Retour à l'accueil
accueil renseignements diffusion
Recherche
avancée
 Numéro 61, Avril 2006 
Les TIC sont la réponse, mais quelle est la question1? Version Imprimable  Version imprimable


Denis Thibault
Membre de l'équipe Animaweb

Bien sûr, vous connaissez la signification de l’acronyme TIC et personne, dans le monde de l’éducation, n’ignore qu’il s’agit de l’utilisation de moyens technologiques dans un contexte d’enseignement et d’apprentissage. L’usage de technologies pour soutenir l’activité éducative existe depuis longtemps, en tout cas suffisamment, en ce qui me concerne, pour avoir eu l’impression de passer à travers des courants ou des modes. Déjà dans les années 1960, la télévision proposait de se faire éducative. On parlait du téléenseignement, qui pourrait remplacer le professeur – du moins, en présentiel dans la salle de classe. Ce fut pour les étudiantes et les étudiants la découverte du «zapping»...

Les années 1970 à 1980 sonnent l’arrivée de l’ère de l’audiovisuel dans les collèges. Pas un cégep, à cette époque, qui n’ait son studio de production télévisuelle. Acétates, diapositives, vidéo et audio sont autant de moyens technologiques proposés pour appuyer l’enseignement. Le professeur demeure un expert de contenu, qu’il cherche à transmettre plus efficacement. Même si certains de ces moyens demeurent relativement simples à utiliser, l’enseignant ou l’enseignante peut également faire appel à une professionnelle ou un professionnel de l’audiovisuel pour médiatiser ce contenu.

Puis, de 1980 à 1995, survient la période des APO (applications pédagogiques de l'ordinateur) et du multimédia; on pousse encore plus loin la capacité de transmettre du contenu éducatif et, en même temps, on complexifie les procédés de médiatisation, donc d’utilisation de ces moyens. Enfin, en 1995, avec l’arrivée du Web (Internet) surgit la possibilité d’échanger de l’information par des ordinateurs reliés entre eux et donc, celle d’une communication possible à travers le monde. C’est ici qu’émerge le concept de NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication; le mot «nouvelles» est maintenant omis).

Il est important de constater que l’évolution technologique a accentué le phénomène de convergence des médias et leur capacité à «reproduire» virtuellement le réel. C'est l'interpénétration de plus en plus grande de l'informatique, des télécommunications et de l'audiovisuel qui est à l'origine de ces changements sur les plans technique, conceptuel et terminologique, et qui préfigure une révolution tant dans le monde du travail que dans celui de l'éducation (pensons au Grand dictionnaire terminologique).

S’il est relativement simple de comprendre l’évolution des technologies éducatives, il faut bien voir aussi qu’elle s’accompagne également d’une évolution des modèles pédagogiques : « ... l’introduction de technologies dans l’enseignement est toujours sous-tendue par un modèle d’apprentissage qui reflète les théories dominantes d’une époque2 ... »

Ainsi, on a pu assister au passage d’un modèle de transmission des connaissances (professeur, seul expert du contenu) vers un modèle constructiviste où l’étudiant prend une part plus active (souvent avec ses pairs : socioconstructivisme) à la détermination de ses activités d’apprentissage et à la construction de ses connaissances (ex. : pédagogie par projets), au lieu de les recevoir unilatéralement.

«Les TIC ... ne sont que l'élément “facilitateur”, le catalyseur qui permettra de réaliser cette “révolution tranquille” sur une période de 10 à 15 ans au lieu des 30 ans habituellement nécessaires pour réaliser un tel bouleversement3.» La neutralité technologique n’est cependant pas si certaine (The medium is the message, McLuhan4). En effet, le développement des TIC détermine un nouveau rapport au savoir en introduisant une façon de communiquer et donc d’agir et d’interagir dans des situations pédagogiques qui deviennent également plus complexes. L’évolution technique influence les modèles pédagogiques, qui, à leur tour, déterminent le rôle des technologies... La poule ou l’œuf?


Quelle est la question?

Peu importe la signification que l’on donne à un outil, quel qu’il soit, dans tout usage que l’on en fait, il ne faut jamais perdre de vue sa finalité et la valeur ajoutée qui doit en résulter : qu’est-ce que l’on veut faire et pourquoi? En bout de ligne, on peut affirmer que peu importe la technologie éducative utilisée, « ... il y a toujours, au bout d'un raisonnement, un triangle didactique "réel": un savoir ... ou une compétence à acquérir, un candidat à l'acquisition et un médiateur de chair et d'os5 ... ».



1 Daniel, John. Delivering Education: Technology is the answer but what is the Question? UNESCO.

2 Aellen, Marylène et Sylvie Voumard. Intégration pédagogique des TICE, TECFA, 2004.

3 À quoi peuvent bien servir les ordinateurs à l'école? 17e Colloque de l’AQUOPS : «Les TIC : constat et perspectives».

4 Federman, Mark. What is the Meaning of The Medium is the Message?

5 Aellen, Marylène et Sylvie Voumard. Op. cit.

Creative Commons License Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons. Dernières mises à jour : 10/04/2015