son cours». Elle apprécie, par exemple, pouvoir sauvegarder et poursuivre le travail plus tard. Elle non plus n’a pas eu besoin de communiquer avec la tutrice, les informations dans les corrigés lui ont semblé suffisantes.

Pour sa part, Natasha M. apprécie le fait de recevoir du matériel imprimé même s’il s’agit d’un cours Internet. Cette jeune mère de 19 ans, de la région de Mont-Tremblant, dit préférer avoir les manuels en main que d’avoir à consulter toute la matière dans Internet. Par contre, elle aime ne pas avoir à faire de brouillon et trouve qu’il est plus facile de rédiger ses travaux à l’écran.

Mélissa L. a aussi choisi la formation à distance, qu’elle considère la formule idéale pour coordonner son horaire. Elle n’a pas d’expérience en éducation à l’enfance, mais est inscrite au programme dans l’espoir d’y décrocher un emploi éventuellement. Cette étudiante de 27 ans et mère d’un jeune enfant en est à son quatrième cours de la formation. Mélissa, la seule étudiante interviewée inscrite à l’option du cours imprimé avec «Devoirs et encadrement sur Internet» (option 80), affirme ne pas avoir de préférence entre les différentes formules de cours, même s’il lui a semblé que le processus de correction des devoirs était plus rapide par Internet que par la poste.


Meilleur que du bonbon

Cathy Leclerc est tutrice pour les cours de TÉE depuis plus d’un an. C’est elle qui encadre les étudiantes inscrites aux cours Santé de l’enfant en milieu de garde et qui corrige leurs évaluations. Elle dit préférer, de loin, son expérience comme tutrice pour les cours en ligne que pour les cours en version imprimée. Elle mentionne, parmi les avantages, que la correction des devoirs d’un cours Internet est beaucoup plus conviviale et facile : «Il y a moins de papier et les devoirs sont accessibles en tout temps et de partout.»

Mme Leclerc remarque une accélération du processus global de correction par rapport aux cours en version imprimée puisque les délais de poste sont éliminés : la remise des devoirs par l’élève et la correction s’effectuent plus rapidement. De plus, elle note que le contact par messagerie électronique est plus rapide et plus facile que par des boîtes vocales. Elle apprécie également la compilation automatique des données relatives aux notes des élèves.


Un format de plus en plus apprécié

Le format des cours dans Internet ne convient certainement pas à tous les étudiants, et les cours en format imprimé restent incontestablement la façon la plus courante d’étudier à distance. Toutefois, il est intéressant de constater que les cours en ligne gagnent en popularité auprès d’une clientèle de plus en plus variée et surtout auprès d’étudiantes que nous n’aurions pas, à priori, imaginé être une clientèle très portée sur l’usage des TIC.




1 Marie Audet. Mai 2004. Élaboration d’une formule de stage à distance, Le point de vue des étudiantes, Service de la recherche et du développement, Cégep@distance.

2 Voir plus loin le tableau Résumé des formats du cours Santé en milieu de garde.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015